Appel d'urgence (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Appel d'urgence

Titre original Miracle Mile
Réalisation Steve De Jarnatt
Scénario Steve De Jarnatt
Acteurs principaux
Sociétés de production Hemdale Film Corporation (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1989
Durée 87 minutes (1h27)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Appel d'urgence (titre original : Miracle Mile) est un film américain réalisé par Steve De Jarnatt, sorti en 1988.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une nuit, après un rendez-vous raté avec la femme de sa vie, un homme reçoit dans une cabine téléphonique l'appel désespéré d'un jeune militaire qui tente de joindre son père et qui lui apprend, affolé, que des missiles nucléaires vont s'abattre sur Los Angeles dans 1 heure et 10 minutes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

La genèse du film[modifier | modifier le code]

Avant que Miracle Mile ne devienne un film, il aura traîné pendant dix ans dans les tiroirs de Hollywood[1]. En 1983, il est choisi par le magazine American Film comme l'un des dix meilleurs scénarios non encore portés à l'écran[1]. Steve De Jarnatt l'avait écrit pour Warner Brothers en espérant le réaliser lui-même. Mais le studio voyait plus grand et ne désirait pas engager un réalisateur débutant tel que De Jarnatt[1].

Miracle Mile passe en préproduction durant trois ans jusqu'à ce que De Jarnatt ne décide de racheter le script pour la somme de 25 000 $[1]. Après l'avoir réécrit, le studio lui propose de le racheter pour la somme de 400 000 $. De Jarnatt refuse[1]. Lorsqu'il le présente à d'autres studios, ceux-ci sont embarrassés par le mélange entre histoire d'amour et guerre nucléaire, sans oublier un dénouement pessimiste. C'est d'ailleurs ce script peu conventionnel qui attire l'acteur Anthony Edwards[1]. Finalement, De Jarnatt obtient un budget de 3,7 millions de dollars du producteur John Daly de la Hemdale Film Corporation.

Le script fut également pressenti pour constituer l'un des sketches du film La Quatrième Dimension (1983)[2].

Le tournage eut lieu du 13 avril au 4 juin 1987 en extérieurs à Los Angeles[3].

L'histoire[modifier | modifier le code]

Tourné à la fin des années 1980, alors que la guerre froide touchait à son terme, le film se distingue en montrant des gens tentant désespérément de fuir une attaque nucléaire imminente dont ils ont été informés par hasard, alors même que les autres films traitant de l'apocalypse nucléaire traitent plutôt du thème des conséquences de l'explosion sur les survivants.

Le film débute sur une banale histoire d'amour entre deux personnes tout aussi banales. Ce n'est qu'au bout d'une vingtaine de minutes, lorsque Harry reçoit l'appel téléphonique, que le ton du film bascule soudainement. D'abord choqué par ce qu'il vient d'entendre (on lui annonce qu'une guerre nucléaire vient de commencer), Harry est partagé entre l'idée d'être victime d'une farce et l'urgence de fuir si ce qu'on lui a dit est vrai.

En racontant ce qu'il a entendu aux clients du café, Harry est rapidement conforté par une femme d'affaires qui a des relations en haut lieu et qui confirme que plusieurs de ses connaissances semblent avoir soudainement fui le pays. Dès lors, la plupart des clients filent vers l'aéroport sans plus attendre, tandis que d'autres demeurent sceptiques et font comme si de rien n'était.

Mais Harry tient avant tout à sauver la femme de sa vie, rencontrée quelques heures plus tôt. Débute alors une odyssée nocturne au cours de laquelle Harry va se retrouver malgré lui ballotté au gré des évènements, essayant désespérément de partir en hélicoptère vers l'aéroport. Son errance n'est pas sans rappeler celle de Paul dans After Hours (1985).

Les rôles principaux[modifier | modifier le code]

Les acteurs, bien que peu connus du grand public, se sont distingués par ailleurs dans d'autres rôles :

Les décors[modifier | modifier le code]

Johnie's Coffee Shop Restaurant
La mare d'asphalte de La Brea Tar Pits, aperçue dans le film.

Le titre original du film vient du quartier de Miracle Mile à Los Angeles où se déroule toute l'action et dans lequel se trouvent de nombreux buildings, l'un d'entre eux (celui de la compagnie d'assurance-vie Mutual Benefit Life (en), surmonté d'un héliport) servant de point central au film.

Les crânes de loup devant lesquels se croisent Julie et Harry au musée.

Dans les premières minutes, on aperçoit d'abord le musée Page où se rencontrent Harry et Julie, puis La Brea Tar Pits à l'extérieur du musée où ils font plus ample connaissance. Ils se rendent ensuite dans un restaurant de la chaîne Marie Callender (en), juste à côté du musée, où Harry achète tous les homards vivants pour les relâcher ensuite sur les quais de Santa Monica.

Puis on aperçoit Harry jouer du trombone dans un concert de charité en plein air pour sauver l'auditorium Pan-Pacific, que l'on aperçoit brièvement. Le bâtiment était abandonné depuis 1972 et sera détruit l'année suivante dans un incendie.

La quasi-totalité du film se déroule entre Wilshire Boulevard et Fairfax Avenue.

