Yamata-no-Orochi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration du combat entre Susanoo et Yamata-no-Orochi par Chikanobu Toyohara, années 1870

Yamata-no-Orochi (ヤマタノオロチ, 八岐の大蛇?) est un monstre de la mythologie japonaise.

Légende[modifier | modifier le code]

C'était un dragon japonais à huit têtes et huit queues, avec des yeux rouges comme le sang, et dont le souffle est venimeux. D'après le Kojiki et le Nihon Shoki sur son corps, qui s'étend sur huit vallées et huit montagnes, poussent de la mousse, des cèdres et des cyprès et sur son ventre coulent des rivières de sang entre ses chairs incandescentes. Il était originaire de la province de Koshi (actuelle région de Hokuriku) et vivait près de la rivière Hi à Izumo. Il se nourrissait d'une jeune fille une fois par an.

À l'issue d'une bataille sur le mont Sentsū, il fut tué par Susanoo qui avait mis à disposition du serpent huit bacs de sake raffiné par huit fois. Affaibli par cette boisson, il ne put résister aux attaques de Susanoo. Ce dernier trouva alors dans la queue du milieu du monstre l'épée Ama no murakumo no tsurugi (天叢雲剣?, litt. « Épée qui assemble les nuages célestes »), qu'il offrit par la suite à sa sœur Amaterasu.

Une interprétation possible de la légende est que Yamato no Orochi symbolise en fait la vallée et ses crues ou peut être des brigands ou tribus rivales. On sait que les japonais anciens démonisaient souvent leurs ennemis vaincus, tels que Tsuchigumo, Aterui (en) surnommé Akuro-ō, le roi de la Voie maléfique, ainsi que l'histoire des oni et de Momotarō (qui représenteraient en fait un roitelet antique et ses sujets soumis par Kibitsuhiko-no-mikoto). Ainsi, les jeunes filles dévorées par le serpent auraient pu être des sacrifices humains pour apaiser la cruauté d'un Ara-Mitama (en) (荒御霊?), ou à l'inverse, des tribus pour acheter la paix auprès d'ennemis humains. Ame-no-Murakumo étant alors la métaphore d'une excellente épée, aux propriétés mystiques, fabriquée grâce au sables de fer de la rivière, domestiquée par les humains. La puissance de cette épée, tant mystique que martiale, étant telle qu'elle permet à Susanoo de « disperser les nuages rassemblés dans le ciel » lorsqu'il la dégaine, c'est à dire renverser toutes oppositions ou au contraire, unifier et consolider son propre royaume. [réf. nécessaire].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Les Orochi-bito sont un peuple de serpents humanoïdes dans le cycle Kamigawa de Magic: The Gathering.
  • Dans le manga Shaman King, l'une des attaques du personnage Ryû prend la forme de cette créature.
  • Dans le jeu Warriors Orochi, il est l'un des créateurs de ce monde fusionné.
  • Le jeu Ōkami reprend cette légende comme trame principale.
  • Dans le jeu Golden Sun : l'Âge perdu, les évènements de l'île Izumo sont inspirés du combat opposant Yamatano Orochi à Susanoo, le boss « Serpent » le représentant.
  • Dans le manga Naruto, Orochimaru prend la forme de ce monstre et est vaincu par la technique Susanō d'Itachi Uchiwa.
  • Dans The King of Fighters, notamment le 97, les 8 surpuissants raniment un être du même nom : Orochi.
  • Le film d'animation Wanpaku ōji no orochi taiji est une adaptation pour enfant de la vie de Susanoo, qui y affronte également Yamata-no-Orochi.
  • Dans le manga Blue Seed, Yamata-no-Orochi attaque Kushinada dès le premier épisode, c'est aussi lui qui transmet ses magatama à Kusanagi.
  • Dans le film Nippon Tanjō de Hiroshi Inagaki sorti en 1959
  • Dans le film Yamato Takeru de Takao Okawara sorti en 1994
  • Dans le jeu The Secret World, le Groupe Orochi est une multinationale japonaise composée de huit filiales, et fait office d'entité antagoniste dans l'intrigue globale.

Bibliographique[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :