Himiko (reine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Himiko.

Himiko (卑弥呼?)[1] ou Pimiko[2] (175-248) est une reine japonaise qui a régné de 188 (date supposée) jusqu'en 248 sur la région de Yamatai. Le Yamatai serait soit situé dans la province de Yamato, soit dans le nord de Kyūshū[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Himiko est principalement connue par le Gishiwajinden (魏志倭人伝?, lit. « vie des habitants de Wa dans les chroniques de Wei »), un texte chinois de huit pages issu du livre dédié au royaume de Wei dans les Chroniques des Trois Royaumes[3]. Selon ce texte, Himiko était une prêtresse qui pouvait contrôler les esprits des gens grâce à ses pouvoirs surnaturels. Son jeune frère l'aidait pour les affaires politiques. Son palais était situé à Inuyama[réf. nécessaire] et elle aurait envoyé plusieurs messagers à Luoyang, capitale des Wei, en 239, 242 et 246 ; les Wei eux-mêmes auraient envoyé un groupe de messagers au Japon en 240.

Selon le Nihonshoki, Himiko aurait pu être l'impératrice Jingū, la mère de l'empereur Ojin, mais les historiens n'acceptent pas cette hypothèse. De nombreuses personnes affirment que Himiko serait en fait Amaterasu.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Le 31 mai 2009, l'équipe de chercheurs du professeur Harunari du Musée national d'histoire japonaise de Sakura (Chiba) ont présenté lors du 75e meeting annuel de l'association japonaise d'archéologie (ja) les résultats de leurs recherches, selon lesquels le kofun Hashihaka (箸墓?) situé dans la ville de Sakurai dans la préfecture de Nara serait la tombe de Himiko[4],[5].

Des objets dont la datation au carbone 14 concordent avec la date de la mort de la reine ont été découverts sur le site, cependant certains archéologues trouvent cette sépulture trop moderne pour être du IIIe siècle, ces découvertes restent donc sujettes à caution[6]. L'Agence impériale refuse cependant l'excavation qui fournirait de nombreuses informations sur l'identité de la reine et sur la lignée des empereurs du Japon, descendant officiellement d'Amaterasu[6].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Himiko, est un personnage qui apparaît de temps à autres dans certains jeux vidéo, la plupart du temps dans les jeux vidéo qui sont de concessions de la marque japonaise Koei. Ainsi, elle apparaît dans le jeu vidéo Kessen II, sous la forme d'une jeune prêtresse, qui servira l'empire du Wei à la solde de Cao Cao, dans le jeu vidéo Warriors Orochi 2, où son personnage se lie d'amitié avec Da ji, elle sera également présente dans la suite de Warriors Orochi 2 qui se nomme Warriors Orochi Z. Et enfin dans le jeu Okami, ou elle rencontre la déesse japonaise Amaterasu. Elle apparaît également sous forme de persona dans le jeu Shin Megami Tensei: Persona 4 où elle est la persona de Rise. Himiko apparait également comme étant au cœur de l'intrigue du jeu Tomb Raider (2013).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Masumi Shibata, « Himiko » serait l'abréviation de « hime » (?, « princesse ») et de « mikoto » (尊/命?, « majesté »)
  2. Voir page 157 in Handbook to life in medieval and early modern Japan, William E. Deal, Oxford University Press. 2006
  3. a et b Masumi Shibata, Le Kojiki : chronique des choses anciennes, Maisonneuve & Larose 1997 (ISBN 9782706812750)
  4. Julian Ryall, « Tomb of legendary Japanese Queen Himiko found », sur Telegraph,‎ 1er juin 2009 (consulté le 2 juin 2009)
  5. « Research team believes Nara tomb may be that of 3rd century Queen Himiko », sur Mainichi Shinbun,‎ 1er juin 2009 (consulté le 2 juin 2009)
  6. a et b Laura Chatenay-Rivauday, « En quête de la tombe de la reine japonaise Himiko », sur Aujourd'hui le Japon,‎ 2 juin 2009 (consulté le 2 juin 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]