Renversement (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renversement.

En théorie de la musique, un renversement :

Intervalle[modifier | modifier le code]

Le renversement d'un intervalle est un autre intervalle formant le complément du premier dans l'octave.

Par exemple, la quarte est le renversement de la quinte — et inversement. Autrement dit, l’intervalle ascendant sol-do est le renversement de l’intervalle ascendant do-sol.

Les intervalles et leurs renversements[1]
(lire de gauche à doite et de droite à gauche)
l'unisson est le renversement de l'octave
la seconde la septième
la tierce la sixte
la quarte la quinte

Accord[modifier | modifier le code]

Renversements de l'accord de do majeur
Renversements de l'accord de do majeur (do - mi - sol): état fondamental, premier et deuxième renversement.

En harmonie tonale, un accord est défini par son état fondamental. Toute autre disposition est un renversement de cet accord.

État fondamental[modifier | modifier le code]

Un accord à l'état fondamental est représenté par une superposition de tierces, sa basse (note la plus grave) est alors sa note fondamentale[2].

Pour obtenir l'état fondamental réduit d'un accord, il faut abaisser les notes supérieures d'une octave jusqu'à obtenir un empilement de tierces

Lorsqu'un accord est renversé, certains de ses intervalles constitutifs le sont également. Cependant, chaque note de cet accord conserve le nom qu'elle aurait dans l'accord fondamental correspondant. Par exemple, dans le premier renversement d'un accord de trois notes (exemple B), la basse conserve son nom de « tierce », bien que située un sixte au-dessous de la fondamentale. À la différence d'un simple changement de position, un changement d'état — pour ce qui est des consonances parfaites consécutives ou directes — constitue un changement d'accord.

Renversements[modifier | modifier le code]

Accord à l'état fondamental (A, B, C, D) sous sa forme réduite en A, avec le premier (E) et deuxième renversement (F)

Un accord est à l'état de renversement, ou renversé, lorsque cet accord n'est pas à l'état fondamental, c’est-à-dire, lorsque sa note fondamentale n’est pas à la basse[2].

Son renversement est déterminé par la note qui se retrouve en basse.

  • Un premier renversement est un accord qui a sa tierce à la basse.
Exemple : « mi-sol-do »
  • Un deuxième renversement est un accord qui a sa quinte à la basse.
Exemple : « sol-do-mi »
Exemple : « si-do-mi-sol »
Exemple : « ré-si-do-mi-sol »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Danhauser 1929, p. 40
  2. a et b Gouttenoire 2006, p. 46

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Danhauser, Théorie de la musique : Édition revue et corrigée par Henri Rabaud, Paris, Henry Lemoine,‎ 1929, 128 p.
  • Philippe Gouttenoire et Jean-Philippe Guye, Vocabulaire pratique d'analyse musicale, DELATOUR FRANCE,‎ 2006, 128 p. (ISBN 978-2-7521-0020-7)