Auto-Tune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Auto-Tune est un logiciel correcteur de tonalité, développé par la société Antares Audio Technologies en 1997, mais créé initialement fin 1996 par Andy Hildebrand, un ingénieur américain travaillant dans l'industrie pétrolière[1].

Auto-Tune analyse la hauteur (la fréquence) de la voix humaine et la recale si nécessaire en l'alignant sur une gamme (une échelle) de notes définie à l'avance. Grâce à ce procédé, un piètre interprète peut chanter juste grâce à ce correcteur de fausses notes en temps réel[1]. Quand on pousse les réglages à l'extrême, le traitement, jusqu'ici transparent et naturel, prend un caractère artificiel, donnant à la voix un aspect « métallique »[1].

Auto-Tune est souvent associé au rappeur/chanteur américain T-Pain[2], mais de nombreux autres artistes l'utilisent, ouvertement ou non.

Origine[modifier | modifier le code]

Comme décrit dans l'article du journal Libération du 29 août 2011[1] :

« (...) Son inventeur, Andy Hildebrand, n'est pas un ingénieur du son. Travaillant dans l'industrie pétrolière, il met au point une méthode basée sur “l'autocorrélation”, qui permet d'envoyer des ondes acoustiques dans les sous-sols pour voir si une exploitation pétrolifère est envisageable. Une fois l'invention vendue aux compagnies pétrolières, Andy Hildebrand prend sa retraite à 40 ans. Lors d'un dîner quelques mois plus tard, racontera le scientifique, quelqu'un le met au défi de créer un système pour chanter juste. Hildebrand se sert à nouveau de l'autocorrélation pour mettre au point un logiciel. À la fin de l'année 1996, l'Auto-Tune est né. »

Utilisation et fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'Auto-Tune est un programme informatique, un logiciel utilisé la plupart du temps par les ingénieurs du son, mais il est aussi de plus en plus prisé par des artistes du milieu hip-hop[réf. nécessaire].

Initialement, l'Auto-Tune est un correcteur de voix permettant de chanter juste. L'effet « métallique » sur les voix, rendu populaire par le rappeur T-Pain, est le résultat de réglages très particuliers et voulus[2].

L'Auto-Tune n'a rien à voir avec un vocodeur, bien que le résultat sonore puisse y faire penser. En effet, il ne s'agit pas d'une synthèse vocale croisée entre un « porteur » (par exemple, le son d'un synthétiseur) et un « modulateur » (par exemple, une voix), mais bien d'un traitement informatique de la voix[réf. souhaitée].

Sur les programmes d'édition logicielles tels que GarageBand, l'Auto-Tune est désignée comme un programme de « correction de hauteur tonale »[réf. souhaitée].

Utilisateurs avérés[modifier | modifier le code]

  • En 1998, la chanteuse Cher, avec la chanson Believe est devenue la précurseur de l'utilisation massive de l'Auto-Tune sur une chanson devenant un hit (le single Believe sera en effet vendu à plus de 10 millions d'exemplaires). Ainsi, ce logiciel est parfois appelé « Cher Effect » par les anglophones[3],[4].

« Tout en travaillant avec Cher sur la chanson Believe en 1998, les producteurs Mark Taylor et Brian Rawling ont découvert que s'ils mettaient l'Auto-Tune sur son réglage le plus sensible, de sorte qu'il corrigeait la hauteur au moment précis où il recevait le signal, le résultat était un ton robotique troublant. »

— Greg Milner (2009)[5].


  • À la fin des années 2000, l'utilisation de l'Auto-Tune comme effet musical a été renforcé par le chanteur de rap T-Pain, qui a perfectionné cet effet et en a fait un usage intensif dans ses chansons[2].

De nos jours, de nombreux artistes se voient reprocher l'utilisation de ce logiciel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d François-Luc Doyez, « Comment Auto-Tune a tué les fausses notes », Libération,‎ 29 août 2011 (lire en ligne)
  2. a, b et c Farber, Jim (2007). "Singers do better with T-Pain relief", New York DailyNews.
  3. Sasha Frere-Jones, « The Gerbil's Revenge », The New Yorker, Condé Nast,‎ 9 juin 2008 (lire en ligne) In the manual accompanying Auto-Tune's fifth-release version, the zero speed setting is described as “the Cher Effect”.
  4. « Auto-Tune or How Anyone Can Sing », Up Venue (consulté le 23 octobre 2012)
  5. Milner, Greg (2009). Perfecting Sound Forever, p. 343. Faber and Faber. Cited in Hodgson (2010), p. 232

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]