Dvarapala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dvarapala thaï du XVe siècle.
Dvarapala du temple de Plaosan près de Yogyakarta en Indonésie (IXe siècle)

Un dvarapala (ou dvârapâla) est une divinité gardienne de portes des temples et monastères bouddhiques et hindouistes. Elle peut être représentée sous une forme humaine ou démoniaque, parfois armée d'une massue, d'une lance ou d'un trident et d'aspect farouche.

Ces représentations prophylactiques sont communément placées par paires de part et d'autre du jambage des portes, mais de plus petites structures ne sont pourvues que d'un seul dvarapala, d'autres plus importantes en comptant jusqu'à douze, toujours positionnés par paires.

Ces statues, d'origine hindouiste[citation nécessaire], sont présentes dès les premières constructions en dur à l'époque Gupta (IIIe-VIe siècle ap. J.-C.). Il est possible qu'elles aient été présentes auparavant, lorsque l'architecture religieuse était construite en bois. Le bouddhisme, apparu au Ve siècle av. J.-C. et très précoce dans ses représentations iconographiques, a adopté très tôt l'image des davrapalas, comme le prouve leur présence dans le grand Stûpa de Sânchî : celui-ci aurait été fondé sous le règne de l'empereur Ashoka (304-232 avant J.-C.), preuve que des formes antérieures aux représentations Gupta étaient probablement présentes dans les temples hindouistes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :