Alexa McDonough

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexa McDonough

Alexa McDonough, B.A. (née le 11 août 1944) est une femme politique canadienne et anciennement chef du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Biographie[modifier | modifier le code]

McDonough est née à Ottawa (Ontario) au Canada. Son père, Lloyd Shaw, est un homme d'affaires prospère, mais dédiée à la politique progressiste. Il est le premier directeur des recherches pour le prédécesseur du NPD, la Co-operative Commonwealth Federation et un des premiers contributeurs financiers du NPD lors de sa formation en 1961.

McDonough étudie à l'Université Dalhousie à Halifax (Nouvelle-Écosse), obtenant un B.A. en 1965 et une maîtrise de travail social en 1967. Elle travaille aux États-Unis pendant deux ans, puis revient en Nouvelle-Écosse pour travailler pour le Département des services sociaux.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été deux fois candidate pour un siège à la Chambre des communes du Canada en 1979 et 1980, elle devient chef du NPD provincial en Nouvelle-Écosse, remportant un siège à la législature néo-écossaise en 1981. Elle est la première femme au Canada à diriger un parti politique majeur. Bien qu'elle passe les trois prochaines années comme la seule femme et la seule néo-démocrate à la Chambre d'Assemblée de la Nouvelle-Écosse, elle est vue comme un militante passionnée et courageuse pour les politiques néo-démocrates comme la sécurité pour les travailleurs, les protections des droits de la personne et l'équité salariale.

En 1994, elle démissionne du poste de chef du NPD provincial. L'année suivante, elle se lance dans la course à la direction du NPD fédéral lorsque Audrey McLaughlin annonce sa retraite. Dans le congrès d'investiture l'année suivante, McDonough était surtout vue comme une candidate sans aucune chance derrière les chefs de file Svend Robinson et Lorne Nystrom, mais au congrès le 14 octobre 1995, elle termine deuxième sur le premier tour de vote, devant Nystrom dans ce qui était pratiquement une division égale entre trois candidats. Bien que Robinson ait terminé premier sur le premier tour, il sent que la plupart des partisans de Nystrom iront à McDonough au deuxième tour, lui accordant la victoire. Il concéde donc la victoire a McDonough avant la tenue d'un deuxième tour de vote.

McDonough hérita d'un parti qui avait remporté seulement 9 sièges dans l'élection générale de 1993, mais lors de l'élection de 1997, sa première élection à titre de chef, elle parvient à remporter 21 sièges pour le parti, incluant une percée historique dans les provinces maritimes. McDonough est élue députée de la circonscription de Halifax.

Les années suivantes, le leadership de McDonough souleva la controverse. Plusieurs dans le parti percevaient qu'elle tentait d'attirer le parti vers le centre de l'échiquier politique, à la Tony Blair. Les chefs syndicaux était peu enthousiastes, menaçant souvent de retirer leurs appuis. Plusieurs militants du parti créèrent un processus appelée la New Politics Initiative (NPI), qui tentait d'établir plus de liens entre le NPD est des groupes d'activistes encore en dehors du processus parlementaire. La proposition du NPI est défaite lorsque présentée en congrès politique du parti, mais plusieurs de ses idées sont plus tard adoptées par Jack Layton, dont la campagne au leadership du NPD est appuyée par plusieurs partisans du NPI incluant Svend Robinson, Libby Davies et Judy Rebick.

L'Alliance canadienne, sous son nouveau chef Stockwell Day, présente un défi additionnel au NPD de McDonough. Craignant la perspective d'un gouvernement allianciste, plusieurs partisans du NPD donnent leur vote au Parti libéral. De plus, deux députés néo-démocrates (Rick Laliberté et Angela Vautour) traversent le parquet vers d'autres partis, réduisant le caucus néo-démocrate à 19 sièges.

Dans l'élection générale de 2000, le NPD remporte seulement 13 sièges et son plus bas pourcentage de voix depuis des années. Le parti remporte un siège de plus (Windsor-Ouest) dans une élection partielle en 2002, amenant leur caucus à 14 membres.

Retraite[modifier | modifier le code]

McDonough annonce sa retraite en tant que chef du NPD en 2002. Au congrès d'investiture le 25 janvier 2003, Jack Layton lui succéda. Elle est réélue aux communes aux élections de 2004 et encore lors de l'élection de 2006, servant de critique aux Affaires étrangères et à l'Éducation post-secondaire pour le NPD.

Elle prend sa retraite avec l'élection de 2008; Megan Leslie retient alors la circonscription d'Halifax pour le NPD.

Le 3 mai 2013, McDonough a annoncé qu'elle avait été diagnostiquée avec le cancer du sein[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Former NDP leader Alexa McDonough fighting breast cancer, CBC.ca, consulté le 03-05-2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]