Walter von Reichenau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Walter von Reichenau
Reichenau en 1941.
Reichenau en 1941.

Naissance
Karlsruhe,
Allemagne
Décès (à 57 ans)
Poltava,
Union soviétique
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Generalfeldmarschall
Années de service 19021942
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 10earmée allemande
6e armée allemande
Faits d'armes Campagne de Pologne
Bataille de France
Opération Barbarossa
Bataille de Kharkov
Première bataille de Kiev
Distinctions Croix de fer

Walter von Reichenau, né le et mort le , est un militaire allemand qui a été promu Generalfeldmarschall au début de la Seconde Guerre mondiale.

Jeunesse et Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fils d'un général prussien, il s'engage dans l'armée en 1902. En 1904, il devient un officier dans le premier régiment d'artillerie. En , il entre à l'académie de guerre à Berlin où il suit un entraînement d'état-major général. Pendant la Première Guerre mondiale, il sert sur le front ouest. Il gagne la Croix de fer et devient capitaine en 1918.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Reichenau en 1933.

Après la guerre, Reichenau est officier d'état-major sous la république de Weimar. Il sert en tant que commandant de la 8e compagnie de mitrailleuses. Il est promu Major[N 1] en 1923. À partir de 1931, il est chef d'état-major au service de l'inspecteur des transmissions dans la Reichswehr et, plus tard, il sert en Prusse-Orientale avec le général Werner von Blomberg. Son oncle, Friedrich von Reichenau, un ardent nazi, le présente à Adolf Hitler en 1932 ; il adhère au parti nazi peu de temps après. En de la même année, Reichenau est nommé chef d'état-major de Wehrkreis, en Prusse-Orientale, où il est sous les ordres du général von Blomberg.

Lorsque Hitler prend le pouvoir en , Blomberg devient ministre de la Guerre et Reichenau est placé à la tête du bureau ministériel, agissant comme officier de liaison entre l'Armée et le parti nazi. Il joue un rôle de premier plan en persuadant les dirigeants nazis, dont Göring et Himmler, d'écarter du pouvoir Röhm et la SA pour que l'Armée appuie le régime nazi. La nuit des Longs Couteaux, au cours de laquelle sont éliminés un grand nombre de concurrents possibles de Hitler en , concourt à cet objectif.

En 1935, Reichenau est promu au grade de General[N 2] et nommé commandant du Wehrkreiss VII à Munich. En 1938, alors qu'on oblige Blomberg à quitter le commandement de l'Armée, Reichenau est le premier choix d'Hitler pour le remplacer, mais des généraux expérimentés comme Rundstedt et Beck refusent de servir sous ses ordres, obligeant Hitler à revenir sur sa décision. C'est finalement Hitler lui-même qui devient commandant en chef de l'Armée (Oberbefehlshaber der Wermacht ). L'enthousiasme de Reichenau pour le nazisme déplait foncièrement à de nombreux généraux qui, tout en ne s'opposant pas à Hitler, veulent ignorer l'idéologie nazie.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Walter von Reichenau (au centre) et son état-major en .

En , Reichenau, secondé par son chef d'état-major le Generalmajor[N 3] Paulus, remporte des succès à la tête de la 10e armée pendant l'invasion de la Pologne. En 1940, il dirige la 6e armée avec la même réussite pendant l'invasion de la Belgique et de la France ; ces succès lui valent d'être promu par Hitler en au grade de Generalfeldmarschall.

Reichenau participe également à l'invasion de l'Union soviétique au cours de l'été 1941. À la tête de la 6e armée, ses troupes réussissent à s'emparer de Kiev, de Belgorod et de Kharkov. Au cours de l'offensive, Reichenau inspecte les chars soviétiques, mesurant à l'aide d'une règle l'épaisseur du blindage. Après avoir examiné un char T-34, il déclare à ses officiers : « Si les Russes parviennent à le fabriquer en série, nous avons perdu la guerre ».

Reichenau, qui a désapprouvé publiquement la politique de Hitler vis-à-vis des juifs, notamment à propos des anciens combattants juifs, appuie désormais ouvertement la politique hitlérienne et encourage les soldats de la Wehrmacht à commettre des atrocités contre les juifs dans les territoires occupés :

« Nous devons exiger une sévère mais juste rétribution de la race inférieure juive. »

« … à l'Est, le soldat n'est pas seulement un homme qui combat selon les règles de l'art de la guerre… Pour cette raison, le soldat doit apprécier pleinement la nécessité d'infliger un châtiment à l'espèce moins qu'humaine de la Juiverie… »

— 10 octobre 1941.

Quelques rares historiens, dont Walter Görlitz, ont tenté de défendre Reichenau, en résumant son « ordre de Reichenau » d'octobre 1941 comme « demandant que les troupes gardent leur distance vis-à-vis de la population civile russe ». En réalité, l'ordre comprend des directives de lutte contre les partisans telles que tuer tout civil russe voyageant sans permis loin de son village.

Reichenau au côté de Hitler, dans le quartier général de la 6e armée à Jytomyr en Ukraine en .

En novembre 1941, Hitler décide de remplacer Brauchitsch comme commandant en chef de l'Armée de terre. Ce poste est ouvertement convoité par Reichenau depuis quelques années. Le nom de Reichenau est suggéré, mais Hitler refuse en disant qu'il était « trop politique ». C'est finalement Hitler lui-même qui devient commandant en chef de l'Armée de terre[N 4] (Oberbefehlshaber des Heeres ).

L'invasion de l'Union soviétique subit un coup d’arrêt à la fin de l'automne 1941. Le commandant du groupe d'armées Sud demande la permission de se retirer de la rivière Mious. Quand Hitler rejette l'idée, Rundstedt choisit de quitter son poste. Le , Hitler le remplace par Reichenau. Le lendemain, Reichenau ordonne un retrait de la rivière Mious, puis rend compte à Hitler ce qu'il a décidé.

Mort[modifier | modifier le code]

Les funérailles de Reichenau à Berlin : (de gauche à droite au premier rang) Frick, Fromm, Goebbels, Raeder, Milch.

Le , Reichenau fait sa course quotidienne comme il en a l'habitude, cette fois par une température de −20 °C. À son retour, il ressent un malaise et, en milieu de journée, il est victime d’une hémorragie cérébrale qui le plonge dans le coma. Cinq jours plus tard, il est acheminé par avion pour une opération « de la dernière chance » vers Leipzig, mais l'appareil qui le transporte rate un atterrissage intermédiaire. Reichenau est, cette fois, mortellement blessé. L'historien Walter Görlitz écrit toutefois que Reichenau est plutôt mort d'une crise cardiaque à cette occasion.

C'est à Berlin que se déroulent, le , avec le faste habituel du Troisième Reich, les funérailles du Generalfeldmarschall, au cimetière des Invalides.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Équivalent de commandant en français.
  2. Équivalent de général de corps d'armée en français.
  3. Équivalent de général de brigade en français.
  4. Ainsi à partir de fin 1941, Hitler exerce à la fois le commandement direct de l'ensemble des armées (la Wehrmacht) et celui de l'Armée de terre (la Heer).

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Craig, Enemy at the Gates, Victoria, Penguin, 2000
  • (en) Walter Görlitz, Reichenau, Correlli Barnett
  • (en) Hitler's Generals, New York, Grove Weidenfeld, 1989, pp. 208-218

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :