Basilique de la Minerve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minerve.
Basilique de la Minerve
Image illustrative de l'article Basilique de la Minerve
Facade de l'église de la Minerve
Présentation
Nom local Basilica di Santa Maria sopra Minerva
Culte Catholicisme
Type Basilique
Début de la construction 1280
Style dominant Architecture gothique
Site web www.basilicaminerva.it/
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Commune Rome
Coordonnées 41° 53′ 53″ N 12° 28′ 42″ E / 41.898056, 12.478333 ()41° 53′ 53″ Nord 12° 28′ 42″ Est / 41.898056, 12.478333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique de la Minerve

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Basilique de la Minerve


La basilique sur la Minerve, ou église Sainte-Marie sur la Minerve (Santa Maria sopra Minerva) est une basilique située à Rome, place de la Minerve, dans le quartier du Panthéon.

Fondée au VIIIe siècle, reconstruite au XIIIe siècle, souvent modifiée jusqu'au XIXe siècle, c'est l'une des rares églises romaines de style majoritairement gothique. Comme d'autres églises romaines antiques, elle fut construite sur les fondations d'un lieu de culte antérieur, dédié à la divinité romaine Minerve, ce qui explique son nom.

Devant la façade, se trouve l'obélisque de la piazza della Minerva, installé sur le dos d'un éléphant conçu par le Bernin.

Histoire[modifier | modifier le code]

On sait peu de chose sur le temple de la Minerve, qui aurait été construit par Pompée vers -50. Un temple dédié à Isis et Sérapis aurait également existé sur les lieux actuels de l'église, puisqu'en 1665 un obélisque égyptien fut retrouvé dans le jardin du couvent dominicain attenant à l'église. La crypte de l'église renferme quelques vestiges antiques. Il est probable que le temple ait existé jusqu'au règne du pape Zacharie (741-752), qui offrit le lieu à des moines venus d'Orient. Cette première église du VIIIe siècle a aujourd'hui disparu. L'édifice actuel doit son existence aux Dominicains, qui en reçurent la propriété du pape Alexandre IV au XIIIe siècle, et y bâtirent une église et un couvent.

En effet, les Dominicains voulurent bâtir une église nouvelle et moderne pour abriter leur quartier général romain. Deux religieux, Fra Sisto Fiorentino et Fra Ristoro da Campi, qui avaient travaillé à la construction de l'église Santa Maria Novella, à Florence, commencèrent la construction du nouvel édifice en 1280, sous le pontificat de Nicolas III. Le pape Boniface VIII finança largement les travaux, et l'église fut achevée en 1370.

Par la suite, elle fut rénovée et modifiée par Carlo Maderno, entre autres, qui lui donna une façade classique, puis de nouveau restaurée au XIXe siècle, dans le style néo-gothique. Les portes de l'église datent du XVe siècle.

En 1557, le pape Paul IV érige le titre cardinalice Santa Maria sopra Minerva qui est rattaché à cette église.

Sainte Catherine de Sienne est enterrée dans l'église de la Minerve. Derrière la sacristie, la chapelle qui lui est dédiée fut construite en 1637 sur la décision du cardinal Antonio Barberini, en transportant les murs de la pièce où la sainte mourut en 1380 depuis le couvent voisin des Dominicaines.

Fra Angelico, le peintre de la Renaissance, mourut dans le couvent attenant et fut enterré dans la chapelle à gauche du chœur. De même les papes Paul IV, Léon X et Clément VII sont enterrés dans le chœur dans des tombeaux d’Antonio da Sangallo le Jeune réalisés en 1541. En effet, avant la construction de l'église Saint-Jean-des-Florentins, la Minerve était l'église de la nation florentine à Rome et abrite à ce titre de nombreuses sépultures de prélats, seigneurs et citoyens toscans. Étrangement, Diotisalvi Nerone, qui avait pris part à la révolte des Florentins contre Pierre de Médicis, fut enterré en ces lieux, où le rejoignirent par la suite les dépouilles de nombreux membres éminents de la famille des Médicis.

La sacristie de l'église fut le lieu de deux conclaves. Le premier se tint en mars 1431, et aboutit à l'élection du pape Eugène IV, le second, en mars 1447, à celle du pape Nicolas V.

Dans la nef de droite, deux chapelles méritent l’attention : la sixième chapelle contient les tombeaux de membres de la famille de Clément VII par Giacomo della Porta tandis que la chapelle suivante, la chapelle de Raymond de Peñafort, contient celui du cardinal Giovanni Diego de Coca par Andrea Bregno (1477) et une célèbre fresque par Melozzo da Forlì, Jésus-Christ entre deux anges.

Le transept droit abrite la chapelle Carafa, construite de 1489 à 1493 et revêtue de fresques de Filippino Lippi représentant sur les trois murs la vie de Saint Thomas d'Aquin, l’Assomption et l’Annonciation où le saint présente à la Vierge le cardinal Oliviero Carafa. Sur l'une des parois de la chapelle se trouve le mausolée du pape Paul IV, membre de la famille Carafa, réalisé par Pirro Ligorio dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

Devant le pilastre gauche du chœur figure une statue du Christ ressuscité (1519-1521) commencée par Michel-Ange à Florence et achevée par ses élèves. On note un pudique voile doré ajouté après coup sur la statue, la nudité de Jésus étant assez peu répandue dans les églises.

Façade[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIe siècle, Carlo Maderno réalise la façade baroque de l’église. Celle-ci a été restaurée à la fin du XIXe siècle et son caractère néo-médiéval préservé depuis.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • I. Taurisano, Santa Maria sopra Minerva, Rome, 1955.

Articles connexes[modifier | modifier le code]