Avion à effet de sol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aéronef à effet de sol)
Aller à : navigation, rechercher

Un avion à effet de sol est un aérodyne conçu pour voler à très faible hauteur au-dessus d'une surface plane (mer, fleuve, neige ou glace).

Finalité[modifier | modifier le code]

Les avions à effet de sol ont été développés pour leur aptitude à transporter des charges à plus grande vitesse et avec un meilleur rendement énergétique que les navires rapides[1]. Opérant généralement sur l'eau, ils peuvent être basés dans des ports, à proximité de centres-villes, et se dispenser d'installations spécifiques comme les rampes d'aéroglisseurs ou les pistes d'aéroports.

Appellations[modifier | modifier le code]

En anglais GEV (Ground Effect Vehicle) ou WIG (wing In Ground effect) ou Wingship[note 1], en allemand Bodeneffektfahrzeug (Sol-effet-véhicule), en russe Ekranoplan. L'administration française utilise le terme navion (contraction de Navire-avion)[2].

Concepts[modifier | modifier le code]

Les avions (ou hydravions) à effet de sol se caractérisent par leur mode de portance. On peut distinguer des engins à portance simple ou WIG (Wing In Ground) comme le concept Lippisch, des engins à portance augmentée ou PARWIG (avec PAR pour Power Augmented Ram) avec éventuellement des extensions d'ailes, et des engins à coussin d'air dynamique DAC (Dynamic Air Cushion), plus proches des aéroglisseurs.

WIG[modifier | modifier le code]

C'est le concept de base, avec une aile en effet de sol sans portance additionnelle, convenant aux plus petits engins, moins rapides (V < 150 km/h) et moins chargés[3].

Concept Lippisch, aile triangulaire[modifier | modifier le code]

Le Navion en « vol »

À partir de 1961, l'ingénieur aérodynamicien allemand Alexander Lippisch développe le concept de vol en effet de sol, concept expérimenté et vérifié par les essais d'un prototype, le X-112 vers 1963. Il propose ensuite ses idées au gouvernement ouest-allemand. Les prototypes d'hydravions à effet de sol "Flugflächen-Boot" (bateau pour le vol de surface) (RFB X-113 en 1970, RFB X-114 en 1977) sont alors construits par Rhein-Flugzeubau sous contrat avec le Ministère Allemand de la Défense. La configuration mise au point par Lippisch, une aile delta inversée, est devenue un standard.

Les prototypes russes Eska-1[4] et T-501[5] sont des biplaces dérivés du X-113 qui a été testé en 1973.

Conçu par E.P. Grunin, le modèle AN-2E construit en 1973 présente une aile Lippisch (en delta inversé) montée sur un fuselage d'Antonov AN-2V (hydravion). Avec un moteur 1000 cv, il transporte 12 personnes. En 1998, l'Institut d'Aviation de Moscou a présenté une version terrestre (sans flotteurs) avec une aile différente, qui aurait été équipé d'un moteur diesel 580 CV, pouvant emporter 20 personnes à 200 km/h avec une consommation calculée de seulement 48 L/h (soit 1.2 L/100 km par passager).

Le Flarecraft L-325[6] est un prototype américain de 5 places, 235 ch, produit en 1991. Il est équipé d'un moteur d'appoint (47 kW, Water-jet) pour les manœuvres de port.

Le Navion est un prototype expérimental français, monoplace, testé en 1996[7].

La configuration Lippisch a été reprise par Hanno Fischer, avec la série des Airfish (Airfish 1, 2 et 3)[8] en 1988-1990. Le FS8 Flightship Dragon[9], du même concepteur, est un WIG en composites 8 places, équipé d'un moteur GM V-8 entraînant deux hélices arrière, qui a fait ses premiers essais en 2001. Le modèle a été racheté par Wigetworks (Singapour) en 2005 et renommé Airfish-8[10]

L'Iran a mis en service depuis 2006 la série Bavar-2[11] de configuration similaire à celle du X-113.

Aile rectangulaire[modifier | modifier le code]

Le mu-Sky 1 est un modèle de recherche construit par Mitsubishi à partir de 1988. L'aile est presque carrée (4,40 m x 3,50 m). Un modèle biplace plus grand mu-Sky 2 a été réalisé[12].
Techno Trans a étudié et construit un biplace Hydrowing VT01, testé en 1997. Un modèle plus grand Hydrowing 06 (projeté en 2006 ) présentait une aile type Lippisch et un hydrofoil d'appoint pour le décollage[12].
Le SE-6 Sea Eagle[13] 6 places présente la configuration générale de type Lippisch, excepté l'aile qui est rectangulaire.

