Von Magnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Von Magnet
Description de l'image Von magnetik.jpg.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Flamenco, musique électronique, art performance, musique industrielle, dark wave, cold wave
Années actives Depuis 1985
Labels Jarring Effects
Ant-Zen
Site officiel officiel
Composition du groupe
Membres Flore Magnet
Phil Von
Def
Hugues Villette
Tit'o
Lisa May
Severine Krouch
Nicolas Priouzeau
Alexia Lauret
Anciens membres Sabine Van Den Oever
Yana Maizel
Jérome Soudan (Mimetic)
Luz Elena Nieto
Erik Yaeger
Laurence Abraham
Pierre Vildard (Sigmoon)
Alain Baumann (Stocha)
Rosa Sanchez
Samia Doukali
Richard Cuvillier
Thierry Noyer (TNO)
Gregory Pignot (Servo)
Christophe Coutant
logo de Von Magnet

Logo de Von Magnet.

Von Magnet est un groupe de musique et de théâtre issu du courant artistique post-industriel des années 1980. Formée en 1985 à Londres, la troupe[1], autour de Flore Magnet [2](mise en scène, actions, chant) et de Phil Von [3] (composition, percussions de pieds, chant), initiatrice du genre "Electro Flamenco"[4], devient rapidement populaire dans l'underground grâce à une approche nouvelle de la musique électronique, en y intégrant tout d'abord les influences récurrentes du flamenco : rythmes, danses et mélodies puis des musiques moyen-orientales[5]. Dans ce métissage électro-ethnique figurent également des ambiances sonores contemporaines et cinématographiques[6] (références : Andreï Tarkovski, John Cassavetes, Carlos Saura, Amos Gitaï, etc). Leurs compositions sont atmosphériques, instrumentales ou bien chantées, murmurées, psalmodiées, sous forme de romances, mélopées, poésies dans diverses langues, anglais, espagnol, français, mais aussi parfois en arabe, allemand, turc ou russe.

Depuis 1985, avant même l’ère de la "musique assistée par ordinateur" ou "techno", ils expérimentent dans la veine des pionniers du mouvement musical post-industriel[7] (SPK, Greater Than One, Cabaret Voltaire, Coil…) avec l’utilisation précoce et maximaliste des techniques de collage sonore et d’échantillonnage. Ce travail récurrent donnera naissance à leur devise : "Sample us as we have already sampled you".

Quoique fortement cristallisé autour de l’aspect musical, la particularité de Von Magnet est de tenter le lien permanent avec les actions théâtrales[8], la danse ainsi que les arts visuels, résultant dans la création de concerts "mis en scène“ et "mis en espace“. Ces performances pluridisciplinaires réunissent ainsi musiciens, acteurs, danseurs, plasticiens[9] ou vidéastes. Déstabilisant les codes et les conventions scéniques, les musiciens deviennent des personnages "actants“ alors que les danseurs/acteurs sont appelés à participer à la création sonore en direct.

Histoire[modifier | modifier le code]

Londres et l’initiation de l’Electroflamenco. 1985/1990[modifier | modifier le code]

Après une collaboration avec Robert Rental (The Normal) avec qui ils produisent une première maquette, Von Magnet écrit avec Hugh Griffiths aux studios Remaximum de Londres un premier E.P nommé "I". Le disque d'abord confidentiel sera vite distribué en Europe où il figurera aux premières places des charts des clubs indépendants, notamment en Hollande. Transfuges du théâtre (Flore Magnet, Samia Doukali), des arts visuels (Laurence Abraham, Erik Yaeger) ou de la musique (Stocha, Phil Von), les membres du groupe composent ensemble une forme de performance mêlant toutes ces disciplines. Parallèlement, ils sont initiés aux rythmes flamenco (palmas, zapateados, palos) par la danseuse Nuria Garcia et le guitariste Mick Jingle (membres de la Peña Flamenca de Londres) qui participent tous deux aux premières tournées du groupe. Von Magnet rencontre le musicien Phil Erb (joueur de claviers du groupe Psychic TV) ainsi que le producteur Ken Thomas (Psychic TV, Test Dept, Sigur Rós, Dave Gahan, The Sugarcubes, Moby, Yann Tiersen, Current 93…), avec qui ils réaliseront l’album "El Sexo Sur-Realista"[10], leur premier manifeste Electroflamenco inspiré par Salvador Dalí, l'expressionnisme allemand, les artistes icônes du flamenco Camarón de la Isla, Lole y Manuel ou Enrique Morente et les pionniers de l'électronique tels que Suicide, Deutsch-Amerikanische Freundschaft, The Residents. Le spectacle du même nom sera ébauché dans les clubs underground londoniens puis présenté dans les festivals de théâtre britanniques (Institute of Contemporary Art, National Review of Live Art, LIFT…) avant d’être tourné en Europe grâce à l’agence néerlandaise NL Centrum. La scénographie éclatée du spectacle s’articule autour d’une arène (en rapport avec la tauromachie) cernée d’écrans vidéo et de deux scènes opposées. Objets et vêtements métalliques suspendus (créations du sculpteur andalou Manuel Olarte), actions physiques, projections, danse et guitare flamenco, saxophone (Stocha), chant et séquences électroniques s’enchevêtrent.

