Ayizo-gbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ayizo-gbe
Ayizo-nu
Parlée au Bénin
Nombre de locuteurs environ 328 000
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 ayb
IETF ayb
Échantillon
Déclaration universelle des droits de l’homme, Article premier
Ɖo acε ɖiɖoo kpo wi na nɔ taa na mε kpo mε ɔ, gbεtɔ xe e jiwa gbεmε fi ɔ bi ɖo yeɖee nu bo ɖo ha ɖokpo ɔ ji. Ye mε kpoo wε ɖo nunyɔε kpo ayixa kpo bo ɖona nɔ sɔ nɔvinyinyi sin walɔ sɔ wanu xε yeɖee.

L’ayizo-gbe est une langue parlée au Bénin et en Afrique de l'Ouest.

L'ayizo-gbe est l’une des premières langues du groupe Gbe transcrite en alphabet latin dans l’ouvrage de catéchisme du XVIe siècle connu sous le nom de Doctrina Christiana (1658). Les chercheurs qui ont analysé l’ouvrage ont cru à tort que la langue dont il s’agit serait le gɛngbe ou langue mina d’une part et à défaut, le gungbe dit aussi à raison aladagbe et qui a l’avantage de disposer d’une traduction de la Bible depuis le XIXe siècle (Biblu wiwe lɔ). Or, selon son auteur, la langue africaine de la Doctrina Christina est identifiée comme la langue du Royaume d’Allada, localité qui est reconnue comme pays des populations Ayizɔ installées sur le plateau d’Allada avant les immigrants descendants de l’ancêtre Aja de Tado nommé Agassou (agasuvi lɛ) qui fonderont le royaume et qui seront à l’origine des royaumes de xɔgbonu (Porto-Novo) et du danxomɛ (Dahomey).

Classification[modifier | modifier le code]

Les analyses faites à partir de ces deux erreurs ont eu un peu de succès parce que sur le plan génétique et sémantique partant du vocabulaire de base, il y des similitudes entre les trois dialectes du sous-groupe de langue dénommé plus tard Gbe. En effet, au moment de l’élaboration de la Doctrina Christina, il est fort probable que ni le gungbe, ni le gɛngbe n’était encore des parlers constitués. Cette hypothèse plausible a été émise par le Père Roberto Pazzi qui est l’auteur de travaux remarquables sur l’histoire, la langue et la culture des peuples Aja-Ewe actuellement connus comme les peuples du continuum linguistique Gbe.

La dénomination ayizo a été donnée par les Fon d’Abomey pour nommer les populations du Sud conquise par eux plus tard comme des provinciaux (1924 et 1927), éloignés du centre de la culture et de la civilisation qu’était le plateau d’Abomey. Il les auraient appelés : ayi ɖo zɔ nu, ce qui signifie « habitant des terres éloignées ». En abrégé, l’expression a donné le mot « ayizɔnu ». Il semble qu'au départ, l’expression ne s’adressait pas à un seul groupe ethnique habitant au Sud de la dépression argileuse de la Lama (ko) qui est la limite Sud du plateau d’Abomey. En effet, l’expression « ayi ɖo zɔ nu », serait l’équivalent de la suivante en relation avec la suivante et dépression : « ko-gudo-nu » qui signifie, "ceux qui habitent derrière la Lama". Les groupes ethnique concernés sont les populations dites Aïzo (ayizo) du plateau d’Allada (alada) et ceux du plateau d’Abomey-Calavi (agbomɛ kaɖafi). L’administration coloniale a assimilé les Tori (tɔlinu) situé entre Alada et Ouidah au même groupe.

Plus tard, les travaux de la commission nationale de linguistique des années 1978-1982 ont montré que dans le département de l’Atlantique au Sud de la dépression de la Lama, on dénombre les groupes ethniques suivants : les ayizonu-konu, les ayizonu-setonu, les ayizonu-tolinu, les xwedanu (ou xwelanu), les xwlanu, et les tofinnu.

La langue dont il est question ici est bien sûr le ayizɔgbe – kogbè dont les locuteurs sont majoritaires dans les communes ci-après du département de l’Atlantique au Sud du Bénin : Allada (alada), Toffo (tɔvɔ), (zɛɛ) ou hwɛzunmɛ). On les rencontre aussi en grand nombre dans les autres communes comme Abomey-Calavi dans les arrondissements de Zinvié et de Kpanroun, à Tori-Bossito dans l’arrondissement de Azohouè (azɔhwɛ), à Kpomassè dans l’arrondissement de Tokpa-Domè.

Écriture[modifier | modifier le code]

L’ayizo-gbe s’écrit de différente manière, avec différentes orthographes utilisant l’alphabet latin. Une orthographe uniformisée utilise les règles définies par l’Alphabet des langues nationales du Bénin.

Alphabet[modifier | modifier le code]

Alphabet uniformisé
Majuscule A B C D Ɖ E Ɛ F G GB H HW I J K KP L M N NY O Ɔ P R S T U V W X XW Y Z
Minuscule a b c d ɖ e ɛ f g gb h hw i j k kp l m n ny o ɔ p r s t u v w x xw y z
Valeur phonétique /a/ /b/ /c/ /d/ /ɖ/ /e/ /ɛ/ /f/ /ɡ/ /ɡ͡b/ /ɣ/ /ɣʷ/ /i/ /j/ /k/ /k͡p/ /l/ /m/ /n/ /ɲ/ /o/ /ɔ/ /p/ /r/ /s/ /t/ /u/ /v/ /w/ /χ/ /χʷ/ /y/ /z/

Prononciation[modifier | modifier le code]

Les Voyelles[modifier | modifier le code]

Voyelles orales (et nasales)
avant central arrière
haut i (in) u (un)
mi-haut e o
mi-bas ε (εn) ɔ (ɔn)
bas a (an)

Les voyelles orales sont : a, o, ɔ, e, ε, i, u. Exemples :

  • tà (tamiser), tò (ranger), tɔ̀ (coudre), tὲ (enfler), tì (bourrer) ;
  • sú (fermer), sí (respecter), só (piler), sɔ́ (prendre), sέ (être malin), sá (castrer) ;
  • ké (décrier), kέ (éventrer), kɔ́ (refuser), kú (mourir).

Ls voyelles nasales sont : an, ɔn, εn, in, un. Exemples :

  • kàn (fouiller), kɔ̀n (verser), kùn (déterrer), kὲn (cesser) ;
  • sìn (attacher), sὲn (servir), sɔ̀n (filtrer), sùn (rompre).

Consonnes[modifier | modifier le code]

Les Consonnes :

  • t/d : ta (tamiser) ; da (peser).
  • ɖ/d : ɖo (posséder) ; do (planter).
  • f/v : fun (lutter) ; vun (s’étendre : courge).
  • s/z : san (couper en deux) ; zan (utiliser).
  • c/j : ca(démoder), ja (découper en morceaux).
  • x/h : xu (sécher) ; hu (arroser).
  • xw/hw : xwe (maison) ; hwe (calcaire).
  • k/g : akó (gésier) ; agǒ (bosse).
  • kp/gb : àgbò (belier) ; akpo (poche).
  • m et b : pas d’opposition ; m s’associe aux voyelles nasales et b aux voyelles orales.
  • n et ɖ : pas d’opposition ; n s’associe aux voyelles nasales et ɖ aux voyelles orales.
  • ɖ/l : ɖi (enterrer)/ li (moudre).
  • n/l : nù (boire)/lùn (tresser).
  • r et p : consonnes étrangère présentes dans les mots d’emprunt aux langues européennes et dans les onomatopées.
  • y/j : yὲ (ombre) ~ jὲ (sel de cuisine).
  • y/c : yí (recevoir)/cí (éteindre).
  • ny et y : pas d’opposition ; ny s’associe aux voyelles nasales et y au voyelles orales.
  • w/v : wà (faire)/và (dorloter).

Les Nombres (nulεnnu lε): français-ayizɔ[modifier | modifier le code]

  • un [1] : ɖòkpǒ
  • deux [2]  : àwè
  • trois [3] : atɔ̂n
  • quatre [4] : ènὲ ou ὲnὲ
  • cinq [5] : atɔɔ́n
  • six [6] : ayìzεέn
  • sept [7] : cánwe
  • huit [8]: cantɔ̂n
  • neuf [9] : cέnnὲ
  • dix [10] : awoó ou woó
  • douze : weɖokpo
  • treize : weatɔn
  • quatorze :weεnε
  • quinze : fɔtɔn
  • seize : fɔtɔn nukun ɖokpo
  • dix-sept : fɔtɔn nukun awe
  • dix-huit : fɔtɔn nukun atɔn
  • dix-neuf : fɔtɔn nukun εnε
  • vingt : koo
  • Vingt [21] koo nukun ɖokpo
  • Vingt deux [22] koo nukun awe
  • Vingt trois [23] koo nukun atɔn
  • Vingt quatre[24] koo nukun ɛnɛ
  • Vingt cinq [25] koo atɔɔn
  • Vingt six [26] koo atɔɔn nukun ɖokpo
  • Vingt sept [27] koo atɔɔn nukun awe
  • Vingt huit [28] koo atɔɔn nukun atɔn
  • Vingt neuf [29] koo atɔɔn nukun enɛ
  • Trente [30] gban

Lexique de base français-ayizɔ(xokun adodoe lɛ)[modifier | modifier le code]

