Jean-Pierre Meyers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyers.
Jean-Pierre Meyers
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(70 ans)
Nationalité
Activité
Enfant

Jean-Pierre Meyers est un homme d'affaires français, né le 8 décembre 1948. Époux de Françoise Bettencourt, il est administrateur de L'Oréal et directeur général de Téthys, holding de la famille Bettencourt, une des premières fortunes de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils du rabbin Robert Meyers, assassiné à Auschwitz et l'arrière petit-fils du rabbin Jules Bauer, directeur du Séminaire israélite de France[1].

Il épouse Françoise Bettencourt, unique enfant d'André et Liliane Bettencourt le 6 avril 1984 et dont il a deux fils, Jean Victor (1986) et Nicolas Meyers (1988).

Il est membre du conseil d'administration de L'Oréal depuis 1987[2] et depuis 1994, vice-président du conseil d'administration de L'Oréal.

En décembre 2010, il est nommé directeur général de Téthys[3],[4], holding de la famille Bettencourt Meyers qui contrôle 33,09 % de L'Oréal[2]. Il est vice-président du conseil de surveillance de Téthys[2].

Il est vice-président de la Fondation Bettencourt Schueller[5].

Il a été administrateur de Nestlé de 1991 à 2014 dont la famille Bettencourt était actionnaire.

Il est un des actionnaires principaux de la holding de contrôle du site de ventes de vins 1855.com, en liquidation judiciaire[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Meyers, un discret banquier au coeur du sysème Bettencourt. La Libre, 7 décembre 2010.
  2. a b et c L'Oréal 2014
  3. Le Figaro 6 déc 2010
  4. Le Monde 6 déc 2010
  5. Gouvernance | Fondation Bettencourt Schueller
  6. François Labrouillère, « Vente de vins en ligne – Une faillite embarrassante pour les Bettencourt », Paris Match,‎ 17/7/2015 à 4h, mis à jour le 18/7/2015 à 10h36 (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018)