Jean Constantin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constantin.
Jean Constantin
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Constantin en 1979.

Informations générales
Naissance
Paris, France
Décès (à 73 ans)
Créteil, France
Instruments Piano, voix
Années actives Depuis 1945

Jean Constantin, né le à Paris et mort le à Créteil[1], est un auteur-compositeur-interprète de chansons françaises.

Cet autodidacte — il apprend seul à jouer du piano en écoutant du jazz et en s'aidant de quelques méthodes — aime autant l'écriture que la scène. Il signe ainsi des chansons qui sont devenues des standards, ainsi que de nombreuses musiques de films. Il est notamment l'auteur des paroles de la chanson Mon manège à moi, interprétée par Édith Piaf.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Carrière sur scène[modifier | modifier le code]

Grosses moustaches, physique très corpulent, mais débordant d'énergie, il chante sur scène sur un tabouret « en recherche d'équilibre », tout en s'accompagnant au piano. Son répertoire est à la fois drôle et poétique. Pendant les années cinquante, il offre toute son énergie au public de Bobino, de l'Olympia et des Trois Baudets, piochant parmi les trois cents chansons de son répertoire.

Parmi ses créations, figurent Mets deux thunes dans l'bastringue (1954), Les Pantoufles à papa ([955), Le Pacha (1956).

Entre deux tournées en province, il est la vedette des plus grands cabarets parisiens : Le Don Camilo de Saint-Germain-des-Prés et « La Villa d'Este » près de la place de l'Étoile.

Avec Moustache, Jordi Coll, Geo Daly, Michel Attenoux et Totol Masselier, ils forment l'orchestre de jazz Les Gros Minets. On le verra souvent à la télévision dans les émissions de variétés des années 1960.[réf. souhaitée]

Auteur-compositeur de chansons françaises[modifier | modifier le code]

En 1955, Annie Cordy interprète sa chanson Jolie fleur de papillon. La même année, Ne joue pas avec mon cœur sera interprétée par Colette Deréal puis par Dalida et Lucienne Delyle. Mets deux thunes dans le bastringue est interprétée par Catherine Sauvage. Il interprète la même année Les Pantoufles à papa (Où sont passées mes pantoufles, sur un rythme de cha-cha-cha). Les Frères Jacques interpréteront aussi cette chanson.

Il est le parolier d'un des grands succès d'Édith Piaf, Mon manège à moi, musique de Norbert Glanzberg (1952). Il compose la musique de la chanson la plus populaire de Zizi Jeanmaire : Mon truc en plumes, paroles de Bernard Dimey (1956). Il crée pour Yves Montand les chansons Ma gigolette et Pianola, devenues également des classiques de la chanson française[2].

Compositeur de musiques de films[modifier | modifier le code]

En 1959, il signe la musique d'un des films emblématiques de la Nouvelle Vague, Les Quatre Cents Coups de François Truffaut. Juliette Gréco enregistrera une version chantée du thème principal du film, Comment voulez-vous ? (paroles de Jean Constantin).

Outre Les Quatre Cents Coups, il écrit de nombreuses musiques de film, notamment Bonjour sourire, Flash-back, La Française et l'amour.

On trouve aussi Jean Constantin, mais cette fois-ci en tant qu'acteur, au générique des films : Candide ou l'optimisme au XXe siècle, et Le Caïd de Champignol[3] (de Jean Bastia, avec Jean Richard et Michel Serrault). En 1959, dans Le Baron de l'écluse de Jean Delannoy, il interprète le rôle du Prince Sadokan aux côtés de Jean Gabin et Micheline Presle.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean Constantin est marié à la chanteuse et comédienne Lucie Dolène, dont la voix surprenante est connue du grand public dès 1962 lors de la ressortie du film Blanche-neige et les sept nains de Walt Disney.

Ils sont les parents des chanteurs Olivier Constantin, Virginie Constantin (décrite comme « voix remarquable » dès 1982 lors de son passage en première partie d'un spectacle de L'Olympia[4] et choriste pour Laurent Voulzy entre autres) et du percussionniste François Constantin (musicien notamment de Véronique Sanson, Dany Brillant et Richard Bona).

Décès[modifier | modifier le code]

Jean Constantin meurt le dans un hôpital de Créteil. Il est inhumé à Noisy-le-Grand[5], ville dans laquelle il a longtemps habité.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le Poulpe (LP, Mono), Barclay, Barclay 920 396, 920.396, 1972
  • À la scène et à la ville, (CD, Album, RE), EMI Music France 856 642 2, 1997
  • Chansons... (LP), Vogue, CDMINT 9655

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mort de Jean Constantin, chanteur-compositeur, Libération le 1er février 1997.
  2. Feet too big, chanson inédite en français (Jean Constantin / Fats Waller)- Récital René-Louis Baron.
  3. The Internet Movie Database
  4. « Music-Hall : « Jean-Pierre Thiollet a vu... Dave», Le Quotidien de Paris, 20 mai 1982. »
  5. CONSTANTIN Jean (1923-1997) sur le site Cimetières de France et d'ailleurs.

Lien externe[modifier | modifier le code]