"Cybergitans", en quête de la "performance totale". 1990/1994[modifier | modifier le code]

Von Magnet quitte Londres pour mener une vie itinérante. Au fil des résidences et des tournées, ils s’installent à Barcelone, puis Rennes, Paris, Amsterdam, Lille[11]… Le festival des Rencontres Trans Musicales les commissionne pour la création d’un spectacle pluridisciplinaire de très grande envergure. "Computador"[12] est né. Inventé partiellement dans d’anciens abattoirs de Badalona (Catalogne) puis créé dans une église de Rennes, le spectacle sera plus tard transformé et réadapté dans diverses usines désaffectées ou autres lieux alternatifs. Avec cette production, le groupe devient une compagnie ou un collectif proche du cirque ou du théâtre de rue, parfois comparée à La Fura dels Baus… Scènes mobiles, objets et sculptures géantes (Manuel Olarte) en mouvement, projections Pani (Thierry Noyer), déclencheurs et systèmes MIDI, personnages futuristes suspendus dans les airs, danse contemporaine ou flamenco, acrobaties, eau, feu et soudure en direct, “Computador“ parle de mutations à la fois humaines (physiques ou psychologiques) et matérielles (scénographiques), repoussant les limites du spectacle, questionnant la place et le confort du public, la métamorphose continuelle de l'espace donné et d'une situation pré-établie. La troupe s’agrandit avec la rencontre en Espagne de l’actrice Rosa Sanchez (Konic Theatre) puis la venue du performeur autrichien Franz F. Feigl et du musicien TNO. Plusieurs artistes sont mis à contribution afin de participer à ce grand projet (Mariana Bouhsira, Grégory Ryan, William Petit, Rob Verdegaal, Patricia Ruyters, John Wagland, Kate Tierney, Ken Thomas, Mick Jingle…). L’album "Computador", bande son d’un "drame musical" (radicalement à l'opposé de ce que l'on pourrait nommer une "comédie musicale"), sera enregistré dans les studios de JLM (alias Norscq, musicien et compositeur du groupe The Grief) et produit à Londres par Ken Thomas pour le label Danceteria.

Berlin / entrée dans le monde du Ballet. 1995/1997[modifier | modifier le code]

Afin de pouvoir intervenir dans des lieux de spectacle plus intimistes, Flore Magnet, Laurence Abraham, Rosa Sanchez, Stocha, Phil Von et Erik Yaeger reviennent à une forme de concert-performance plus réduite et plus accessible. C’est la tournée "Flamenco Mutants". Le guitariste multi-instrumentiste Sigmoon, alias Pierre Vildard se joint au projet. L’album "El Grito", dernier volet de la trilogie électroflamenco, produit par Norscq pour le label Danceteria, propose une œuvre empreinte de maturité. Après les références à Salvador Dalí (El Sexo Sur-Realista), puis Andreï Tarkovski (Computador), c’est Luis Buñuel et Jean Cocteau qui sont cette fois à l’honneur dans cet album. De nouveaux musiciens interviennent sur ce disque dont Richard Cuvillier, trompettiste, compositeur et ingénieur du son que l'on retrouvera sur "Mezclador" et en live sur "De L'Aimant". Conviés par le chorégraphe Jan Linkens[13] à Berlin afin de créer le ballet "Nuevas Cruzes" pour le Komische Oper, Von Magnet change de forme et propose une approche musicale plus acoustique ou même parfois électro-rock, interprétant des pièces de leur répertoire sur la scène de l’opéra au milieu des danseurs classiques. Le percussionniste Jérome Soudan[14] alias Mimetic (Tétines Noires, Art Zoyd) devient le premier batteur de l’histoire du groupe. Le chanteur contreténor François Testory (de la compagnie Lindsay Kemp), rencontré à Londres, est réinvité pour l’occasion. "Nuevas Cruzes" sera présenté à Berlin durant trois années puis tourné en Europe. C’est cette rencontre avec le monde institutionnel de la danse allemande qui emmènera Von Magnet à travailler plus tard pour le chorégraphe Mario Schröder et le Ballet Kiel ("Guten Morgen Du Schöne"[15], "Fight Club") ou l’Anhaltisches Theater de Dessau.

