Élections générales espagnoles de 1933

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les élections générales du 19 novembre 1933 en Espagne sont les deuxièmes élections générales de la Seconde République espagnole, et les premières du pays se tenant au suffrage universel féminin. Elles donnent la majorité aux partis de droite et marquent le début du bienio noir (1933-1935), avec des Cortes dominées par une coalition du Parti républicain radical (PRR) et de la Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA).

Résultats par parti[modifier | modifier le code]

Les résultats par parti sont[1] :

Partido Sièges % sièges. Dif.
Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA) 115 22 -
Parti républicain radical (PRR) 102 21,6 +12
Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) 59 12,5 -56
Parti agraire espagnol (PAE) 30 6,3 +15
Lliga Regionalista 24 5,1 +22
Communion traditionaliste (CT) 20 4,2 +16
Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) 17 3,6 -12
Parti républicain conservateur (PRC) 17 3,6 -
Rénovation espagnole (RE) 14 3,0 -
Parti national basque (PNV) 11 2,3 +4
Parti républicain libéral démocrate (PRLD) 7 1,9 +5
Parti républicain galicien (PRG) 6 1,3 -9
Action Républicaine (AR) 5 1,1 -21
Parti républicain démocratique fédéral (PRDF) 4 0,8 -12
Parti républicain radical socialiste indépendant (PRRSI) 3 0,6 -
Parti républicain progressiste (PRP) 3 0,6 -
Union socialiste de Catalogne (USC) 3 0,6 -1
Parti républicain de centre 2 0,4 =
Parti communiste espagnol (PCE) 1 0,2 +1
Parti républicain radical socialiste (PRRS) 1 0,2 -60
Parti nationaliste espagnol (PNE) 1 0,4 -
Phalange espagnole (FE) 1 0,4 -
Union de Rabassaires 1 0,4 +1
Parti régionaliste de Majorque (PRM) 1 0,4 -
Indépendants de droite 18 3,8 +9
Républicains centristes indépendants 5 1,1 -3
TOTAL 473 100,00 +3

La victoire de la droite est claire : sur 8 535 200 votes exprimés, 3 365 700 vont à la droite, 2 051 500 votes vont aux partis du centre et 3 118 000 à la gauche[2]. La répartition des sièges n'est cependant pas représentative de la distribution des votes, en raison de la loi électorale de la Seconde République, l'élection se faisant selon un mode de scrutin majoritaire plurinominal favorisant particulièrement le parti ayant reçu le plus de votes. Par exemple, selon Hugh Thomas, les socialistes obtiennent 1 722 000 votes et 58 sièges, tandis que les radicaux, avec seulement 700 000 votes en obtiennent 104. Le même déséquilibre se produit de nouveau aux élections générales de 1936 bien que dans une moindre mesure, cette fois à l’avantage de la gauche, celle-ci obtenant 60 % des sièges avec à peine 50 % des voix.

Les Cortes sont dissoutes de façon anticipée, et sont remplacées lors des nouvelles élections de 1936.

Résultats par circonscription[modifier | modifier le code]

Catalogne[modifier | modifier le code]

Îles Baléares[modifier | modifier le code]

Région valencienne[modifier | modifier le code]

Pays basque et Navarre[modifier | modifier le code]

Galice[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]