Bad 25

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bad 25

Album par Michael Jackson
Enregistré 1987-2012
Durée 48 min 16
Genre Pop, dance pop, rock, funk, r&b
Format CD
Label Epic
Legacy Recordings

Albums par Michael Jackson

Bad 25 est un album de Michael Jackson sorti le 17 septembre 2012, réédition de Bad à l'occasion du 25e anniversaire de cet album. C'est le deuxième album de Jackson ainsi réédité, le premier étant Thriller 25. Le coffret deluxe contient un DVD du concert du 16 juillet 1988.

Présentation[modifier | modifier le code]

Bad 25 est une version rééditée de l'album Bad (1987) du chanteur Michael Jackson, sorti le 17 septembre 2012 en France et comprenant deux disques. Cet album existe en version « DELUXE », et contient alors les deux CD, un DVD et un CD qui reprend en majeure partie la bande son du DVD. Bad 25 intègre un premier CD qui contient toutes les chansons (remasterisées) de l'album original. Le second CD contient six inédits, plus les chansons Streetwalker et Fly Away sorties dans la réédition de Bad en 2001. Les versions espagnole et française de la chanson I Just Can't Stop Loving You y sont présentes également, ainsi que les remixes de Bad qui existent en deux versions : avec ou sans le chanteur Pitbull, remixé par le Dj Hollandais Afrojack, et le remix de Speed Demon par Nero. A noter que le DVD du concert de Wembley du 16 juillet 1988 présente trois chansons qui ont été rajoutées : The Way You Make Me Feel, enregistrée la veille le 15 juillet (la chanson n'a pas été jouée le 16 en raison d'un retard du spectacle), plus les chansons I Just Can't Stop Loving You et Bad, toutes deux enregistrées le 26 septembre 1987 à Yokohama au Japon.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Disque 1[modifier | modifier le code]

  1. Bad
  2. The Way You Make Me Feel
  3. Speed Demon
  4. Liberian Girl
  5. Just Good Friends
  6. Another Part Of Me
  7. Man In The Mirror
  8. I Just Can't Stop Loving You
  9. Dirty Diana
  10. Smooth Criminal
  11. Leave Me Alone

Disque 2 - bonus[modifier | modifier le code]

  1. Don't Be Messin' Round
  2. I'm So Blue
  3. Song Groove
  4. Free
  5. Price Of Fame
  6. Al Capone
  7. Streetwalker
  8. Fly Away
  9. Todo Mi Amor Eres Tu (I Just Can't Stop Loving You, Spanish Version)
  10. Je Ne Veux Pas La Fin De Nous (I Just Can't Stop Loving You, French Version)
  11. Bad (Remix By Afrojack Featuring Pit Bull - DJ Budha Edit)
  12. Speed Demon (Remix By Nero)
  13. Bad (Remix By Afrojack - Club Mix)

DVD - Live At Wembley July 16, 1988[modifier | modifier le code]

  1. Wanna Be Startin' Somethin'
  2. This Place Hotel
  3. Another Part Of Me
  4. I Just Can't Stop Loving You
  5. She's Out Of My Life
  6. I Want You Back/The Love You Save/I'll Be There
  7. Rock with You
  8. Human Nature
  9. Smooth Criminal
  10. Dirty Diana
  11. Thriller
  12. Bad Groove (Band Jam)
  13. Working Day And Night
  14. Beat It
  15. Billie Jean
  16. Bad
  17. Man In The Mirror
  18. The Way You Make Me Feel
  19. I Just Can't Stop Loving You (duo avec Sheryl Crow) / Bad

Objectif de ventes[modifier | modifier le code]

L'objectif de départ de Michael Jackson pour son album Bad était de battre son précédent record des ventes, obtenu avec l'album Thriller ; il avait d'ailleurs accroché sur un mur son objectif : « 100 millions ». L'album n'a pas atteint son objectif malgré un succès international. Enfin, Bad fut la dernière collaboration entre Michael Jackson et Quincy Jones.

Descriptif des inédits[modifier | modifier le code]

[1] Don't Be Messin' Round : Don't Be Messin' Round est une chanson qui a déjà sa petite histoire auprès des fans de Michael Jackson et des connaisseurs. En juillet 2009, le légendaire Bruce Swedien, ingénieur du son et collaborateur de longue date du Roi de la Pop, avait répondu aux questions du chroniqueur Roger Friedman. Il lui avait alors déclaré que Don't Be Messin' Round était incroyable : « Michael joue du piano dessus et c'est tout simplement beau. (...) Oh mon dieu, il n'y a rien de comparable ». Don't Be Messin' 'Round est un titre qui s'est souvent retrouvé sur la console de mixage. Elle fut travaillée pour les albums Thriller et Bad, ainsi que pour d'autres projets. La version qui s'apprête à surgir dans les bacs en 2012 est en fait la version de 1987, laissée en l'état. Matt Forger s'est occupé du mixage du titre pour l'album Bad 25 et il garantit que la chanson est restée intacte : « J'ai effectué le mixe de Don't Be Messin' Round à partir des bandes de l'époque. Aucune nouvelle partie fut autorisée, même pas celles conçues après 1987 sous la houlette de Michael ». Composée et produite par Michael Jackson, Don't Be Messin' Round fait partie de ces demos sur lesquelles le Roi de la Pop a pris soin de poser pas mal d'idées mélodiques et rythmiques. Les accords et la rythmiques donnent au titre une ambiance ensoleillée, une sorte de Funk paresseux qui rappelle par moments la démo, originale de P.Y.T. La mélodie emprunte, par moments quelques accents à Streetwalker. Les paroles, majoritairement chantées en yaourt, démontrent qu'il restait encore à MJ de polir cette pépite avant de lui donner une place sur un de ses albums. À partir de 2:23, Michael lance le « bridge », qui en fait se résume à une partie instrumentale qui dure une bonne minute avant de reprendre le thème simple mais groovy de la chanson. Tout commence au moment des sessions d'enregistrement de l'album Thriller avec l'ingénieur du son Brent Averill. Michael a également produit, arrangé, et guidé la plupart des parties instrumentales, y compris une partie piano de Jonathan Maxey dans le bridge, et les sons de guitare funky de David Williams. Michael a finalement mis ce titre de côté et a décidé de le retravailler en 1986 dans son home studio à Hayvenhurst avec Matt Forger et Bill Bottrell en prévision de l'album Bad. Avant de formater la démo en un titre de moins de 5 minutes susceptible d'intégrer l'album Bad , Don't Be Messin' Round durait presque 8 minutes. Fin 1986, MJ continuait à travailler la chanson que ce soit dans son home studio ou aux studios Westlake. À nouveau mise de côté, la chanson sera ensuite retravaillée lors des sessions des albums Dangerous et HIStory mais n'intègrera jamais ces albums.

