Zizi Jeanmaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanmaire.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Zizi Jeanmaire
Description de cette image, également commentée ci-après

Zizi Jeanmaire en 1963.

Nom de naissance Renée Marcelle Jeanmaire
Naissance (92 ans)
Paris (France)
Activité principale Danseuse
Style Danse moderne
Music-hall
Activités annexes Chanteuse, meneuse de revue et actrice
Années d'activité Années 1950
Collaborations Roland Petit
Formation École du Ballet de l'Opéra de Paris
Conjoint Roland Petit

Renée Marcelle Jeanmaire, dite Zizi Jeanmaire, est une danseuse de ballet, chanteuse, meneuse de revue et actrice française née le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle entre à l'âge de 9 ans, en novembre 1933, à l'École de danse de l'Opéra de Paris où elle a pour condisciple le jeune Roland Petit (1924-2011). Tous deux intègrent en 1940 le corps de ballet et démissionnent quatre ans plus tard. Alors que Roland Petit se tourne vers la chorégraphie, Renée danse avec les Ballets de Monte-Carlo avant de rejoindre l'année suivante la troupe des Ballets des Champs-Élysées que vient de créer Petit. Elle la quitte quelques mois plus tard pour retourner à Monte-Carlo mais retrouve Petit en 1948 aux Ballets de Paris qu'il vient de fonder au théâtre Marigny et dont elle devient la danseuse étoile.

En février 1949, elle crée le rôle-titre du ballet Carmen d'après Bizet sur une chorégraphie par Roland Petit, qui va se jouer dans le monde entier et notamment à New York sept mois durant, suivi en 1950 de La Croqueuse de diamants, toujours sur une chorégraphie de Petit, chansons de Raymond Queneau[1]. Elle a entre temps troqué son prénom contre le surnom de Zizi. Le réalisateur-producteur Howard Hughes, nouveau patron de la RKO, la repère et la fait venir à Hollywood où elle tourne dans Hans Christian Andersen et la Danseuse aux côtés de Danny Kaye, Roland Petit réglant quant à lui les chorégraphies.

De retour à Paris, elle se brouille avec Petit et quitte les Ballets de Paris pour jouer à Broadway la comédie musicale The Girl in Pink Tights. Jeanmaire, comme l'appellent simplement les Américains, part ensuite pour Hollywood où elle recroise Petit qui vient d'achever la chorégraphie de Papa longues jambes avec Fred Astaire et Leslie Caron (qui avait fait ses débuts avec Petit dans les Ballets des Champs-Élysées). La réconciliation débouche sur un mariage, un film (Anything Goes avec Bing Crosby) et une fille, Valentine.

De retour en France, Roland Petit profite de son expérience américaine pour se lancer dans un nouveau genre avec La Revue des Ballets de Paris, créée au théâtre de Paris en 1956, puis La Revue à l'Alhambra en 1961 (à l'occasion de laquelle est créée le célébrissime numéro Mon truc en plumes dans des costumes d'Yves Saint Laurent), et faisant de Zizi Jeanmaire une figure emblématique du music-hall auquel elle va consacrer désormais, hormis quelques incursions au théâtre et au cinéma, l'essentiel de sa carrière.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • 1970 : La Revue de Roland Petit au Casino de Paris, chansons de Roger Dumas et Jean-Jacques Debout, sauf Toi et ton sax (paroles de Brigitte Fontaine, musique d'Olivier Bloch-Lainé), arrangements : Jean-Claude Vannier
    Ouverture – La Grande Vie – Rétrospective : C'est vrai/En douce – Toi et ton sax – Mademoiselle Alaska – Bing Bing Bang – Mon truc en plumes (instr.) – Ami, Amour – Lettre à Johnny – Je cherche un homme – Te quiero, Ich liebe dich – Bleu, blanc, rouge
  • 1972 : Zizi je t'aime, enregistré au Casino de Paris en 1971. Chansons de Serge Gainsbourg, sauf Just a Gigolo
    Zizi t'as pas de sosie – À poil ou à plumes – Le Rent'dedans – Tout le monde est musicien – Élisa – Les Millionnaires – Les bleus sont les plus beaux bijoux – Just A Gigolo – King Kong – Dessous mon pull (Finale)
  • 1977 : Zizi à Bobino, chansons de Serge Gainsbourg
    Quand ça balance – Rétro Song – Mesdames, mesdemoiselles, mes yeux – Yes man – Merde à l'amour – Ciel de plomb (Stormy Weather) – Tic-Tac-Toe – Vamps et vampires
  • 1984 : Hollywood Paradise, chansons de Pierre Grosz et Cyril Assous
    Hollywood Paradise - Rosée du temps (Tear-Drops) - Ça j'sais l'faire - Mister Hugues et moi - Lui, toujours lui - Paris - Punching ball - Voleur - Le zip - C'est tout ça l'Amérique
  • 1995 : Zizi au Zenith, chansons de Serge Gainsbourg
    Zizi t'as pas ton sosie - Élisa - À poils ou à plumes - Rétro song - Bloody Jack - King Kong - Parisiana - Tic-Tac-Toe - Ces petits riens - Les Bleus - La Vie Zizi - Tout le monde est musicien - Quand ça balance - Mon truc en plumes (remix)
  • 2000 : La Vie Zizi, textes de Raymond Queneau - disques Yvon Chateigner
  • 2003 : La liberté est une fleur, livre-disque sur des textes de Marcel Aymé et Raymond Queneau en partie inédits mis en musique ou réorchestrées par Richard Galliano et Michel Legrand - Actes Sud

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Plumes et Diamants, réalisation Jean-Christophe Averty, chorégraphie Roland Petit. Coffret contenant Plumes et Diamants (1982), Zizi aux Bouffes-du-Nord (1988), Zizi au Zénith (1995), Zizi Jeanmaire 2000 (2000) et en bonus : la création de Mon truc en plumes (1961)[2] - Bel Air Classiques

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

« [...] Elle a des yeux à vider un couvent de trappistes en cinq minutes. [...] »

— Boris Vian[réf. nécessaire]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ces deux ballets seront portés à l'écran, toujours avec Jeanmaire, en 1960 par Terence Young et Roland Petit sous le titre Les Collants noirs, avec deux autres ballets créés entre temps par Petit : Deuil en vingt-quatre heures (1953) et Cyrano de Bergerac (1959), les rôles principaux étant respectivement tenus par Cyd Charisse et Moira Shearer.
  2. Reportage sur Zizi Jeanmaire et Roland Petit, Cinq colonnes à la une, 1er décembre 1961, sur le site de l'INA.