Les "Métisseurs". 1997/2002[modifier | modifier le code]

Stocha (aka Alain Baumann), co-compositeur des disques précédents et arrangeur de l’album "Mezclador" (produit par Norscq) quitte Von Magnet pour se consacrer à son travail de création avec Rosa Sanchez et la compagnie Konic Theatre. Avec "Mezclador", Phil Von inspiré par la démarche du réalisateur gitan Tony Gatlif (à l’instar de son film Latcho Drom) émancipe Von Magnet des formes stylistiques du flamenco afin de s’aventurer vers des climats sonores plus nomades, proches de l’orient, du pourtour Méditerranéen ou de l’Europe de l’Est. Le spectacle du même nom renoue avec le rapport à la sensualité des corps, l'ambigüité des personnages, réintroduit la notion de déstabilisation scénographique avec trois espaces scéniques, des objets/sculptures lumineux (créations du plasticien Angelino), des écrans de téléviseurs, le "vinyl scratching" (ON OFF alias Christophe Coutant), le violon (Laurence Abraham) et les actions performatives au sein du public. "Stalker Project" spectacle écrit pour trois usines désaffectées en France, en Allemagne et en Hollande, collaboration avec la danseuse Myriam Gourfink, propose quatre scènes cardinales encerclant le public dans l’espace. "El Planeta"[16] réunit Mimetic, Sigmoon, Flore Magnet et Phil Von. Un quatuor pour une forme de concert frontal très direct accompagné par l’univers visuel des projections vidéo-graphiques cybernétiques de l’artiste Servovalve. Après le travail solo de Phil Von au Maroc avec les musiciens Gnaouas[17] de Fès (spectacle et album "l'Autre Nuit"[18]), les thématiques du rituel et de la transe animent désormais plus implicitement l'expérience scénique du groupe. Pour la réalisation du disque du même nom, la collaboration d’écriture entre Mimetic [19] et Phil Von se traduit par des compositions résolument électroniques. L’inspiration reste proche de celle du disque précédent, cette fois avec une tonalité soufie[20] illustrée par les interventions acoustiques de Sigmoon (bouzouki, sitar, israj, santour) et le lyrisme du violon de Frank Dematteïs.

Retour à l’Electroflamenco : De L'Aimant. 2003/2007[modifier | modifier le code]

Deux expériences dirigées et "écrites sur mesure"; la pièce "1+1+1+ = 1" pour une dizaine d’artistes (danseurs, musiciens, plasticiens) turcs au festival de Théâtre d’Izmit, et "Deadline Now" produit pour la compagnie Persona et le festival Imaginarius à Santa Maria Da Feira au Portugal, conduisent Von Magnet a travailler dans le contexte de l'espace public du théâtre de rue.

En 2005 Von Magnet décide de renouer avec ses visions et ses interprétations personnelles d'un flamenco[21] moderniste. "De L’Aimant" (la traduction de Von Magnet en français) redécouvre et retranscrit à sa manière les thèmes (bulería, soleares, seguiriya, fandango, alegrias…) chers au groupe. La guitare flamenco de Sabine Van Den Oever[22] est présente sur la plupart des compositions. Dans cet album concept, la théâtralité musicale, les textes poétiques, les ambiances cabaret et les références au cinéma (John Cassavetes, Andreï Tarkovski, David Lynch…) persistent. Bien que flamencoïsante, la performance se veut atypique : une scène en forme de croix[23] est placée au centre de la salle de spectacle. Sur chacune des branches de cette croix, l’un ou l'une des performeur / chanteuse / danseuse / guitariste est en prise directe avec le public qui est invité à se déplacer autour de la structure à 360°. Yana Maizel, danseuse de flamenco, actrice et joueuse de cajón complète le line-up du groupe. Les images vidéos projetées en direct sur des écrans circulaires sont réalisées par le cinéaste Xavier Ameller. La dernière performance fût présentée pour le Musée des Beaux Arts de Lille à l'occasion d'une exposition Francisco de Goya.