Le corps humain(gbɛtɔgbazaa)- français-ayizɔ
  • main : alɔ
  • doigt : alɔvi
  • ongle : fɛn
  • paume de la main : alɔkpakpa
  • revers de la main : alɔgodo
  • bras : aba
  • avant-bras : awa
  • épaule : abɔtaa, cou : kɔ
  • eusophage : vɛgo
  • tête : taa
  • cheveux : ɖa
  • nuque : azogodo (derrière les cornes)
  • front : nukɔnnu
  • paupière : wunɖagban
  • œil : nukun
  • prunelle des yeux : nukunzin
  • larmes : ɖasin
  • nez : awɔntin
  • bouche : nuu
  • menton : agbakɔ
  • barbe : atan
  • oreille : to
  • joue : alaka
  • dent : aɖu
  • gencive : anyɔkpotin
  • langue (organe) : ɖɛɛ
  • salive : tan
  • clavicule : abɔxuu
  • poitrine : akɔnnu/akɔngonu
  • sein : anɔ
  • aiselle : awamɛ
  • dos : nɛgbe
  • colonne vertébrale : nɛgbexuu
  • ventre : xoto
  • nombril : hɔnvi (ou) hɔnvinu
  • aine : sɛli
  • pénis : nɛkun
  • testicule : aglokwin
  • fesse : gogo
  • anus : gbɔnnu
  • vulve : migo
  • poil : fun
  • poil du pubis : sɛli-fun
  • cuisse : asakpaɖa
  • genou : kolo (klo)
  • jambe : afɔ
  • pied : afɔ-kpakpa
  • orteil : afɔ-vi
  • ongle : fɛn
  • paume des pieds : afɔ-xomɛ
  • urine : aɖɔ
  • excrément : ada
  • pet : awɔn.
Les plantes et l'agriculture (atin lɛ kpo gle zɔn kpo) - français-ayizɔ
  • noix de palme : de
  • palmier à huile (elaeis guineensis) : detin
  • plantation de palmiers à huile : degboo
  • manioc : ako ; akute
  • maïs : gbado ; gbaa
  • grains de maïs : gbadokun ; gbaakun
  • sorgho : abɔ ;
  • grains de sorgho : abɔkun ~
  • mil : li ~
  • grains de mil : likun ~
  • champ de maïs: gbadogle ~
  • champ de sorgho: abɔkungle
  • champ de mil : ligle
  • igname : te
  • igname sauvage : zuntee
  • haricot sec : ayikun
  • gingembre : dotɛ
  • ail : ayo
  • oignon : masa
  • légume de sauce gluante : nɛhun
  • gombo : nɛhunɖiɖi
  • oranger : agbotin
  • orange : agbo ; alomɛ
  • citronnier : kletin
  • citron : klé ~
  • arbre à pin : akutakpanwuntin
  • palmier raphia : ɖɛtin
  • raphia: ɖɛ
  • ananas : agɔn
  • cocotier : agɔntin
  • coco : agɔn
  • plantation de cocotiers: agɔngboo.
  • tarot: glɛn (gɛnlɛn) ~
  • pomme sauvage : asyɔ
  • pommier sauvage : asyɔtin
  • mûr (fruit) : byabya
  • mûrir : bya
  • bananier : avlantin
  • banane : avlan
  • banane plantain : avlan alɔgaa
  • cotonnier: sekanfuntin
  • coton: sekanfun
  • arachide: aziin
  • patate douce: wɛli
  • teck : tɛkitin
  • piment (arbuste) : vavotin
  • piment : vavo
  • tomate : timati
  • souchet : afyo
  • kolatier: golotin (glotin)
  • kolatier: avitin
  • kolatier cola garcima : ahohoetin
  • rônier: seli
  • kapokier: huntin
  • kapok: hunsɛ
  • fisanier blighia sapida: ayisɛtin
  • fruit du fisanier blighia sapida: ayisɛ
  • arbre ptecarpus santalinoïdes : gbɛgbɛtin
  • fruit de ptecarpus santalinoïdes : gbɛgbɛ
  • figuier: kpakpavolitin
  • figue: kpakpavoli
  • caféier: kafɛɛtin
  • café: kafɛɛ
Vocabulaire de la santé (lanmɛ na nɔ ganji sin xogbe lɛ)
  • infirmier : dotoo
  • infirmière : dotoo nyɔnu
  • sage-femme : dotoo vijitɔ
  • médecin : dotoogan
  • infirmerie : dotooxwe
  • hôpital : dotooxwe ɖaxo
  • malade : azinzɔnnɔ
  • ambulance : azinzɔnnɔbɛɛhun
  • fièvre : awutubi
  • toux : kpɛn
  • tousser : kpɛnkpɛn
  • vomissement : sulusulu
  • vomir : sulu
  • diarrhée : xomɛsalasala
  • maux de ventre (douleur) : xomɛwelewele
  • gale : ciɖɔ
  • rougeole : gogodindɔɔn
  • variole : axɔsusinsɛɛŋ
  • maladie éruptive : awusinsɛɛn
  • plaie : akpa
  • grande plaie : agada
  • plaie incurable : agda jɔmakui
  • panaris : nuvɔɛn
  • hernie : ke
  • médicament : amasin
  • remède : amasin, azɔngbɔnu, azɔngblenu
  • comprimé : atinkɛɛn
  • seringue : nyɛ
  • injection : nyɛdido
  • injection, intraveineuse : kanmɛnyɛ
  • maux de dent : aɖuzɔn
  • faire mal : vɛ
  • rhume : alinkpɔn
  • maux de tête (migraine) : taaɖuɖu
  • abcès : nutitɛɛ
  • asthme : gbɔxaa
  • ver intestinal : xomɛdan, dan
  • vermifuge : dannyɛɛ
  • folie : nululu
  • malade fou : nuluunɔ
  • palpitations cardiaques : hunxohunxoe
  • maladie cardique : hunjizɔn
  • vaccination : abatintɔɔn
  • bande de gaze : akpablanu.

Proverbes Ayizɔ[modifier | modifier le code]

  • Dan ɖu mɛ na e mɔ vɔɔn ɔ, e nɔ si : Celui qui a été une fois mordu par un serpent craint le ver de terre
  • E mɔ nɔ mɔ gbɛtɔ gbeɖopko bo ɖɔ e blawu gɛ : On ne peut déplorer l’aspect physique d’un être humain lorsqu’on le voit pour la première fois (les apparences peuvent être trompeuses).
  • Han vii ɖiɖee nyɔhu ayakpa : L’achat d’un pourceau est meilleur à celui d’une vielle truie (le dressage est plus facile)
  • Lɛnklɛnzin awe wɛ xo avun ɖo kɔɔta ɖokpo ɔ ji : e ɖɔ ku jan wɛ na ɖaa ! : Deux petits serpents se sont battus sur une motte de terre: seule la mort pourra les séparer.
  • Nya xwe detinji bo ɖɔ mi xwe alintin gbo gbe: a ɖo lɛlo nɛ na gbɔ be e na nyɔɛ : Un individu prétend aller couper une manche pour sa houe sur un palmier: Même si on dit un tel mensonge à un mouton, il est capable de s’en rendre compte (il existe des mensonges qui sautent aux yeux.
  • Afa na yivo ɔ, ajikwin nuu wɛ e te : Pour que l’oracle accepte la requête du consulteur, Cela dépend de la graine porteuse du message.
  • Xɔɔ ɖuwe bɔ klo tɛ akwa n’ɛ : mi mɛ akpannɔ lɛ wɛ ɖo akpannu wa ɔ : L’escargot danse et la tortue le félicite en lui donnant de l’argent : ce sont les animaux en carapace qui se manifestent (Ceux qui s’assemblent se ressemblent)
  • Do xé wa adan ɔ mɔ nɔ sεtεn gε : Quelle que soit la colère d’un trou, il ne lui est pas permis de changer de placer.
  • Amaa xuxu ɖe mɔ nɔ byɔ sεjε ɖe ɔ gε : Une feuille morte ne discute pas la place à une autre
  • Tɔ mɔ nɔ sayi agɔ gε : Un cours d’eau ne coule jamais à l’envers (de l’aval vers l’amont)
  • Azɔ kpotaa be nukuntɔnnɔ na se gbii jan wε : Si le tabac n’a pas été vendu, l’aveugle qui en est le propriétaire doit entendre le bruit de son déchargement.
  • Ku winnya nyɔhu gbε winnya : La honte dans la mort est meilleure à celle de son vivant
  • E mɔ nɔ nyɔ amyɔnɔ win bɔ e nɔ ɖuwɔ hu mɛ gɛ  : Lorsqu’on reconnaît le gaucher, on ne peut le laisser manger plus que soi
  • E mɔ nɔ xɔ sɔ bo nɔ zɔn afɔ gɛ : celui qui a cahté un cheval ne doit plus aller à pied.
  • Akanmu glagla, azɔ glagla : Autant la potasse est piquante, autant le tabac l’est aussi (les chiqueurs peuvent en témoigner)
  • Jonɔ mɔ nɔ nya gbɔ ɖo sekɔn gɛ : L’étranger ne chasse pas le cabri qui mange sur la meule (avant d’agir, il faut se renseigner sur les habitudes du milieu)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • ACCT, 1982 : Atlas et étude sociolinguistique du Bénin, Institut de Linguistique Appliquée d’Abidjan, Université Nationale de Côte d’Ivoire.
  • Capo, Hounkpati B. C. , 1983 : « Le Gbe est une langue unique», Africa, Journal of the International African Institute (IAI) Vol. 53, No. 2. (1983), p. 47–57, Londres.
  • Capo, Hounkpati B. C., 1988 : Renaissance du Gbe, réflexions constructives sur l’Eve, le Fon, le Gen, l’Aja, le Gun, etc., Hambourg, Helmut Buske Verlag, 234 pages.
  • Cornevin, Robert, 1961 : Histoire du Dahomey, Paris Maisonneuve et Larose.
  • Gbéto, Flavien, 2006 : Esquisse de la tonologie synchronique du Ayizɔ d'Allada, dialecte gbe du Sud-Bénin, Journal of African Languages and Linguistics, Volume: 27, Issue: 2 ; Page start: 29 [1].
  • Gbéto, Flavien, 2006 : La participation des consonnes comme unités porteuses de ton en Kotafon, dialecte Gbe du Sud-Bénin, The Journal of West African Languages, Volume XXXIII Number 2 2006[2].
  • Kluge, Angela (2005) ‘A synchronic lexical study of Gbe language varieties: The effects of different similarity judgment criteria’ Linguistic Discovery 3, 1, 22-53.
  • Kluge, Angela (2006) ‘Qualitative and quantitative analysis of grammatical features elicited among the Gbe language varieties of West Africa’ Journal of African Languages and Linguistics 27, 1, 53-86.
  • Labouret et Rivet, 1929: Le royaume d'Arda et son évangélisation au XVIIe siècle, Paris, Institut d'ethnologie, 62 pp., 20 planches.
  • Rivet, P., 1925: la langue arda ou une plaisante méprise, Göteborg, Congrès international des américanistes, XXI Serie, 2e partie, pages 155-160.
  • Pazzi, Roberto, 1979 : Introduction à l’histoire de l’aire culturelle Ajatado, Lomé, Université du Bénin, Institut National des Sciences de l’Éducation, Études et Documents en Sciences Humaines, No 1.
  • Agossou-Voyèmè, Augustin Karl (éditeur), 2004: Les chansons : une école de langage de poésie et de culture dans l'aire culturelle Fon et Ayizo, Ouvrage diffusé par la Librairie Notre Dame, Cotonou
  • Agossou-Voyèmè, Augustin Karl (éditeur), 2006: Actes des deuxième et troisième colloques Ayizo jumelés, Ouvrage diffusé par la Librairie Notre Dame, Cotonou
  • Agossou-Voyèmè, Augustin Karl (éditeur), 2006: Actes du premier colloque ayizo (Colloque sur le Pays Ayizo tenu à Allada, Bénin), ouvrage diffusé par la Librairie Notre Dame, Cotonou ; 64 pages; Collection "L'écriture"
  • Agossou-Voyeme, Augustin Karl, 2005: Cours du premier cycle. I, Unicité du genre homo en une seule espèce animale sociale en langue ayizo. - 3e édition, Cotonou, Collection "L'écriture", 48 pages ; ISBN 99919-57-35-9.
  • Lafage, Suzanne, 1975 : Contribution à un inventaire chronologique des publications concernant l’aire culturelle Ewé, (deuxième partie), Annales de l’Université d’Abidjan, 1975, Série H, Linguistique, tome VIII, Fascicule I, Pages 159-189, ISBN 2-7166-0134-8
  • Westermann, Diedrich, 1954: Wörterbuch der Ewe-Sprache (mit karte), Berlin, Akademie Verlag, 796 pages[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans cet article, l’auteur a essayé de montrer que le Ayizo-Gbe, dialecte Gbe parlé dans la partie méridionale du Bénin, région d’Allada, a deux tonalités fondamentales : le ton Haut et le ton Bas (H et B, gbeyiji kpo gbeyido kpo). Les autres tonalités, c’est-à-dire les tons Moyen (M), Bas-Haut (BH), Haut-Bas (HB), Moyen-Haut (MH) et Haut-Moyen (HM), sont des réalisations de ces deux tonalités de base. Il a essayé de démontrer que les tons Haut-Bas de la tonalité des noms sont dérivés par une règle d’insertion du ton Haut lorsque la consonne concernée est une occlusive sourde. Cette tonalité élevée empêche la propagation du ton préfixé Bas par une occlusive sourde. Ce qui est intéressant dans cette langue, c’est que l’application des règles tonologiques dépend de la nature des consonnes. La tonalité Bas-Haut est dérivée par une règle de propagation du ton Bas. La tonalité Moyen-Haut est dérivée par une règle de propagation du ton Moyen tandis que le Haut-Moyen est dérivé par la règle d’insertion du ton Haut et une règle d'assimilation du ton Bas final. La tonalité Moyen est un allotone du ton Bas dans l'environnement d'une tonalité Haut. Michel Ahohounkpanzon
  2. Résumé : l’auteur a essayé de montrer que la langue Kotafon (ko-gbe) distingue deux tons de base : le ton haut (H) et le ton bas (B). Il montre que tous les autres tons identifiables dans cette langue sont dérivés de ces deux tons de base par des règles phonologiques. Les autres tons dont il s’agit sont les tons moyen (M), bas-haut (BH), haut-bas (HB), moyen-haut (MH), et moyen-bas (MB). Ainsi, les consonnes non voisées insèrent un ton H, créant en surface un ton HB lorsque la voyelle suivante est intonée B au niveau des items non verbaux. Le ton BH est dérivé par une règle de propagation du ton préfixal B sur la voyelle suivante portant un ton H, lequel est proposé pour tout verbe à l’impératif et pour tout substantif. Fait remarquable, la propagation du ton B à sa droite est bloquée par les consonnes non voisées. Le ton MH est dérivé du ton B par la suffixation du ton H alors que le ton HM est une réalisation du ton H par la suffixation du ton B. enfin, le ton M est dérivé du ton B par une règle de rehaussement. L’analyse permet de souscrire à la thèse selon laquelle les voyelles ne sont pas les seuls segments porteurs de ton ; il faudrait prendre aussi en compte les consonnes radicales surtout en position initiale. Michel Ahohounkpanzon
  3. Diedrich Westermann (1875-1956) est sans doute le plus grand africaniste de la première moitié du vingtième siècle. Missionnaire au Togo (1900-1905), colonie allemande avant la première guerre mondiale, il apprend l’ewe, rédige une grammaire et commence un dictionnaire qu’il mettra près de quinze ans à achever. Il entreprend aussi une œuvre de linguiste comparatiste, classe les langues de l’Afrique et milite pour leur description systématique et leur comparaison. Il ne sépare pas le travail africaniste d’une défense des civilisations africaines, et il voit dans la culture ewe l’une des grandes cultures de l’Afrique. Pour lui, la linguistique mène à l’anthropologie et au développement. Premier président de l’Institut international africain, il incite vivement les Africains à écrire leurs langues. C’est ainsi qu’un pasteur de Ho, au Togo britannique, Kwasi Fiawoo, écrit en 1937 la première pièce de théâtre publiée dans une langue africaine, Toko Atolia (« La cinquième lagune »), traduite peu de temps après en allemand et en anglais. D. Westermann essaie aussi, à sa manière, de combattre les idées racistes qui se diffusent en Allemagne. Il publie Autobiographies d’Africains, ouvrage dans lequel il donne la parole à des intellectuels, des écrivains, des hommes d’Église africains, pour qu’ils racontent leur itinéraire. Cet ouvrage, traduit en français en 1943, a été récemment réédité au Togo (2001). Professeur à l’université de Berlin, il demeure à son poste, alors que son fils, pasteur, sera interné dans un camp pour antinazisme. Il part à la retraite en 1953. D.Westermann est le vrai fondateur de la linguistique africaine moderne. Disciple de Meinhof, il a dépassé son maître par l’ampleur de ses intérêts comparatistes et par son influence internationale. L’ouvrage qu’il rédige avec D. Baumann, Les Civilisations de l’Afrique, paru en 1948, est justement salué comme inégalé dans la recherche africaniste française de la même époque8. Il incarne une approche de la linguistique qui part de la description, mais se fixe pour but la mise par écrit, la traduction, l’entrée dans le monde de l’écriture, de l’alphabétisation, et donc un certain type de développement. Il a ouvert la voie à l’anthropologie linguistique, mais aussi à la fixation et à la littérarisation des langues africaines. Alain Ricard

Articles connexes[modifier | modifier le code]