L'un des lieux principaux du film est le « Johnie's Coffee Shop Restaurant »[4] situé au 6101 Wilshire Blvd[5] où travaille Julie et où Harry reçoit l'appel téléphonique. Fondé en 1955 (il s'appelait alors « Romeo's Times Square », comme le rappelle justement l'un des personnages du film) dans un style Googie très en vogue en Californie dans les années 1950, l'établissement est fermé depuis 2000 mais peut être loué pour des tournages, et est parfois ouvert au public par le Los Angeles Conservancy (en), une association de conservation du patrimoine[6]. Il apparaît notamment dans les films Reservoir Dogs[7] (1992), American History X[8] (1998) et The Big Lebowski[9] (1998).

La bande originale[modifier | modifier le code]

Le groupe allemand Tangerine Dream en concert en 2007.

Elle comporte de nombreux morceaux au synthétiseur du groupe allemand Tangerine Dream, offrant une sonorité typique des années 1980. Ce groupe a composé de nombreuses bandes originales de films, parmi lesquels Risky Business (1983), Charlie (1984) ou Legend (1985).

Le réalisateur américain Steve De Jarnatt supervisa le travail de Tangerine Dream, se rendant lui-même à Berlin dans le studio d'enregistrement du groupe afin de s'assurer que leur musique soit conforme à ses attentes[10].

Le CD de la bande originale comporte 11 titres :

  1. Teelering Seales
  2. One for the Books
  3. After the Call
  4. On the Spur of the Moment
  5. All of a Dither
  6. Final Statement
  7. In Julie's Eyes
  8. Running Out of Time
  9. If It's All Over
  10. People in the News
  11. Museum Walk

L'affiche du film[modifier | modifier le code]

L'affiche utilisée lors de la sortie en salles montre Harry dans la rue au petit matin, au milieu des voitures, alors que la panique gagne toute la ville. Un champignon atomique est incrusté dans la scène. L'accroche est : « There are 70 minutes to the end of the world. Where can you hide ? » (« Il reste 70 minutes avant la fin du monde. Où se cacher ? »).

Pour la sortie en vidéo, une affiche différente fut utilisée. Elle montre Harry et Julie dans une cabine téléphonique, avec un symbole de radioactivité sur la vitre de cabine, et au-dehors les voitures et le champignon qui figuraient déjà sur l'affiche cinéma.

Fin alternative[modifier | modifier le code]

Les spectateurs européens ont pu voir une séquence absente du montage américain : juste avant le générique final, une animation montrait deux diamants fusionner[11].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Miracle Mile reçut un accueil critique très varié. Roger Ebert fait l'éloge du film, vantant son « efficacité diabolique » et son sentiment de « véritable terreur »[12]. Dans le Washington Post, Rita Kempley écrit : « Il semble qu'il (De Jarnatt) n'est pas très intéressé par l'histoire ni par ses personnages, mais plutôt par l'idée de dire quelque chose de profond - ce qui n'est pas le cas »[13]. Stephen Holde écrit dans le New York Times : « Tout comme Harry et Julie, M. Edwards et Mme Winningham forment un couple inhabituellement rafraîchissant »[14]. Dans sa critique pour le Boston Globe, Jay Carr le décrit comme « un film brouillon, mais rempli d'énergie, de précipitation, de conviction et de chaleur et vous n'êtes pas près de l'oublier »[15].

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Distribution en vidéo[modifier | modifier le code]

Le film a fait l'objet d'une sortie en Laserdisc en 1990[16], avec cependant une image au format 1.33 alors que le film avait été projeté en salles au format 1.85.

Il s'agirait cependant d'un Open matte (en), le film ayant été projeté en salles avec des caches en haut et en bas, tandis que l'image disponible en vidéo reproduit le plein cadre, sans perte d'informations (contrairement à une version Pan & Scan qui tronquerait au contraire l'image vue en salles).

Un DVD zone 1 est sorti le 3 juin 2003, toujours avec une image au format 1.33 [17].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f "Miracle Mile Made with Slowly Measured Steps", article de John H. Richardson du 28 mai 1989 dans le St. Petersburgh Times
  2. Making Of ... Miracle Mile
  3. Anecdote sur le site de Monsieur Cinéma
  4. Miracle Mile Filming Locations
  5. Johnie's Coffee Shop Restaurant sur Google Street View.
  6. Wilshire Blvd, LA : Cruise Down Memory Lane
  7. Movie Locations Guide : Reservoir Dogs
  8. Movie Locations Guide : American History X
  9. Movie Locations Guide : The Big Lebowski
  10. Notes from a Miracle Mile freak sur les forums de l'IMDb
  11. Alternate versions for Miracle Mile sur l'IMDb
  12. Critique de Roger Ebert.
  13. "Miracle Mile to Nowhere" par Rita Kempley dans l'édition du 14 juin 1989 du Washington Post.
  14. "Waiting in California for the next Big Bang" par Stephen Holden dans l'édition du 19 mai 1989 du New York Times.
  15. "Miracle Mile : A Poetry of Doom" par Jay Carr dans l'édition du 9 juin 1989 du Boston Globe.
  16. Laserdisc details for Miracle Mile sur l'IMDb
  17. DVD details for Miracle Mile sur l'IMDb