WIG à portance augmentée[modifier | modifier le code]

Ce sont des avions à effet de sol profitant d'une portance additionnelle pour réduire la vitesse de décollage et la puissance nécessaire,

  • par soufflage de l'aile[note 2] (Dérivés Lippisch, Ekranoplanes, Boeing Pelican),
  • par dérivation d'une partie du souffle d'hélice sous l'aile (Aerosledge no 8 de Kaario[14], X-112 de Lippisch[note 3]),
  • par coussin d'air statique[note 4] (Hoverwing) et divers projets russes[15],
  • par la portance d'une aile supplémentaire placée en position haute (configuration biplan).

Dérivés Lippisch[modifier | modifier le code]

La Chine[note 5]a produit quelques prototypes dérivés Lippisch, à portance augmentée par le souffle des hélices (PARWIG), à partir de 1979 : modèles XTW-1, XTW-2 12 places (en 1990), XTW-3[16] transportant 12 personnes à 145 km/h avec 2 x 300 ch (en 1997), XTW-4 à 20 places motorisé par des turbopropulseurs (essais en 2000), XTW-5 (Patrol boat).

Ekranoplane[modifier | modifier le code]

L'A-90 Orlyonok S26.

Le mot ekranoplane, venant du russe экранопла́н (ekranoplan), inventé par le concepteur soviétique Rostislav Alekseïev[17], est un terme générique ("ekran veut dire écran ou sol"[18]) qui désigne une lignée d’avions russes à effet de sol. Les plus connus, des modèles de grande dimension[19] et à portance augmentée (PAR ou Power Augmented Ram) ont été conçus dès les années 1960 par Rostislav Alekseïev[note 6], à la demande de la marine soviétique. Elle entraîna la construction de divers prototypes, SM-1 en 1960 (sans PAR), SM-2[20] en 1962 (avec PAR), jusqu'au très gros modèle KM[21] (550 t), construit en 1966. Le modèle A-90 Orlyonok[22] est plus petit, 120 t, 58 m de long ; il a été construit à quatre exemplaires entre 1973 et 1980. Le Lun[23] (1987) est un porte missiles anti-navires. À partir de 1975, Alekseïev a étudié des WIG présentant des extensions d'ailes[24].

PARWIG + ailes (Composite Wing Configuration)[modifier | modifier le code]

Ce concept, présenté par les Russes comme "Ekranoplane de seconde génération"[25], différencie une aile centrale de grande surface optimisée pour la portance à basse vitesse (coussin d'air soufflé pour le décollage) et des extensions d'ailes visant à obtenir une meilleure finesse en croisière. Des projets chinois suivent ce modèle.

Le modèle russe à dix places Ivolga[26], étudié en 1999, présente cette configuration avec des ailes repliables et des hélices avancées soufflant sous la coque (configuration catamaran) pour faciliter le décollage. Finesse 25, moteur 300 ch, consommation 25 à 30 L/h à 180 km/h en effet de sol[27],[28]. Les projets russes Kulik 5 places, Baklan 10 places ou Bekas[29] pour 12 à 16 passagers présentent également des extensions d'ailes.

La Chine travaille également sur ce concept PARWIG + ailes, avec le modèle 6 places Nanjing Angel AD606[30], ou les projets de MARIC comme le Swan 100 passagers[31].

Très gros porteurs[modifier | modifier le code]

Des projets de grandes dimensions ont été proposés par Ando (Japon) en 1988, par Bartini (URSS)[32],[33] et par l'avionneur russe Sukhoi (Sukhoi S-90)[34], 132 t) en 1993.
De même que les ekranoplanes russes étaient conçus pour une utilisation militaire, l’armée américaine s'est dite intéressée par ce concept pour le transport de matériel militaire lourd sur de grandes distances, au-dessus de la mer.
La NASA a présenté en 1975 une étude sur des gros porteurs comprenant un avion à effet de sol de type ekranoplane[35]. Une étude de Douglas sur le même thème a été publiée en 1976[36].

Le rapport « Wingship Investigation », établi par l'ARPA (Advanced Research Projects Agency) en 1994, présentait divers projets de Lockheed (620 t), Northrop (800 t) avec une voilure soufflée comme celle de l'Orlyonok, Douglas (910 t), Aerocon (5 000 t)[37].
En 2003, le constructeur aéronautique américain Boeing présente un projet d'avion très gros porteur (2 700 t) à effet de sol, le Boeing Pelican, dont la voilure est soufflée par les hélices des moteurs montés au bord d'attaque de l'aile. Différence avec la plupart des WIG, il s'agit d'un avion terrestre et non d'un hydravion[38].

Dérivés Lippisch à coussin d'air[modifier | modifier le code]

L'Hoverwing[39] de Hanno Fischer est une variante à portance hybride, présentant à la fois des ailes (portance aérodynamique de type WIG) et un coussin d'air sous la coque (suivant le principe du catamaran type NES) portant jusqu'à 80 % du poids de l'engin pendant le décollage. Un démonstrateur[note 7] nommé HW-2VT de 90 ch a été testé en 1997[40], en attente de projets plus grands (20 et 50 places)[41]. La firme Coréenne Wingship Technology Corporation[42] a repris le concept et construit un prototype WSH-500 de 50 places; les essais ont eu lieu en décembre 2011[43].

WIG + aile haute[modifier | modifier le code]

Le prototype Burevestnik-24 en développement depuis 2004[44] présente, en plus de son aile basse en effet de sol, une aile supplémentaire placée en position haute (configuration biplan). Les moteurs sont placés sur l'aile haute et entraînent des hélices carénées placées en arrière de l'aile[45].

DAC[modifier | modifier le code]

Ces véhicules à coussin d'air dynamique (Dynamic Air Cushion), non soufflés (Tandem ram wing) ou soufflés (modèles russes et chinois), sont prévus pour naviguer en eaux abritées, en volant très près de la surface.

Tandem ram wing[modifier | modifier le code]

Le SM-1, premier ekranoplan testé en 1960, est un engin à ailes en tandem, sans stabilisateur arrière [46].
Les Flairboat et Flairship, de type TAF ou Tandem Airfoil Flairboats, sont des engins à ailes en tandem à faible allongement et sans plan stabilisateur arrière, prévus pour le vol rasant en eaux abritées. ils ont été développés en Allemagne par Günther Jörg[47] à partir de 1974. Le couplage entre la période propre de tangage de la machine et la période de rencontre des vagues peut amener de l'instabilité en tangage[48].

DAC russes et chinois[modifier | modifier le code]

Les engins à effet de sol russes récents sont des configurations intermédiaires entre le véhicule à coussin d'air et l'ekranoplan, à grande surface portante et faible allongement, prévus pour fonctionner en eaux abritées, comme le Volga-2[49],[50] à 8 places (1986) ; le véhicule nommé Amphistar 5 places (1997)[51] ; l'appareil Aquaglide-5[52] à 5 places (développements du Volga-2) ; le Strizh[53], prototype d'entraînement biplace en tandem (1991) ou le transport de passagers en projet Raketa 2[54].

Modèles chinois : (Marine Design and Research Institute of China) MARIC 750[8] en 1985 et Swan Mk2[55] (avec trois moteurs et des extensions d'ailes) en 1998. CASTD (China Academy of Science and Technology Development) a produit le TY-1 (15 places, 2 moteurs de 300 ch) en 1998.

Classification[modifier | modifier le code]

Bateaux ou avions ?
L'IMO Organisation maritime internationale distingue trois classes d'engins à effet de sol :

  • Type A : engin certifié pour voler uniquement en effet de sol ;
  • Type B : engin certifié pour voler de façon temporaire à une altitude n'excédant pas 150 m ;
  • Type C : engin certifié pour voler à plus de 150 m de la surface (comme un avion).

La réglementation des navires de plaisance française, Division 240, distingue une catégorie spécifique :

« Navire à sustentation : aéroglisseur, navion, ou tout autre navire conçu pour évoluer à proximité de la surface de l’eau, sans contact avec cette dernière, et à une altitude inférieure à la longueur de coque de l’engin. »

Sous cette réserve d'altitude, un engin à effet de sol (de plaisance) est considéré comme un bateau.

Aérodynamique[modifier | modifier le code]

La portance, la stabilité et le contrôle des avions à effet de sol sont obtenus par des moyens spécifiques.

Portance[modifier | modifier le code]

L'avion profite de l'effet de sol et de dispositions spéciales pour augmenter sa portance.

Effet de sol 
Un avion à effet de sol est un avion dont la voilure à faible allongement est spécialement conçue pour profiter d'un coussin d'air aérodynamique. À proximité du sol, le confinement de la masse d'air qui passe sous l’aile crée une surpression qui augmente la portance. La portance d’une aile volant « en dehors de l'effet de sol » est produite en majorité par l’extrados ; dans le cas d'un avion en effet de sol, la part de portance de l'intrados est plus forte, et celle de l'extrados plus faible.
Effet d'échelle 
Quand on augmente la taille d'un avion, sa masse augmente plus vite que sa surface. À cause de cet effet d'échelle, l'avion plus grand, donc plus chargé au mètre carré de surface alaire[note 8], doit voler plus vite. La vitesse de décollage augmente également, ce qui conduit à des chocs importants contre les vagues, par mer agitée. Pour réduire cette vitesse, les concepteurs cherchent à augmenter la portance par différents moyens.
Portance augmentée 
Il existe des dispositions spéciales pour augmenter la portance à basse vitesse :
  • La technique de soufflage sous l'aile basse est dite PAR (Power Augmented Ram) : les propulseurs sont placés en avant du bord d'attaque de l'aile (KM, Volga-2 russes, XTW, Maric 750 et Hubei TY-1 chinois). Le souffle des propulseurs est le plus souvent orientable, dévié vers le bas pour le décollage, et remis en ligne de vol en croisière. L'aile soufflée reçoit un supplément de portance par Effet Coandă[56]. Autre technique, des propulseurs d'appoint utilisés seulement au décollage soufflent sous l'aile principale (A-90 Orlyonok).
  • Une partie du souffle des propulseurs est déviée pour alimenter un coussin d'air de type Navire à Effet de Surface; la portance supplémentaire facilite le décollage (concept Hoverwing).
  • les hélices soufflent le bord d'attaque de l'aile haute (technique classique des hydravions).
  • Les hélices placées sur une aile haute au-dessus de l'aile basse soufflent les deux voilures (Burevestnik-24).
  • Un patin fixé sous la coque ou hydroski, comme sur les Ekranoplans. Le ski est partiellement déployé au décollage et totalement déployé à l'amerrissage[note 9] et sert essentiellement d'amortisseur.
  • Une ou plusieurs ailes immergées ou foils, fixes ou rétractables (RFB X-114, Hydrowing VT-01 et 06).
Allongement de l'aile 
Un avion à effet de sol possède une voilure spécifique, généralement de faible allongement (entre 1 et 3). À l’inverse des autres avions qui ont des ailes à fort allongement (entre 6 et 10), il peut avoir un faible allongement sans trop augmenter la traînée induite. Plus il se rapproche de la surface, moins il consomme de carburant. Pour augmenter l'allongement effectif et la portance exercée sous l'aile, des plaques d'extrémité (ou des flotteurs ayant la même fonction) sont souvent montées en bout d'aile pour réduire les pertes marginales (Lippisch, Jorg, KM, Orlyonok).

Stabilité[modifier | modifier le code]

L'avion en effet de sol doit être stable en tangage, en altitude et en roulis.

Stabilité en tangage
La proximité de la surface rend le vol dangereux si l’avion est instable en tangage (tendance à cabrer ou à piquer). Un avion à effet de sol présente obligatoirement au minimum deux surfaces portantes nettement différenciées. Il trouve sa stabilité en tangage et sa régulation d’altitude de vol dans la différence des pentes de portance (variation de portance avec l’incidence) de ces deux surfaces.

L’aile avant, qui porte la majorité du poids, est au ras de l’eau, en effet de sol. Sa pente de portance diminue fortement si l’avion monte, par diminution de l’allongement effectif. L’aile arrière est moins chargée et à plus grand allongement ; elle doit être disposée nettement plus haut, quasiment en dehors de l’effet de sol. Sa pente de portance est alors plus constante, moins dépendante de l’altitude. Si l’avion monte, l’aile avant perd une partie de sa portance, plus que l’aile arrière. L’avion pique un peu du nez, et redescend à son altitude initiale. Si l’avion descend, l’effet de sol augmente, l’aile avant porte plus, mais l’aile arrière ne porte pas plus. L’avion cabre un peu, et reprend son altitude initiale.

Maintien de l'altitude
Si l’avion vole à basse hauteur au-dessus de l’eau ou du sol, la portance est augmentée par l’effet de sol. Si l’avion monte, l’effet de sol diminue, la portance baisse et ne peut plus compenser le poids, à moins d’augmenter l’assiette (l'incidence), ce qui augmente la traînée induite et la consommation de carburant.
Sur une mer courte, la fréquence de rencontre des vagues est élevée et l'inertie de l'engin le fait moyenner (ou filtrer) le profil de la mer, sans variation d'altitude. Sur mer plus longue, quand la longueur d'onde des vagues (par exemple 40 m) approche de la vitesse de rencontre (par exemple 40 m/s, soit 144 km/h), le suivi du profil des vagues entraîne des accélérations verticales environ une fois par seconde, ce qui est une fréquence propice au mal de mer. Dans ce cas le contrôle de l'altitude peut être assuré par un pilotage automatique[57].

