Abdelaziz Ben Tifour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abdelaziz Ben Tifour
Abdelaziz-Ben-Tifour-cropped.jpg
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Drapeau : Algérie Algérien
Naissance 25 juillet 1927
Lieu Hussein Dey (Algérie)
Décès 19 novembre 1970 (à 43 ans)
Lieu Alger (Algérie)
Taille 1,65 m (5 5)
Période pro. 1945-1964
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
1939-1944 Drapeau : France Olympique de Hussein Dey
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1944-1946 Drapeau : Tunisie ES Tunis  ? (?)
1946-1948 Drapeau : Tunisie CS Hammam Lif  ? (?)
1948-1954 Drapeau : France OGC Nice 133 (35)
1954-1956 Drapeau : France AS Troyes 69 (16)
1956-1958 Drapeau : France AS Monaco 98 (16)
1962-1964 Drapeau : Algérie USM Alger  ? (?)
1948-1958 Total 300 (67)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1952-1957 Drapeau : France France 4 (0)
1958-1962 Drapeau : Algérie FLN  ? (?)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1959-1962 Drapeau : Algérie FLN
1961-1962 Drapeau : Tunisie US Tunis
1965-1969 Drapeau : Algérie Algérie (entr. adjoint)
1970-1971 Drapeau : Algérie JS Kabylie
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Abdelaziz Ben Tifour est un footballeur franco-algérien. Il est né le 25 juillet 1927 à Hussein Dey et mort le 19 novembre 1970 à Alger. Il évoluait au poste d'attaquant.

Il est un des pionniers du football algérien, jouant en Tunisie et en France dans les années 1940 et 50. Il remporte avec l'OGC Nice, deux championnats de France et une Coupe de France.

Il est aussi avec trois de ses camarades de club (Zitouni, Bekhloufi et Boubekeur) dans la première équipe algérienne de football nommée l'équipe du FLN, qui est créée à l'aube de la Coupe du monde de football 1958.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Hussein Dey, Abdelaziz Ben Tifour commence sa carrière au club tunisien d'Al-Taraji (ES Tunis) à 18 ans avec son frère aîné Mustapha, dans une équipe entraînée par l'Algérien Cheikh Habib Draoua. Après un an seulement avec le club tunisois, les deux frères sont tentés par une offre généreuse du club rival Club sportif de Hammam Lif, ils y signent et gagnent deux coupes consécutivement en 1947 et 1948.

Durant l'été 1948, il débarque en France, plus précisément sur la Côte d'Azur, afin de jouer pour le club de l'OGC Nice et devient un des acteurs principaux de la grande période du club. Abdelaziz gagne avec l'OGC Nice le Championnat de France en 1951 puis réalise l'année suivante le doublé Championnat de France-Coupe de France. Lors de la finale de la coupe contre les Girondins de Bordeaux, il marque le quatrième but d'un tir des 18 mètres et Nice s'impose 5-3[1].

Ses bons résultats à Nice le font appeler en équipe de France et il fête sa première sélection le 22 mai 1952 contre la Belgique. Ben Tifour est sélectionné pour la Coupe du monde de football 1954 en Suisse, il joue le second match face au Mexique et offre une passe décisive à Jean Vincent, la France s'impose 3-2 mais le nul entre le Brésil et la Yougoslavie (1-1) met fin aux espoirs de qualification pour le second tour[2].

Il est transféré au Troyes AC en 1954 après six saisons passées à l'OGC Nice et lutte avec son équipe pendant deux ans dans le bas du classement. En 1956, Troyes descend et Ben Tifour signe à l'AS Monaco.

Ce sera son dernier club en Europe où il a marqué 56 buts en 246 matches en Première division, puisqu'il quitte précipitamment Monaco pour rejoindre Tunis et l'équipe du FLN en 1958.

À son arrivée à Tunis, Ben Tifour est accueilli par les officiels du FLN qui ne croyaient pas en l'équipe, pensant qu'elle serait battue par les plus grandes équipes du monde. Des joueurs tel que Ben Tifour, Rachid Mekloufi et Mustapha Zitouni leur prouvent le contraire en battant la Yougoslavie et en tenant en échec la Hongrie et la Tchécoslovaquie. En l'espace de quatre ans, Ben Tifour qui était l'un des premiers à rejoindre l'équipe, se verra attribuer le rôle de capitaine, puis celui d'entraîneur lors des tournées en Extrême-Orient et en Europe orientale.

Quand l'Algérie acquiert son indépendance, Ben Tifour, contrairement à Mekloufi et Oudjani qui retournent en Europe, devient entraîneur-joueur à l'Union Sportive de la Médina d'Alger. Il gagne avec ce club le premier Championnat d'Algérie de football en 1963.

Il devient en 1965 sélectionneur adjoint de l'équipe d'Algérie, poste qu'il occupera jusqu'en 1969.

Il meurt le 19 novembre 1970 dans un accident de voiture alors qu'il est entraîneur de la JS Kabylie. Trois semaines après son décès, un match d'hommage a lieu stade du 20 août 1955. Les neuf survivants de l'équipe historique du FLN sont, pour la première et la dernière fois, réunis sur un terrain de football en Algérie[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Saison Club Pays Championnat Coupes nationales Sélection Drapeau : France France
1948 - 1949 OGC Nice Drapeau : France Division 1 26 matchs / 6 buts - -
1949 - 1950 OGC Nice Drapeau : France Division 1 32 matchs / 8 buts - -
1950 - 1951 OGC Nice Drapeau : France Division 1 16 matchs / 7 buts - -
1951 - 1952 OGC Nice Drapeau : France Division 1 27 matchs / 10 buts 3 matchs / 1 but 1 match
1952 - 1953 OGC Nice Drapeau : France Division 1 28 matchs / 3 buts 1 match -
1953 - 1954 AS Troyes Drapeau : France Division 2 34 matchs / 6 buts 3 matchs / 1 but 1 match
1954 - 1955 AS Troyes Drapeau : France Division 1 31 matchs / 9 buts 1 match -
1955 - 1956 AS Monaco Drapeau : France Division 1 28 matchs / 8 buts 5 matchs / 1 but 1 match
1956 - 1957 AS Monaco Drapeau : France Division 1 32 matchs / 4 buts 4 matchs -
1957 - 1958 AS Monaco Drapeau : France Division 1 26 matchs / 1 but 3 matchs / 2 buts 1 match
Total (1948-1958) 280 matchs / 62 buts 20 matchs / 5 buts 4 matchs

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de la finale de la Coupe de France 1952 », sur http://www.ffr.fr (consulté le 18 mars 2010)
  2. « Fiche du match France-Mexique », sur http://www.ffr.fr (consulté le 17 mars 2010)
  3. Michal Nait-Challal, Dribbleurs de l'indépendance, Éditions Prolongations, 2008, p.212