Jacques Maurice Hatry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hatry.
Jacques Maurice Hatry
Jacques-Maurice Hatry
Jacques-Maurice Hatry

Naissance 12 février 1742
Strasbourg
Décès 30 novembre 1802 (à 60 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Général de division
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 5e colonne.
Famille Père du général Auguste Charles Joseph Hatry

Jacques Maurice Hatry, né à Strasbourg le 12 février 1742 et décédé à Paris le 30 novembre 1802, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de l'ordre Teutonique à Mayence, où Hatry résida après le 29 janvier 1798

Colonel au commencement de la Révolution française, Général de brigade le 26 novembre 1793 ; général de division en 1794, il se distingua aux armées du Nord, des Ardennes et de la Moselle, à la bataille de Fleurus, au blocus de Luxembourg, où il fit capituler une garnison de 12 000 hommes. À l'armée de Sambre-et-Meuse, campagne de 1796, il fut nommé général en chef de l'armée de Mayence. Mayence s’est maintenue jusqu’en 1797, quand, le 30 décembre, elle est prise sans combat par le général Hatry[1].

Le 8 janvier 1797, y dirigea avec habileté des opérations militaires, remplaça en juin 1798 le général Joubert dans le commandement des troupes stationnées en Hollande.

Il fit partie des premiers membres du Sénat conservateur en décembre 1799, et mourut à Paris le 30 novembre 1802.

Il est le père d'Auguste Charles Joseph Hatry (1788-1863).

Hommages[modifier | modifier le code]

Noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile : pilier Nord, 5e et 6e colonnes.

Son nom est gravé sous l'Arc de Triomphe sur le pilier Nord, Colonne 5.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Holger Michelfeit, La Grammaire générale dans les Écoles centrales en Rhénanie (1798–1804)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]