Église du Sacré-Cœur de Gentilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir église du Sacré-Cœur.
Église du Sacré-Cœur de Gentilly
Église du Sacré-Cœur de Gentilly, vue de la cité internationale universitaire de Paris
Église du Sacré-Cœur de Gentilly, vue de la cité internationale universitaire de Paris
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Paris
Début de la construction 1933
Fin des travaux 1936
Style dominant Néoroman et byzantin
Protection  Inscrit MH (2000)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Commune Gentilly
Coordonnées 48° 48′ 58″ N 2° 20′ 11″ E / 48.816161, 2.33629 ()48° 48′ 58″ Nord 2° 20′ 11″ Est / 48.816161, 2.33629 ()  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église du Sacré-Cœur de Gentilly

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église du Sacré-Cœur de Gentilly

L'église du Sacré-Cœur est une église de Gentilly. C'est également celle de la cité internationale universitaire de Paris. Sa proximité du boulevard périphérique et de l'autoroute A6, et son haut clocher, en font un élément bien connu du paysage parisien.

Ce site est desservi par la station Gentilly du (RER)(B).

Une construction en marge (1933-1936)[modifier | modifier le code]

Les fondateurs de la cité internationale universitaire de Paris ayant souhaité un caractère international et laïque, aucun lieu de culte ne pouvait être construit sur le domaine réservé aux pavillons universitaires. Cette église catholique fut donc bâtie non loin de la cité, sur un terrain privé, grâce à la volonté de l'abbé Robert Picard de La Vacquerie (1893-1969), futur évêque d'Orléans (1951-1963). Ce dernier était alors chargé de l'aumônerie du foyer des étudiants catholiques étrangers. Il fit appel à l'industriel Pierre Lebaudy qui accepta d'en financer la construction ; sa veuve honora son vœu après sa mort survenue en 1929.

Le plan fut dressé en 1931 par l'architecte Pierre Paquet (1875-1959), ancien architecte diocésain devenu architecte des monuments historiques, en collaboration avec son fils Jean-Pierre Paquet (1907-1975). Les travaux durèrent de 1933 à 1936, date de la consécration de l'édifice par l'archevêque de Paris, le Cardinal Verdier, et sa dédicace au Sacré-Cœur de Jésus.

Le mécène souhaitait élever un monument inspiré du style roman. C'est donc un style néoroman lié à une construction de type byzantin que l'on peut aujourd'hui admirer .

Bâtie en béton armé, élément de construction typique de l'époque, et en plaques de calcaire de Saint-Maximin, l'église du Sacré-Cœur est dessinée sur un plan en croix latine à vaisseau unique à voûte en plein cintre. La couverture est en plomb. À la croisée du transept, un dôme la surplombe.

Les commanditaires ont notamment su faire appel à de talentueux artistes pour l'orner d'un vaste ensemble décoratif dû au sculpteur Georges Saupique, au maître-verrier Jacques Gruber et au peintre Angel Zarraga.

Chapelle de la cité universitaire (1936-1968)[modifier | modifier le code]

Cette église fut édifiée pour maintenir une activité spirituelle chez les étudiants de la Cité Universitaire. La construction du boulevard périphérique en 1960 la sépara de la cité universitaire et les étudiants catholiques la délaissèrent en 1968. Depuis 1979, elle est affectée à la communauté catholique portugaise.

Dimensions principales et Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

  • Longueur extérieure : mètres.
  • Largeur extérieure (au niveau du transept) : mètres.
  • Hauteur sous voûte : mètres.
  • Hauteur du dôme : 62 mètres.
  • Hauteur du clocher : 62 mètres.

Sculptures[modifier | modifier le code]

Les œuvres sculptées sont dues au sculpteur Georges Saupique (1889-1961), en particulier :

  • Christ en majesté entouré des docteurs de l'Église, tympan du portail nord, bas-relief, pierre, 1936.
  • Anges monumentaux, clocher, quatre statues, ronde-bosse, bronze, 1936.
  • Les bienfaiteurs de l'Université de Paris, douze demi-reliefs, pierre, 1936.

Peintures[modifier | modifier le code]

Les peintures intérieures sont dues au peintre Angel Zarraga (1886-1946), en particulier :

Vitraux[modifier | modifier le code]

Les 17 verrières abstraites sont dues à Jacques Gruber (1870-1936), maître verrier des années 1930, exécutées en 1935. (image)

Mobilier[modifier | modifier le code]

Une croix d'autel par Émile Guillaume, 1936.

Protection[modifier | modifier le code]

L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 9 juin 2000[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :