Égypte ottomane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

30° 03′ 00″ N 31° 13′ 00″ E / 30.05, 31.21666667 ()

L'Égypte ottomane est le terme utilisé pour désigner, en Égypte, la période de domination ottomane (1516-1882).

Résumé historique[modifier | modifier le code]

Dès 1485, les Ottomans entrent en guerre contre les Mamelouks. En 1516, la Syrie est envahie par Selim Ier. En 1517, celui-ci s’empare du Caire en vainquant le sultan Tûmân Bey. Les Ottomans maintiennent des chefs mamelouks à des positions clés en leur donnant le titre de beys. En 1798, Napoléon Bonaparte écrase les Mamelouks lors de la campagne d'Égypte. Il s'impose comme l'homme fort dans le pays puis, devant rentrer en Europe pour y prendre le pouvoir, laisse le général Kléber pour gouverner le pays. Ce dernier est assassiné en 1800. En 1806, Méhémet Ali est nommé gouverneur d'Égypte par les Ottomans. Apprenant que les Mamelouks cherchent à l'assassiner, il fait massacrer leurs chefs le 1er mai 1811, dans une embuscade, et pourchasse le reste des troupes. C'est la fin des Mamelouks d'Égypte. Dans le cadre de la Première Guerre mondiale, pour contrer l'empire Ottoman, les Britanniques imposent leur protectorat le 19 décembre 1914 sur l'Égypte, dont ils sont maîtres depuis 1882, en déposant le khédive Abbas II Hilmi pour le remplacer par le sultan Hussein. Les Ottomans espèrent battre l'armée britannique en 1915, en vain.

Période ottomane[modifier | modifier le code]

La période ottomane proprement dite s'étend de 1517 à 1798.

Après la conquête et le départ de Selim (septembre 1517), un gouverneur ottoman (Khayrbak, un mamelouk renégat) est nommé pour percevoir le tribut et administrer le pays. Les begs (ou beys) mamelouks parviennent à donner une certaine autonomie au pays, tout en versant un tribut à Istanbul. Les beys (seigneurs) et les cachefs (administrateurs provinciaux) sont en effet recrutés parmi les Mamelouks qui acquièrent peu à peu un pouvoir politique réel. Ils restent les souverains réels de l'Égypte, jusqu'au départ de l’expédition française et la prise de pouvoir par Muḩammad `Alī.

Durant cette période, cent trente-six pachas sont nommés par vingt et un sultans ottomans :

Période alaouite[modifier | modifier le code]

En mai 1805, le sultan ottoman Sélim III reconnaît l'autorité de Méhémet Ali comme Pasha d'Égypte sous la pression des autorités religieuses du Caire. Celui-ci appuie sa politique sur la société égyptienne contre les Mamelouks et les Ottomans, consolide son pouvoir et fonde une dynastie indépendante.

Article détaillé : Égypte sous les Alaouites.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Combe, L’Égypte ottomane de la conquête par Selim (1517) à l’arrivée de Bonaparte (1798). Extrait du Précis de l’histoire d’Égypte, t. 3, première partie, IFAO, Le Caire, 1933.
  • Henri Deherain, L'Égypte turque. Pachas et mamelouks du XVIe au XVIIIe siècle, in G. Hanotaux, Histoire de la nation égyptienne, Paris, Plon, 1934, t. V.
  • Michel Tuchscherer, Café et cafés dans l'Égypte ottomane, XVIIe et XVIIIe siècles, in Contributions au thème du et des cafés, ed. Desmet-Grégoire.
  • Alain Blondy, Bibliographie du monde méditerranéen. Relations et échanges (1453-1835), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003, 301 p. (ISBN 2-84050-272-0)

Voir aussi[modifier | modifier le code]