Banteay Srei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Banteay Srei
Image illustrative de l'article Banteay Srei
Le mandapa
Présentation
Culte Bouddhisme
Début de la construction Xe siècle
Géographie
Pays Drapeau du Cambodge Cambodge
Commune Siem Reap
Coordonnées 13° 35′ 56″ N 103° 57′ 46″ E / 13.59889, 103.9627813° 35′ 56″ Nord 103° 57′ 46″ Est / 13.59889, 103.96278  

Géolocalisation sur la carte : Cambodge

(Voir situation sur carte : Cambodge)
Banteay Srei

Le temple de Banteay Srei (la citadelle des femmes, ou de la fortune ou de Lakshmi les deux mots sanskrits strī et śrī devenant homonymes en khmer) est situé sur le site de l'ancienne ville d'Iśvarapura (la cité du seigneur, c'est-à-dire la cité de Shiva) à 20 km au nord-est d'Angkor.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été construit au Xe siècle dans du grès rose et de la latérite, et probablement consacré en 967, sous le règne de Jayavarman V et dédié à Tribhuvanamaheśvara (le Seigneur des Trois Mondes).

Il fut découvert et dégagé tardivement en 1924 par les archéologues de l'École française d'Extrême-Orient qui mirent en valeur l'exceptionnel état de fraîcheur de ses décorations.

En 1923, cherchant à dérober des bas-reliefs et autres éléments du site encore peu connu, André Malraux, sa femme Clara et son ami Louis Chevasson ont été pris en flagrant délit de pillage à leur retour à Phnom Penh[1]. Les sculptures découpées par Malraux sont déposées au musée national de Phnom Penh avant d'être intégrées dans la restauration du monument conduite par Henri Marchal. C'est à l'issue de cette restauration exemplaire qu'il fut décidé de protéger deux frontons dans des musées. Le premier a été envoyé au musée national de Phnom Penh, le second a été offert à la France en témoignage de la restauration et est conservé, depuis 1936, au musée Guimet, à Paris[2].

C'est sur ce site qu'à partir de 1931, l'équipe de l'EFEO dirigée par Henri Marchal mit au point la restauration par anastylose qui a permis de redonner tout leur lustre à plusieurs autres monuments d'Angkor (Baphuon, Terrasse du Roi lépreux notamment).

Description[modifier | modifier le code]

Ceinturé par des douves extérieures à l'enceinte, Banteay Srei est un temple plat. Son plan d'ensemble a la forme générale d'une raquette.

  • La troisième enceinte, la plus extérieure, forme un grand quadrilatère de 95 m de large sur 110 m de long, pour une hauteur moyenne de 2 m. Le gopura est se compose de deux porches sur piliers, d'une salle centrale cruciforme avec fenêtres et de deux vestibules-passages au nord et au sud, accolés au mur d'enceinte.
  • La deuxième enceinte de 38 m de large sur 42 m de long présente des gopuras l'est et à l'ouest, aux frontons magnifiquement décorés.
  • La première enceinte, très dégradée, de 24 m de côté est construite en brique, contrairement aux autres. On la franchit par deux portes situées à l'est et à l'ouest. Cette enceinte contient les "bibliothèques", le sanctuaire central et les sanctuaires annexes.

Les multiples gopuras de ses trois enceintes en briques et latérite, la finesse des sculptures des frontons à scènes, notamment ceux des "bibliothèques" nord et sud, la belle couleur de son grès rose, la qualité exceptionnelle de sa décoration et de ses sculptures, ses proportions réduites évoquant une maquette, font que ce temple est bien un des joyaux de l'art khmer.

Les linteaux, très nombreux, portent des sculptures tirées de la mythologie indienne avec de nombreuses représentations de Vishnu, Indra et autres scènes Mahabharata et du Ramayana.

Actuellement, devant l'afflux de touristes, il n'est plus possible de visiter le sanctuaire central, du fait de sa petite taille (2 m de côté).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Affaire Malraux
  2. Patrick Howlett-Martin, « Où ira le buste de Néfertiti ? », Le Monde diplomatique, no 700, juillet 2012, p. 27

Baptiste Pierre et Zéphir Thierry, L'art khmer dans les collections du musée Guimet, Réunion des musées nationaux, Paris, 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :