Urban Decay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Urban Decay

Création 1996
Dates clés février 2000
Fondateurs Sandy Lerner
Direction Tim Warner
Société mère L'Oréal
Sociétés sœurs Lancôme
Helena Rubinstein
Chiffre d’affaires 130 millions de $[1]

Urban Decay Cosmetics LLC[2], nommée communément Urban Decay (signifiant « déliquescence urbaine (en)) », est une entreprise américaine de maquillage fondée en 1996 et appartenant de nos jours à L'Oréal.

Historique[modifier | modifier le code]

Urban Decay, entreprise de cosmétique, est fondée en 1996 par Sandy Lerner (en)[3], ainsi que David Soward, Wende Zomnir[4] et Patricia Holmes. Les produits de la marque, essentiellement du maquillage, sont principalement vendus dans les magasins de distribution sélective Ulta (en), Sephora et récemment Macy's.

La société est basée à Newport Beach en Californie et dispose d'un centre de distribution à Hiahleah en Floride. La marque débute son activité commerciale avec des rouges à lèvres et des vernis à ongles, et un slogan publicitaire iconoclaste : « Le rose te fait-il vomir ? »[3],[5].

Urban Decay est acheté par LVMH[6] en février 2000. Celle-ci est revendue, avec l'autre marque de maquillage Hard Candy (en)[7],[8], en 2003 au groupe Falic Fashion Group. En 2009, elle est acquise par les partenaires Castanea[9], une société de capital-investissement.

Le 26 novembre 2012, c'est finalement le groupe français L'Oréal qui en fait l'acquisition[10]. « Urban Decay complètera parfaitement le portefeuille de marques emblématiques de L'Oréal Luxe » précise l'entreprise[1].

Le produit phare de la marque est la base pour paupières, à appliquer avant de se maquiller, intitulé Eyeshadow Primer Potion, ainsi que les palettes multicolores de fards à paupières[4]. Mais aussi connue pour ses palettes neutres intitulées Naked la première palette dans les couleurs chaudes, la seconde dans des couleurs froides et la troisième dans des couleurs rosées. Elles sont aussi déclinées en « Naked Basics », deux palettes plus petites, avec une majorité de fards mats[11].

La marque est aussi connue pour ses produits inspirés de films, comme une palette en 2011 lors de la sortie de Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence, deux palettes en janvier 2013 pour la sortie du Monde fantastique d'Oz[12] et une palette sortie en septembre 2014 pour les vingt ans de Pulp Fiction[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b AFP, « L'Oréal va racheter la marque de maquillage américaine Urban Decay », sur france24.com,‎ 26 novembre 2012 (consulté le 26 novembre 2012)
  2. (en) « Company Overview of Urban Decay Cosmetics, LLC », sur businessweek.com (consulté le 26 novembre 2012)
  3. a et b (en) Dana Wechsler Linden, « Does pink make you puke? », forbes.com,‎ 25 août 1997 (consulté le 26 novembre 2012)
  4. a et b Reuters, « L'Oréal dope son maquillage avec l'américain Urban Decay », Industrie, sur lesechos.fr, Groupe Les Échos,‎ 26 novembre 2012 (consulté le 16 décembre 2012)
  5. Camille Demarez, « Urban Decay : la saga de la marque », sur plurielles.fr, TF1,‎ 26 mai 2011 (consulté le 26 novembre 2012)
  6. « LVMH acquiert Urban Decay », sur boursier.com,‎ 25 février 2000 (consulté le 26 novembre 2012)
  7. « LVMH revend les cosmétiques Hard Candy et Urban Decay », sur lesechos.fr, Les Échos,‎ 27 janvier 2003 (consulté le 26 novembre 2012)
  8. (en) Suzy Menkes, « LVMH Is Planning Sale of Lacroix Designer Line », sur nytimes.com, The New York Times,‎ 8 janvier 2005 (consulté le 26 novembre 2012)
  9. (en) Reuters, « Castanea Partners Announces Investment in Urban Decay », sur reuters.com,‎ 30 mars 2009 (consulté le 26 novembre 2012)
  10. L'Oréal s'offre l'américain Urban Decay. Boursier.com, 26 novembre 2012.
  11. Dounia Malki, « Urban Decay lance la Naked Basics 2 ! », actu beauté, sur cosmopolitan.fr, Cosmopolitan,‎ 12 août 2014
  12. (en) Taylor Barringer, « An Exclusive Look at Urban Decay's 'Oz' Palette Mood Board », beauty news, sur elle.com, Elle,‎ 17 janvier 2014
  13. « La collab cool de la rentrée : Urban Decay X Pulp Fiction », beauté, sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 24 août 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]