Yvette Chauviré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chauviré.
Yvette Chauviré
Description de cette image, également commentée ci-après

Yvette Chauviré en 1957.

Nom de naissance Yvette Adrienne Chauviré[1]
Naissance
Paris
Décès (à 99 ans)
Paris
Lieux de résidence France
Activité principale Danseuse étoile
Style Danse classique et moderne
Formation Opéra de Paris

Yvette Chauviré est une ballerine et maître de ballet française, ancienne danseuse étoile de l'Opéra de Paris, née à Paris le et morte le dans la même ville[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Entrée à dix ans à l'école de danse de l'Opéra de Paris, Yvette Chauviré fut l'élève de Boris Kniaseff et de Victor Gsovsky, jusqu'à son intégration en 1934 dans le Corps de Ballet de la compagnie de l'Opéra, dirigée alors par Serge Lifar. Son premier rôle date cependant de 1929, date à laquelle elle danse un solo dans L'Éventail de Jeanne.

Elle est immédiatement promue quadrille puis, sautant l'échelon de coryphée en janvier 1935, passe petit sujet. Elle devient grand sujet en 1937, première danseuse en 1938, puis danseuse étoile en décembre 1941 après la première représentation du ballet Ishtar, ballet que Serge Lifar chorégraphie pour elle[4].

Yvette Chauviré a dansé tous les grands rôles du répertoire classique, mais son interprétation magistrale du rôle-titre de Giselle en 1949 est probablement la plus emblématique. Mais, si elle gravit la hiérarchie de la compagnie, elle continue toutefois de travailler avec son ancien professeur Boris Kniassef, créant ses ballets comme La Légende du Bouleau ou Piccolo.

Entre 1946 et 1947, elle fait des infidélités à l'Opéra de Paris et danse en tant qu'étoile invitée pour les Ballets de Monte-Carlo. Retournant dans la capitale en 1948, elle quitte de nouveau la maison qui l'a vu évoluer et se produit avec la Scala de Milan. Quelques années plus tard, elle est invitée par le Royal Ballet et danse avec Rudolf Noureev, récemment installé en France.

Ayant accompagné les adieux de Serge Lifar, en 1956, elle quitte elle-même la scène dix-huit ans plus tard avec son rôle fétiche (Giselle) et le solo de La Mort du cygne. Elle a ensuite continué à transmettre son savoir aux jeunes étoiles de l'Opéra de Paris, comme Sylvie Guillem, Monique Loudières, Marie-Claude Pietragalla, Élisabeth Maurin, Isabelle Guérin ou Dominique Khalfouni ; elle s'essaie également à l'art chorégraphique, en composant une Giselle encore dansée par la Scala de Milan (il existe d'ailleurs une captation DVD de sa version, interprétée par Svetlana Zakharova et Roberto Bolle).

Elle est considérée comme la plus grande ballerine française et l'une des rares danseuses étoiles à avoir reçu le titre de prima ballerina assoluta.

Elle meurt le 19 octobre 2016 et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (44e division).

Elle fut l'épouse de Constantin Népo (Népokoïtchitzky), peintre et décorateur de ballets (1915-1976).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 3289, mairie du 14e arrondissement de Paris, Archives de Paris
  2. « Disparition d'Yvette Chauviré, étoile absolue », sur lefigaro.fr, 19 octobre 2016
  3. « La mort d'Yvette Chauviré, étoile étincelante de la danse au XXe siècle », sur culturebox.francetvinfo.fr, 19 octobre 2016
  4. « Disparition d'Yvette Chauviré, étoile absolue », Le Figaro, 19 octobre 2016
  5. « Décret du 13 juillet 2010 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier », sur legifrance.gouv.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]