Économie de Sierra Leone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Économie de la Sierra Leone)
Aller à : navigation, rechercher
Sierra Leone
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de Sierra Leone
Une mine de diamant dans le district de Kono.

Monnaie Leone sierra-léonais
Année fiscale Année calendaire
Organisations internationales OMC, UA, CEDEAO
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 4,307 milliards $ (2008)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 6 % (2008)
PIB par habitant en PPA 700 $ (2008)
PIB par secteur agriculture :
industrie :
services :
Inflation (IPC) 11,7 %
Pop. sous le seuil de pauvreté 70,2 % (2004)
Indice de développement humain (IDH)
Population active 1,37 million (2001)
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 216 millions $ (2006)
Biens exportés
Principaux clients
Importations 560 millions $ (2006)
Biens importés
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique
Dette extérieure
Recettes publiques 96 millions $
Dépenses publiques 351 millions $ (2000)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sl.html

Au début des années 1990, l'économie de Sierra Leone est exsangue.

L'État sierra-leonais a été placé sous tutelle du FMI en 1978. Victime des trafics clandestins, les productions officielles de diamants, de bois, ne cessaient de régresser. Le pays n'était pas industrialisé.

La guerre civile a aggravé la situation. Aujourd'hui pacifiée mais laminée par les conflits, Sierra Leone est l'un des pays les plus pauvres du monde. Autrefois florissant, le tourisme a été ruiné par la guerre civile. Les investissements étrangers sont inexistants, la relance de l'économie est précaire et est ralentie par les difficultés à réintégrer les anciens combattants dans le monde du travail. En 2003, le PIB moyen par habitant était de cent soixante dollars [1].

Cependant la situation économique de ce pays laisse entrevoir des améliorations : le taux de croissance est positif et est allé jusqu'à atteindre 7,4 % en 2004[2], l'inflation est quasi nulle (1 %) et le FMI fait mention de progrès établis dans la stabilisation de l'économie et de la reprise en cours des secteurs agricole et minier.

La Sierra Leone possède un réel potentiel économique de par la richesse de son sous-sol (or, fer, bauxite, diamants, Rutile...), la grandeur de ses potentialités agricoles, la possibilité d'y redévelopper le tourisme.

Agriculture[3][modifier | modifier le code]

L'agriculture est la première source d'emplois du pays : elle représente les deux tiers de la population active pour environ 50 % du Produit National Brut. Les exportations agricoles représentaient presque 7,5 millions de dollars et les principaux produits exportés sont le café, le grain de palme, le cacao, la noix de cola et les épices. Le riz, cultivé par 80 % des fermiers, est le plus important moyen de subsistance et, avec le millet dans le nord-est, un produit de base, 247 000 tonnes ont été produites en 1999. Les autres produits alimentaires sont l'ananas, l'igname, l'arachide, le maïs, le manioc, la noix de coco, la tomate et le poivre. Le café est cultivé dans les provinces de l'est et du sud, la production a totalisé 15 000 tonnes en 1999. Le cacao est cultivé dans les zones de Kenema et de Kailahun dans les provinces de l'est et la zone Pujehun de la province du sud, principalement dans des petites terres agricoles d'environ 0,4 à 12 hectares. En 1999, une estimation de 11 000 tonnes de cacao fut produite. La production de palme est dérivée des cultures de palme sauvage[Quoi ?], principalement dans le nord-est et le sud-est ; la production comprenait 22 000 tonnes de grain de palme et 36 000 tonnes d'huile de palme en 1999. Bien qu'il existe une consommation locale importante de grains de palme, la majeure partie de la production est exportée.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]