I'm So Blue : Michael a travaillé la chanson I’m So Blue avec Matt Forger et Bill Bottrell. Les instruments qui composent la musique sont un piano, des synthétiseurs, un harmonica synthétiseur et une caisse claire. Michael exprime sur ce morceau beaucoup de tendresse et de mélancolie sur cette balade. Il s’agit d’un titre mid-tempo à l’ambiance mélancolique dont l’harmonica, par sa tonalité, fera peut-être un peu penser à celui de Stevie Wonder. Michael chante en "yaourt" sur le refrain : "Da Da Da Da". Forger a confié que “Stevie avait une grande place dans la vie de Michael. Il n’est pas rare de voir son influence dans le travail” de MJ. La dépression a été également le thème de la chanson Blues Away sur l'album The Jacksons en 1976. La chanson parle d'une histoire d'amour avec une triste fin et Michael chante la solitude. La ballade est enveloppé avec des arrangements doux. Le riffs d'intro met instantanément la scène et l'ambiance de la piste. La voix de Michael Jackson dès les premières lignes reflète la tristesse de l'histoire. L'harmonica n'en est pas un, en effet c'est un harmonica synthétiseur joué par le claviériste John Barnes.

Song Groove : Le titre « Abortion Papers » traite de la délicate question de l’avortement. Michael voulait traiter le sujet de manière à ne culpabiliser personne. Il a ainsi choisi d’aborder le sujet en racontant l’histoire d’une jeune fille en conflit avec son éducation dans une famille profondément religieuse. MJ ne voulait pas prendre position sur le thème abordé mais simplement décrire une question compliquée. Pour l’anecdote, la démo a été oubliée au début de l’archivage car sur la boite contenant l’audio, il y avait marqué un autre titre : “Song Groove”. Ce titre dynamique avec une instrumentale lourde avec une grosse caisse. La chanson a été enregistrée avec notamment Brian Malouf. Michael a écrit une chanson sur le sujet, en essayant de ne pas offenser les femmes qui peuvent faire face une telle situation. La chanson a été enregistrée en deux parties et assemblées pour Bad 25. La chanson est proche du style envisagé pour la chanson Dangerous avec un son mécanique et métallique.

Free : Une ballade sobre, simple et efficace où on ressent son envie de liberté dont Michael parle dans la chanson. Forger estime que c’est un titre plutôt « brut » et simple mais il reflète « l’esprit et la joie de Michael ». Ce morceau montre un Michael Jackson « dans son élément » et « faisant ce qu’il aimait faire ».

Price of Fame : Une version originale mixée par Bill Bottrell, MJ raconte en réalité son expérience personnelle, même s’il se cache derrière des personnages comme il avait l’habitude de le faire. L'instrument donne une impression oppressante avec une basse envoutante. La chanson devait faire partie de la compagne de pub avec Pepsi avant d'être remplacé par le titre Bad (version Pepsi). La chanson a été construit autour d'un beat Ska/Reggae, l'une des rares incursions de Michael dans ce genre. La chanson parle du succès connu par Michael après l'album Thriller. Michael avait chanté avec Joe King Carrasco sur Don't Let A Woman Make A Fool Of You (1982) qui est dans ce style reggae.

Al Capone : Al Capone est la démo du titre Smooth Criminal. Pour la chanson, Michael utilise un personnage historique pour le thème de sa chanson. Bill Bottrell dit : "Voilà un parfait exemple de chanson dite "work in progress". Michael a souvent opéré de la sorte, il s’installe sur un projet de longs mois en ajustant le concept, modifiant les paroles ou la mélodie. La ligne de basse sur Al Capone a naturellement donné naissance à Smooth Criminal. Et la thématique du Gangster s'est au fil du temps moins concentré sur la figure historique qu'était Al Capone que sur le développement d'une situation et d'une histoire précise. On peut également clairement entendre Michael expérimenter ses célèbres vocalises Staccato, ce phrasé très rapide que l'on entendra plus tard dans la chanson finalisée.". Une instrumentale au synthétiseur pure avec une voix de Michael un peu plus grave.

[2]

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • En parallèle à l'album, le documentaire Bad 25 de Spike Lee est sorti en 2012.