Baphûon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baphûon
Image illustrative de l'article Baphûon
Reconstitution par Lucien Fournereau en 1889
Présentation
Nom local ប្រាសាទបាពួន
Culte Hindouisme
Type Temple
Début de la construction 1060
Géographie
Pays Drapeau du Cambodge Cambodge
Commune Angkor
Coordonnées 13° 26′ 37″ N 103° 51′ 21″ E / 13.44361, 103.8558313° 26′ 37″ Nord 103° 51′ 21″ Est / 13.44361, 103.85583  

Géolocalisation sur la carte : Cambodge

(Voir situation sur carte : Cambodge)
Baphûon

Le Baphûon est un temple du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il se situe dans l'enceinte d'Angkor Thom, entre le Palais Royal et le Bayon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Baphûon en 2012

Le Baphûon fut construit vers 1060, sous le règne de Udayādityavarman II, qui régna de 1050 à 1066, à la gloire de Shiva. Il fut un temple d'État, connu comme la « montagne d'or » (svarnādrī).

Il se dressait au sommet d'une colline artificielle, mais avait pratiquement disparu avant d'être dégagé et consolidé en plusieurs étapes de 1908 à 1918, par l'École française d'Extrême-Orient, sous la direction de Jean Commaille[1]. Assassiné en 1916, il est remplacé par Henri Marchal[1].

D'importants éboulements, notamment en 1943, ont obligé à reprendre la consolidation en 1950. À la fin des années 1960, il est décidé de démonter le temple bloc par bloc en les numérotant : cette opération d'anastylose doit durer dix ans[1]. La guerre civile cambodgienne (1967-1975) interrompt les travaux en 1971, et les différents relevés et archives sont détruits[1]. Le conflit indochinois (1978-1999) qui suit provoque la fin du projet, et les ruines du Baphûon sont laissées à l'abandon[1].

Envahi par la végétation, il est en restauration depuis 1995, dans un projet de dix millions d'euros apportés par le gouvernement français, et réalisé par l'EFEO, sous l'égide des architectes Jacques Dumarçay et Pascal Royère, dirigeant une équipe de 300 ouvriers cambodgiens[1]. L’inauguration du Baphûon restauré a eu lieu le 3 juillet 2011, en la présence du roi Norodom Sihamoni et du premier ministre français François Fillon[1].

Description[modifier | modifier le code]

Plan du Baphûon

Le Baphûon est une pyramide à cinq gradins de 145 mètres sur 150, composée de 300 000 pièces de grès de 500 kg chacune, toutes sculptées et uniques[1].

Ses bas-reliefs en cartouches racontent notamment le Ramayana[1]. On suppose qu'il était jadis entièrement couvert de plaques de bronze, afin de faire ressembler la colline artificielle au mont Meru.

Le temple a la particularité d'avoir subi un profond remaniement (très postérieur à sa construction, peut-être au XVe siècle) dans sa structure pour constituer un gigantesque Bouddha couché, au deuxième étage de la face ouest[2].


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Florence Evin, « Un puzzle de pierres au cœur du Cambodge », Le Monde Magazine, le 24 juin 2011
  2. Claude Jacques et Michael Freeman, Angkor, Résidence des Dieux, éditions Olizane, p. 140, (ISBN 2-88086-275-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Royère, Histoire architecturale du Baphuon, Université de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2002, 2 vol., 329 p. + pl. (thèse de doctorat d'Histoire et archéologie du monde indien)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Fassio, Angkor, l'aventure du Baphuon, 2009, 52', documentaire