La même année, Holeg Spies, musicien électronique et compositeur, réalise un album de recréations/remixes du groupe, intitulé "Spies under Von Magnet Influence".

Autour des pôles opposés / Mise en scène du "magnétisme“. 2008/2013[modifier | modifier le code]

C’est le conflit israélo-palestinien et les tensions au Moyen-Orient qui posent les jalons du sujet abordé par "Ni Prédateur Ni Proie"[24] , un album plus instrumental[25] , "tribal"[26] (comparé à Muslimgauze) et résolument électronique, toujours produit par le complice de la première heure Norscq[27]. "Def", après avoir œuvré pendant des années derrière les tables de mixage (également ingénieur du son pour Diamanda Galás et Balkan Beat Box, etc) du groupe, devient co-compositeur du projet et rejoint Flore Magnet et Phil Von sur scène. Le spectacle du même nom coproduit avec Le T.O.T.E.M Materia Prima Art Factory à Nancy et Emmetrop[28] à Bourges scinde l’espace scénique radicalement en deux, coupant le public en deux groupes. C’est une métaphore du mur qui sépare deux êtres et deux mondes adjacents. Un système de vidéo surveillance filme simultanément les deux personnages isolés, reliant les deux univers par une intrusion collatérale. Avec la pièce "Polarized", Von Magnet revient à la conquête des scènes de théâtre et approfondit ses thématiques; la confrontation entre des pôles et sensibilités opposées, la perte de soi, la peur de l'étranger ou la convoitise de territoires. Pour "Polarized", Von Magnet invente les "Cajacuerdas", des boîtes de percussions de pieds équipées de cordes de basse. De nouveaux membres : Tit’o (guitare) membre également des groupes Picore, Uzul Prod. & Oddateee, Hugues Villette (batterie) et Séverine Krouch (son) du duo électronica 2kilos &More, Lisa May (danse) de la compagnie Troubleyn Jan Fabre complètent la distribution de ce concert/performance créé au Théâtre de Vanves et au Fil de Saint-Étienne. En 2013, L'album "Archipielagos"[29] donne à Von Magnet l'occasion de présenter la synthèse de son univers mais aussi de revisiter certains thèmes de son passé.

Phil Von[modifier | modifier le code]

Parallèlement à son travail avec Von Magnet, Phil Von est compositeur et performeur pour la danse et le théâtre de rue. Après la collaboration avec Norscq sur "Atlas Project", il compose la pièce Compass pour Art Zoyd et l'Ensemble des Musiques Nouvelles de J.Paul Dessy, il collabore avec Mimetic sur "Groundspace" [30] pour le GRM et le festival Radio France. Il est compositeur et musicien/danseur dans les compagnies DO Theatre (Anatomy of Fantasy), Materia Prima (Body Without Wings, Insomnia, Eternal, Batailles, Choir), Entre Terre et Ciel (Neige de Feu, Physalis, Alma), Underclouds (Funambus) et U-Structure Nouvelle (Strip-Tease Forain, Melankholia). Sous son nom il a réalisé trois albums. "L'Autre Nuit" en collaboration avec les musiciens Gnawas de Fès sur le label Prikosnovénie, "Deadline Now" musique de la pièce du même nom écrite pour la compagnie portugaise Persona sur le label Thisco et en 2015 le plus intimiste et atmosphérique "Blind Ballet" sur le label Ant-Zen. En 2016, il collabore en duo avec Somekilos (de 2kilos &More) afin de créer le projet électro-tribal[31] META MEAT (album réalisé sur les labels Ant-Zen et Audiotrauma).

Performances[modifier | modifier le code]

  • El Sexo Sur Realista. I (1987)
  • El Sexo Sur Realista. II (1989)
  • Computador (1991)
  • Flamenco Mutants (1993)
  • El Grito (1994)
  • Nuevas Cruzes (1995)
  • Mezclador (1998)
  • Stalker Project (2000)
  • El Planeta (2001)
  • 1+1+1+1 = 1 (2002)
  • De L'Aimant (2005)
  • Deadline Now - avec la compagnie Persona (2006)
  • Ni Prédateur Ni Proie (2008)
  • Polarized (2010)
  • Archipielagos (2013)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio et en concert[modifier | modifier le code]