Stabilité en roulis
Si l'avion s'incline latéralement, l'aile basse se rapproche de la surface et porte plus, l'aile haute porte moins. L'effet de sol apporte un moment de roulis stabilisant[58]. En dehors de l'effet de sol, la stabilité en roulis[note 10] diminue et peut devenir neutre (indifférente) et le plus souvent légèrement négative[59].

Manœuvrabilité[modifier | modifier le code]

En effet de sol, l'assiette et l'altitude étant quasi-constantes, la manœuvrabilité concerne essentiellement le contrôle directionnel; elle dépend en partie de la masse de l'engin.

Effet d'échelle
À partir d'une centaine de tonnes, les WIG répondent plus lentement aux commandes, ce qui les rend plus difficiles à piloter[60] et nécessite l'emploi d'un pilote automatique.

Contrôle directionnel
Le rayon de virage dépend de la vitesse (au carré) et de l'inclinaison de l'engin[note 11].

  • Si l'engin reste en vol rasant sans pouvoir s'incliner en virage, il dérape comme un aéroglisseur, ce qui augmente beaucoup son rayon de virage; Le Volga 2 doit ralentir pour faire un virage serré; pratiquement il doit se poser sur l'eau pour y arriver[61]. L'accélération latérale ressentie peut être désagréable pour les passagers[62].
  • Pour effectuer un virage incliné, l'engin doit être suffisamment haut et disposer de commandes en roulis similaires à celles d'un avion. À la différence d'un avion, on évite de diminuer la portance de l'aile interne au virage (pour éviter qu'elle ne se rapproche trop de la surface), et on augmente la portance de l'aile extérieure au virage, ce qui crée un moment de lacet inverse qui doit être compensé par la gouverne de direction. Avant de tourner, il faut augmenter la puissance pour prendre de l'altitude[63]. La technique de virage demande de gérer l'inclinaison, la glissade, la puissance et l'altitude pour que l'aile ne touche pas la surface[64].

Un virage à grande vitesse et inclinaison modérée nécessite beaucoup de place pour tourner; Les plus petites machines ont un rayon de virage de l'ordre de 300 à 500 m; le FS8 incliné à 10 degrés a un rayon de virage de 700 m; il peut effectuer un demi-tour en une minute (soit 3°/s)[65]. Les plus gros ekranoplans ont un rayon de virage qui dépasse les deux kilomètres.

Traînée[modifier | modifier le code]

Une caractéristique des avions (en fait des hydravions) à effet de sol est la forte variation de leur traînée (résistance à l'avancement), qui passe par un maximum (un pic) pendant le décollage (traînée hydrodynamique de la coque et des flotteurs), puis diminue beaucoup dès que l'engin décolle et atteint sa vitesse de concept.
Quand l'engin doit voler un peu plus haut pour survoler les vagues, sa traînée induite (par la portance) augmente; sa finesse diminue, elle peut passer par exemple de 20 à 15[66].

Motorisation, propulsion[modifier | modifier le code]

La puissance de décollage peut être 2 à 3 fois plus forte que la puissance de vol en croisière. Cette forte variation oblige à installer une puissance motrice très supérieure à celle utilisée en vol; certains modèles ont une motorisation supplémentaire pour le décollage (A-90 Orlyonok).
Une autre caractéristique est l'environnement marin et les problèmes de corrosion associés.

Les propulseurs (les hélices ou les réacteurs) doivent être installés de façon à ne pas recevoir d'embruns pendant la course au décollage. Les hélices et les moteurs sont généralement disposés en hauteur, au-dessus du fuselage (Airfish) sur des pylones (X-113, KM), sur une aile haute (Boeing Pelican) ou en haut de la dérive (A-90 Orlyonok).

Avantages et inconvénients de la formule[modifier | modifier le code]

Avantages[modifier | modifier le code]

Finesse 
La finesse (rapport portance/traînée) d'un WIG est de l'ordre de 15 à 25, et elle pourrait atteindre 30 dans les meilleures conditions (en vol rasant). Elle est meilleure que celle d'un navire rapide (les meilleurs navires rapides, les hydroptères, ont des finesses de 10 à 12)[67].
Vitesse 
Un WIG est plus rapide que les autres concepts de transport maritimes rapides (vedettes rapides, hydroptères, NES, aéroglisseurs[68].
Rendement énergétique 
À puissance installée identique, un WIG porte plus de charge que les autres concepts de transport rapides (aéroglisseurs, hélicoptères, avions)[69].
Consommation réduite 
Un WIG consomme moins de carburant qu'un navire rapide ou qu'un hydravion de même tonnage.
Confort 
En volant au-dessus des vagues, les WIG's peuvent être plus confortables en mer que des navires rapides.
Infrastructure 
Les WIG's peuvent opérer à-partir de ports existants. Ils ne demandent pas d'installations particulières, comme les aéroglisseurs.
Applications militaires 
Les WIG's présentent certaines caractéristiques de furtivité intéressantes. En volant au ras de l'eau, ils sont moins détectables au radar que les avions. Leur signature acoustique est également plus faible et ils ne sont pas confrontés aux dangers des mines ou des torpilles, comme peuvent l'être les navires[70].

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Bien qu'étudiés et construits depuis plus de 50 ans, de la grosse machine militaire au petit engin de loisir, les WIG's n'ont pas donné lieu à une production soutenue. Cela peut s'expliquer parce qu'un WIG cumule les contraintes d'un bateau rapide ET d'un avion :

Complexité 
La complexité de conception (stabilisation aérodynamique spécifique, différente de celle des avions et très peu documentée) est d'un niveau élevé et demande des investissements de recherche et développement.
Technologie, corrosion 
La technologie de fabrication de ces appareils, plus proche de l'aéronautique que de celle des navires (légèreté, respect du centrage, motorisation puissante et légère) est d'un niveau élevé, donc coûteuse. Le milieu maritime nécessite une protection anti-corrosion, notamment de la motorisation.
Motorisation 
Le transport maritime n'autorise pas l'essence comme carburant, ce qui restreint le choix aux turbines à gaz, légères mais bruyantes et très coûteuses (achat et consommation). Et les moteurs diesels « marins » sont beaucoup trop lourds[71].
Finesse, rendement moteur 
Bien qu'elle soit excellente en vol, la finesse au décollage ne dépasse pas 5 ou 6, la traînée vaut alors au moins 17 à 20 % du poids de l'appareil. Comme en croisière la finesse peut dépasser 15, les moteurs sont utilisés à un faible pourcentage de puissance, ce qui peut augmenter la consommation spécifique des moteurs (notamment dans le cas de turbines dont le rendement, optimal à la puissance max, diminue beaucoup à charge partielle)[72].
Accès portuaire, accostage 
La propulsion par hélices peut interdire l'accès portuaire aux WIG's de grande taille (effets du souffle), à moins d’installer une propulsion supplémentaire par hélice immergée. Les configurations avec des extensions d'ailes ne peuvent pas accéder aux quais, comme les bateaux.
Etat de mer, confort 
La réalisation du vol peut être soumise à l'état de la mer (hauteur des vagues), en fonction des dimensions de l'engin. La référence[73] donne une limite de clapot (sea state) de 0,50 m pour un engin de 1 tonne, de 1 m pour 10 t et de 2 m pour 100 tonnes. Le vol en effet de sol sur mer houleuse peut conduire à de l'instabilité ou de l'inconfort[74].
Navigation sans visibilité 
Risques élevés de collision par visibilité réduite, dus à la vitesse élevée, ce qui devrait impliquer la mise en place de couloirs de navigation réservés, disposition contraire au droit maritime.
Turbulence de sillage 
Comme un gros porteur, un très gros avion à effet de sol laisserait derrière lui un sillage aérodynamique (tourbillons) pouvant renverser un petit bateau[75].
Compromis vitesse-économie 
Un WIG n'a ni la vitesse d'un avion (transport des personnes), ni l'économie d'un navire de charge comme un porte-conteneurs (transport des marchandises).

Perspectives[modifier | modifier le code]

Un avion à effet de sol pourrait trouver sa place dans le loisir, dans le transport maritime à courte distance ou dans des zones non desservies par des aéroports ou non accessibles à des navires (en eau peu profonde) comme en Asie du Sud-Est (Indonésie). La recherche s'est tournée vers les applications civiles, en particulier dans le domaine des loisirs (Airfish). Les développements récents concernant plutôt des engins de petite taille, portant de 2 à 16 personnes, ont eu lieu en Allemagne, Russie, Chine, États-Unis et Australie. Il existe aussi des projets et des prototypes d'engins plus importants pour le transport des personnes (Hoverwing, Raketa-2, Swan, WSH-500), ou même pour le fret sur longues distances (Boeing, Beriev)[76].

