Armée de l'Intérieur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armée de l'Intérieur

L’armée de l'Intérieur est une dénomination donnée deux fois à une armée de la Révolution française, une première fois en 1792/1793 et une seconde fois en 1795/1796

Armée de l'Intérieur (1792/1793)[modifier | modifier le code]

Appelée à la création armée de l'Intérieur, son nom changea deux fois au cours de l'année 1793 sans changement d'organisation, ni de commandement, passant à armée de Réserve, puis à armée des côtes de la Rochelle

Création et évolution[modifier | modifier le code]

Généraux[modifier | modifier le code]

armée de l'Intérieur

armée de Réserve

armée des côtes de la Rochelle

Principaux faits d'armes[modifier | modifier le code]

Armée de l'Intérieur (1795/1796)[modifier | modifier le code]

Création et évolution[modifier | modifier le code]

  • créée le 12 juillet 1795 (24 messidor an II) avec les forces de la 17e division militaire ou de Paris augmentées de celles des départements de la Somme, de la Seine-Inférieure et de l'Eure
  • supprimée le 22 septembre 1796 par arrêté du 25 août (8 fructidor an IV)

Généraux[modifier | modifier le code]

Observations[modifier | modifier le code]

Le général Bonaparte, nommé dès le 2 mars au commandement en chef de l'armée d'Italie, reste cependant encore quelques jours à la tête de l'armée de l'Intérieur, et le Directoire ne pourvoit à son remplacement que le 10 mars, la veille de son départ pour sa nouvelle armée.

Principaux faits d'armes[modifier | modifier le code]

Missions[modifier | modifier le code]

Cette armée était chargée de veiller à l'approvisionnement de la capitale et d'assurer le maintien de l'ordre dans la région, singulièrement à Paris. Le 5 thermidor an III (24 juillet 1795), la Convention ordonna la réunion de cette armée dans un camp hors de Paris. Paul Barras en fut un temps le commandant en chef avec Napoléon Bonaparte sous ses ordres. Elle servit à la répression de l'Insurrection des royalistes du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), de la révolte du camp de Grenelle, soutint le Directoire lors du Coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • C. Clerget : Tableaux des armées françaises pendant les guerres de la Révolution (Librairie militaire 1905) ;
  • Histoire et dictionnaire de la Révolution française 1789-1799 de Jean Tulard, Jean-François Fayard, Alfred Fierro