Siège de Gand (1745)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Gand
Gand au XVIIIe siècle
Gand au XVIIIe siècle
Informations générales
Date 11 - 15 juillet 1745
Lieu Gand, Pays-Bas autrichiens
Casus belli Les Français occupent Gand
Issue
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Drapeau du Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Drapeau de l'Électorat de Hanovre Électorat de Hanovre
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Commandants
Royal Standard of the King of France.svg Comte de Lowendal
Guerre de Succession d'Autriche
Batailles
Mollwitz · Chotusitz · Sahay · Prague · Dettingen · Cap Sicié · 19 mai 1744 · Tournai · Pfaffenhofen · Fontenoy · Melle · Hohenfriedberg · Gand · Bruges · Audenarde · Termonde · Ostende · Nieuport · Ath · Soor · Hennersdorf (en) · Kesselsdorf · Culloden · Mons · Bruxelles · Namur · Charleroi · Lorient · Rocourt · Cap Finisterre (1er) · Lauffeld · Bergen-op-Zoom · Cap Finisterre (2e) · Saint-Louis-du-Sud · 18 mars 1748 · Maastricht
Campagnes italiennes

Saint-Tropez · Camposanto · Villafranca (en) · Casteldelfino · Velletri (en) · Madonne de l'Olmo · Bassignana · Piacenza · Rottofreddo · Gênes (1er) · Gênes (2e) · Assietta

Cette boîte : voir • disc. • mod.

La prise de Gand a lieu le 11 juillet 1745 pendant la guerre de Succession d'Autriche lorsqu'une armée française de 5 000 hommes placée sous le commandement du comte de Lowendal surprend et capture la ville de Gand aux Pays-Bas autrichiens. La garnison alliée offre une faible résistance et la citadelle se rend le 15 juillet[1].

Le siège a lieu deux mois après la victoire française à Fontenoy, et la perte de Gand est un nouveau coup dur pour les Alliés. La ville avait été convertie en importante base pour l'armée habsbourgeoise depuis qu'elle avait été mobilisée en 1742. Gand est alors utilisé comme point de ravitaillement et les stocks qui y étaient entreposés étaient à leur niveau maximum. Un régiment britannique, dans lequel était James Wolfe, quitte la ville peu de temps avant sa chute et échappe de peu à la détention[2]. Une colonne de 4 000 à 5 000 Britanniques, Hanovrien, Hollandais et Autrichiens envoyés en renfort par le duc de Cumberland est battue par les Français à la bataille de Melle et seuls 1 000 hommes parviendront jusqu'à Gand.

La ville est investie par les armées française et tombe le 11 juillet. Lowendal ouvre des tranchés et place des sapes sous les murs de la citadelle. Sans plus aucun espoir de recevoir des recevoir des renforts[3] et face à l'armée de Lowendal portée à 15 000 hommes, le moral de la garnison de la citadelle chute rapidement, jusqu'à ce qu'un coup de main du 15 juillet précipite la chute de la place[4]. Quelques 3 000 Alliés sont fait prisonniers[5] ainsi que d'importantes stocks d'armes et de ravitaillement[6]. L'année suivante, la ville de Gand sert de point de départ pour la percée française qui culmine avec le siège de Bruxelles[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Browning 1994, p. 219
  2. Brumwell 2007, p. 36-37
  3. (en) Francis Henry Skrine, Fontenoy and Great Britain's Share in the War of the Austrian Succession 1741-48, Londres, Edinburgh, 1906, p. 229.
  4. (en) J.O.E. Screen, The Action at Melle 9 July 1745, Society for Army Historical Research. Journal of the Society for Army Historical Research…, vol. 77, Issues 309-312, Londres, 1999, p. 95
  5. Jean-Baptiste Chrystin, Les délices des Pays-Bas, Paris, MDCCLXXXVI, vol.II., p. 324
  6. (en) J. W. Fortescue, A History of the British Army, MacMillan, Londres, 1899, vol. II, p. 122.
  7. Browning 1994, p. 259-60

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]