Avions à effet de sol[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme Wingship s'applique aux engins non amphibies, basés sur l'eau et non à terre
  2. Soufflage : les propulseurs (hélices ou réacteurs) sont placés en avant du bord d'attaque de l'aile
  3. Deux petits plans canards placés juste derrière l'hélice dévient une partie du souffle sous l'aile
  4. Le coussin d'air, alimenté par une partie du souffle des propulseurs ou par une motorisation spécifique, est délimité sur les côtés par des coques et à l'avant et à l'arrière par des jupes souples (idem aéroglisseurs)
  5. (en) CSSRC, China Ship Scientific Research Center
  6. Concepteur des hydroptères russes type Kometa, etc.
  7. Démonstrateur : prototype servant à valider un concept
  8. On parle de « charge alaire », exprimée en kg/m2
  9. Orlyonok, hydroski déployé de 0,40 m au décollage et de 1,50 m à l'amerrissage (Wingship Investigation, vol 2, p. 246
  10. En aviation, la stabilité en roulis n'est jamais traitée isolément (comme la stabilité en tangage), car elle ne peut être séparée de la stabilité en lacet; on parle de stabilité spirale
  11. R = V² / acc, avec R en m, V en m/s et acc = tan (alpha) x g, avec alpha : inclinaison en deg et g = 9.81

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wing in Ground Effect Craft Review, DESIGN, Performance
  2. Division 240 : Navires de plaisance de longueur de coque inférieure à 24 mètres, Engins à sustentation
  3. (en) WIG Craft and Ekranoplan, Classic WIG, p. 17
  4. (en) Eska-1 : Experimental Ekranoplans, sur le site redstar.gr
  5. (en) T-501, sur le site redstar.gr
  6. (en) Popular Mechanics, décembre 1994
  7. Navion, un WIG au ras des vagues, Aviation et Pilote no 283, 1997
  8. a et b (en) Janes High-Speed Marine Craft, WIGE Craft, 1994-95
  9. (en) Flightship FS8, sur le site akitektenggara.com
  10. (en) The Technology - Ground Effect, sur le site .wigetworks.com
  11. Zohal, le drone soucoupe volante et Bavar 2 l’ekranoplan iraniens, sur le site lemadblog.com
  12. a et b (en) Wing-in-ground effect vehicles, Rozhdestvensky
  13. (en) [seaskimmers.com SE-6 Sea Eagle], sur le site seaskimmers.com
  14. (en) Wing-in-ground effect vehicles, History of GE vehicles, Rozhdestvensky
  15. (en) AMFIKOM - Experimental Ekranoplans, sur le site redstar.gr
  16. (en) WIG Craft Development, WIG Development in China, p. 67
  17. Igor Vasilevsky, « La configuration des ekranoplanes est désormais définie », in: Air et Cosmos n° 1592, 1996
  18. Kirill V. Rozhdestvensky et Dmitry N. Synitsin, « State of the Art and Perspectives of Development of Ekranoplans in Russia », in: FAST'93
  19. (en) Bill Husa :…"most commonly seems to apply to the larger variants produced".
  20. (en) SM-2, sur le site redstar.gr
  21. (en) KM-1, sur le site redstar.gr
  22. (en) Orlyonok, sur le site redstar.gr
  23. (en) Lun, sur le site redstar.gr
  24. (en) WIG Craft Development, Second-Generation WIG, p. 54
  25. (en) State of the Art and Perspectives of Development of Ekranoplans in Russia, Rozhdestvensky et Synitsin, Fast'93.
  26. (en) Ivolga, sur le site redstar.gr
  27. (en) WIG Craft Development, Ivolga, p. 60
  28. (en) High Performance Marine Vessels, p. 109
  29. (en) Bekas, sur le site redstar.gr
  30. Caractéristiques AD 606, sur le site sentex.net
  31. (en) WIG Craft and Ekranoplan: Ground Effect Craft Technology, WIG craft development, p. 76
  32. (en) Fast Ferry international, avril 1990
  33. (en) VVA-14, sur le site redstar.gr
  34. S-90, sur le site redstar.gr
  35. (en)+[PDF] Rapport NASA TM X-3320, Large Cargo Aircraft Design, sur le site ntrs.nasa.gov
  36. (en) Span-Loaded Cargo Aircraft Concept, rapport Nasa CR-144962
  37. (en) Wingship Investigation, Vol.1 p. 104
  38. Boeing Pelican/
  39. Hoverwing
  40. (en) Air cushion overcomes take-off drag, Speed at sea, juin 1998
  41. Hoverwing 20 et 50, sur le site hoverwing.webs.com
  42. Wingship Technology Corporation
  43. wsh500, sur le site wingship.webs.com
  44. Burevestnik-24, sur youtube.com
  45. (en) Is this 'UFO' the future of travel to Siberia remote outposts?, sur le site siberiantimes.com du 18 janvier 2013
  46. (en) SM-1, sur le site redstar.gr
  47. (en) Janes High Speed Marine Craft 194-95
  48. (en) Wingship Investigation, Final Report vol.2 p. 201
  49. Volga-2, sur le site ikarus342000.com
  50. (en) WIG Craft Development, Dynamic air cushion craft (DACC) typeVolga-, p. 59
  51. Amphistar, sur le site redstar.gr
  52. Aquaglide-5, sur le site redstar.gr
  53. Strizh, sur le site redstar.gr
  54. Raketa 2, sur le site redstar.gr
  55. (en) WIG Craft and Ekranoplan: Ground Effect Craft Technology, Chapter 2, p. 75
  56. (en) WIG Craft and Ekranoplan, Dynamic air Cushion, p. 25
  57. John Leslie, WIG forum
  58. (en)+[PDF] Stability, Performance & Control for a Wing in Ground Vehicle, sur le site dynlab.mpe.nus.edu.sg
  59. (en) "Most aircraft are in fact spirally unstable", Mark Drela, MIT Lectures, Basic Aircraft Design Rules
  60. (en) Wingship Investigation, Final Report vol.2 p. 176
  61. WIGE craft Review, 4.4.2 Stability and Control
  62. WIGE Aircraft Review, 4.2.1.5 Control and Manoeuvrability
  63. (en) Numerical Modeling of Dynamic and Crashes of Wig-in-Gound Vehicles, Safety of manoeuvring
  64. (en) Wingship Investigation, Final Report vol.2 p. 231
  65. John Leslie, WIG Forum
  66. (en) Wingship Investigation, Final Report vol.2 p. 230
  67. (en) Wingship Investigation, Final Report vol.2 p. 182
  68. Biblio, Yun, Bliault & Doo
  69. WIG configuration prediction using neural network approach, http://www.alexeng.edu.eg/~aej/Archives/2003/1/9.pdf
  70. [PDF] An investigation into wing in ground effect, sur le site eprints.soton.ac.uk
  71. Bill Husa (Orion Technologies), Wig, Homebuiltaircraft.com
  72. Wingship Investigation, Final Report vol.1 p. 71
  73. (en) [PDF]Wing in Ground Effect (WIG) aircraft Aerodynamics, sur le site de l'Université d'Adelaide
  74. [PDF] (en) An investigation into Wing In Ground effect, Airfoil geometry, sur le site eprints.soton.ac.uk
  75. Wingship Investigation, Final Report vol.2 p. 257
  76. [PDF] Wing in Ground Effect Craft Review, sur le site dsto.defence.gov.au
  77. Bavar-2, sur le site defence-update.net
  78. Hubei TY-1, sur le site vincelewis.net
  79. [PDF] Hoverwing HW-20, sur le site fks-systeme.de
  80. RFB X-114, sur le site se-technology.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Wing in Ground Effect Craft Review, Michael Halloran and Sean O'Meara, The Sir Lawrence Wackett Centre for Aerospace Design Technology, Royal Melbourne Institute of Technology Wing in Ground Effect Craft Review.
  • Wing in Ground Effect (WIG) aircraft Aerodynamics, Adelaide University,
  • WIG Craft and Ekranoplan: Ground Effect Craft Technology, [9781441900418-c1.pdf Chapter 2, WIG Craft Development]
  • WIG Craft and Ekranoplan: Ground Effect Craft Technology, Liang Yun, Alan Bliault, Johnny Doo, Springer, New-York.
  • High Performance Marine Vessels, Liang Yun, Alan Bliault, Springer, New-York.
  • Wingship Investigation (ARPA 1994), final Report vol.1 et Vol.2
  • Wing-in-ground effect vehicles, Kirill V. Rozhdestvensky, Saint-Petersburg State Marine Technical University, Saint-Petersburg [1].
  • A view of the present state of research in aero-and hydrodynamics of ekranoplans, A.I. Maskalik, K.V. Rozhdestvensky, D.N. Sinitsyn, 1998
  • Complex Numerical Modeling of Dynamic and Crashes of Wig-in-Gound Vehicles, Nikolai Kornev - Konstantin Matveev†, AIAA 2003-600
  • WIG Configuration development from component Matrix, Bill Husa, Oriontechnologies, 2000
  • The aerodynamics of the unconventional air vehicles of A. Lippisch, Chapter IV, Ground Effect Machines, Henry V. Borst, 1980.

Conférences internationales[modifier | modifier le code]

  • 1993 Yokohama, “Fast 1993”, Second International Conference on Fast Sea Transportation, 13-16 December, 1993.
  • 1995 Sydney, A Workshop on Twenty-First Century Flying Ship at the University of New South Wales, 7-8 November, 1995.
  • 1996 Sydney, Ekranoplans and Very Fast Ship at the University of New South Wales, 5-6 December 1996.
  • 1997 London, Royal Institution of Naval Architects (RINA) International Conference on WIGs, 4-5 December 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]