  • 1986 : I (Sculptured Sounds (G.B), 12"single. Collector)
  • 1987 : El Sexo Sur Realista (In9 (F), CD, 33 t.)
  • 1988 : Alma La (Danceteria (F), 12"single.)
  • 1989 : GTO meets Von Magnet (Danceteria (F), 12"single. remixes du groupe Greater than One)
  • 1990 : El Sexo Sur Realista live (Staalplaat (N.L), K7. Collector)
  • 1991 : Computador (Danceteria (F), CD, 33 t.)
  • 1992 : Flamenco Mutants (Danceteria (F), 6 tracks CD, K7 et 33 t.)
  • 1993 : La Centrale Magnétique (Act (F), CD enregistré en concert)
  • 1994 : El Grito (Act (F), CD)
  • 1995 : Cosmogonia (Hypnobeat (D) / Tangram (F), CD album de remixes)
  • 1996 : Nuevas Cruzes (Sculptured Sounds / Opcion Sonica (Mex), CD compilation)
  • 1997 : Mezclador (Sculptured Sounds, CD, distribution numérique)
  • 2000 : El Planeta (XIII Bis records (F) / KK Records (B), CD, distribution numérique)
  • 2001 : El Sexo Sur Realista (Prikosnovénie (F), CD réédition album 1987, distribution numérique)
  • 2005 : De L'Aimant (Von Magnet Records, CD, distribution numérique)
  • 2006 : El Grito (Von Magnet Records, CD réédition album 1994, distribution numérique)
  • 2009 : Ni Prédateur Ni Proie (Ant-Zen (D), Jarring Effects (F), CD, distribution numérique)
  • 2012 : Archipielagos (Ant-Zen (D), Von Magnet records, CD, distribution numérique)

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Performances 1985/2013, (Von Magnet records / La Chaudière Production)

double DVD [32]digipack : Archives vidéos des anciens spectacles / bonus audio & remixes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article paru dans le Journal L'Alsace
  2. Chronique de l'album De L'Aimant par Emmanuel Hennequin
  3. Chronique de l'album De L'Aimant - Obsküre
  4. Chronique du 4 titres ElectroFlamenco - Obsküre
  5. Chronique de l'album Computador - Guts Of Darkness
  6. Chronique de l'album Ni Prédateur Ni Proie - Hard Waves
  7. Article sur le spectacle El Planeta - par Sylvain Nicolino / la Femelle du Requin
  8. Article sur le spectacle Mezclador. Un art spectaculaire - par Sylvain Nicolino / la Femelle du Requin
  9. Article sur Ni Prédateur Ni Proie. Toftaky's Psychotèk
  10. Article en Islandais. Fjöllista-flamengó - par Arnar Eggert Thoroddsen / Mbl.is
  11. Archive télévision du spectacle Computador. La Cinémathèque du Nord et du Pas de Calais
  12. Mémoires de Trans
  13. Spectacle Nuevas Cruzes Berlin
  14. Article sur le concert De L'Aimant au Cabaret Sauvage - Obsküre
  15. Spectacle Guten Morgen Du Schöne. Kiel
  16. Chronique de l'album El Planeta. dMute
  17. Chronique de l'album L'Autre Nuit. Solénopole
  18. Chronique de l'album L'Autre Nuit par Yragael / dmute
  19. Article sur le duo Mimetic/Phil Von. Festival Présences Electronique 2009. Ether Real
  20. Annonce de Ni Prédateur Ni Proie - Liberzic. Isère
  21. Chronique du spectacle De l'Aimant aux Bals de Fives - Lille Ma Ville
  22. Chronique de l'album De l'Aimant - Premonition
  23. Chronique du spectacle De l'Aimant au Musée des Beaux Arts de Lille - La Voix du Nord
  24. Chronique de l'album Ni Prédateur Ni Proie - Obsküre - Sylvaïn
  25. Chronique de l'album Ni Prédateur Ni Proie - Patchwork18
  26. Chronique de l'album Ni Prédateur Ni Proie - Heathen Harvest
  27. Chronique de l'album Ni Prédateur Ni Proie - Premonition
  28. Chronique de l'Album Ni Prédateur Ni Proie - Le Forum
  29. Chronique de l'album Archipielagos - Premonition
  30. [1] Artsonores. L'aventure électroacoustique. 15 mars 2009
  31. « Meta Meat – album | ObskureMag », sur www.obskuremag.net (consulté le 20 février 2017)
  32. http://www.longueurdondes.com/2014/04/18/von-magnet/#more-37934

Liens externes[modifier | modifier le code]