Art Zoyd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Art Zoyd
Autre(s) nom(s) Art Zoyd 3
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock progressif, rock in opposition, hard rock (débuts)
Années actives Depuis 1969
Labels Cuneiform Records, In-possible Records
Site officiel www.artzoyd.net
Composition du groupe
Anciens membres Gérard Hourbette
Thierry Zaboitzeff

Art Zoyd est un groupe de rock français, originaire de Valenciennes, dans le Nord. Il est formé en 1969 par Rocco Fernandez, Gérard Hourbette et Thierry Zaboitzeff. Ce groupe évolue ensuite avec de nombreux musiciens additionnels. Ils font un saut dans le hard rock vers 1972 / 1975 et passent ensuite à une musique mêlant free jazz, rock progressif et avant-garde électronique. Les compositeurs principaux du groupe étaient Thierry Zaboitzeff et Gérard Hourbette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 1960–1980[modifier | modifier le code]

Art Zoyd est formé en 1969 par Rocco Fernandez, Gérard Hourbette et Thierry Zaboitzeff[1]. Assimilé parfois, tout en s'en démarquant, au courant zeuhl (proche de Magma et Univers Zéro) ou au mouvement Rock in Opposition, Art Zoyd tente à l'origine une fusion du rock progressif et du jazz avec la musique « sérieuse » contemporaine. Classée également en musique contemporaine, le style très personnel d'Art Zoyd peut pourtant se découper en plusieurs phases.

Au début des années 1970, le groupe passera à Art Zoyd 3 qui sera tourné vers un hard rock solide, Fin des années 1970-1980 laissent apparaître une formation instrumentale tournée sur l'acoustique, avec au centre le violon de Gérard Hourbette et le piano de Patricia Dallio. Thierry Zaboitzeff tient la basse et le violoncelle. Le guitariste Rocco Fernandez, à l'origine du groupe, sera remplacé par Alain Eckert sur le premier album du groupe intitulé Symphonie pour le jour où brûleront les cités[1]. Il s'agit d'une fresque en trois parties inspirée par l'environnement d'alors. L'album Génération sans futur reprend les mêmes thèmes avec les mêmes musiciens[1].

L'arrivée des synthétiseurs Yamaha DX7 et des sampleurs sera vécue par le groupe comme une avancée dans la découverte des sons et des assemblages[1]. La musique parfois répétitive d'Art Zoyd est facilitée par l'utilisation de ce matériel. L'album Berlin illustre parfaitement cette avancée. L'histoire est faite de rencontres, et c'est grâce à la diffusion par France 3 d'une émission sur Art Zoyd que Roland Petit contacte le groupe afin de travailler sur le projet qui deviendra Le Mariage du ciel et de l'enfer, un ballet produit à Marseille où les musiciens jouent en direct sur la scène[1].

Années 1990–2000[modifier | modifier le code]

Installé à Maubeuge[2], le groupe est financé par la ville et le Conseil général du Nord, ce qui permettra de mettre en place de nombreux événements, comme les Inattendus de Maubeuge, en 1994, par exemple. Le groupe travaille également avec le Vorgänge Bewegung Theater et produit de nombreux spectacles en plein air. Au début des années 1990, Art Zoyd travaille sur la mise en musique de films allemands du début du siècle, d'abord avec Nosferatu, puis Faust de F.W. Murnau. C'est aussi l'époque d'une collaboration avec Serge Noyelle, et la production de Marathonnerre, un spectacle de douze heures au cours duquel les acteurs jouent sur scène pendant que les musiciens jouent sur une autre scène. Après le départ de Thierry Zaboitzeff en 1997, qui poursuit son travail à Berlin, Art Zoyd s'est réorienté sur une musique davantage électronique[1].

Art Zoyd se définit comme un groupe de musique électronique, et travaille surtout sur des musiques de film, de ballet ou en alliance avec d'autres arts, comme en témoignent ses œuvres récentes : Armaggedon en 2004, opérette pour robots avec Louis-Philippe Demers, ou Le Champ des larmes en 2006, oratorio électronique avec le vidéaste Dominik Barbier.

Gérard Hourbette assure par la suite la direction artistique et s'associe ponctuellement à d'autres compositeurs : Kasper T. Toeplitz, Patricia Dallio, Carl Faia, André Serre-Milan, etc. Art Zoyd possède aussi son propre studio de création musicale à Valenciennes, dans lequel il accueille de nombreux compositeurs pour de la production et de la recherche, et mène aussi des actions pédagogiques (ouverture d'une classe électro-acoustique en 2005).

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2011, le groupe enregistre Eyecatcher / Man With a Movie Camera, bande originale pour le film de Dziga Vertov, sorti le 10 octobre 2011 au label In-possible Records.

En décembre 2017, le journal américain New York Times consacre un article aux meilleurs coffrets CD de l’année notamment ceux de David Bowie, Frank Zappa, Thelonious Monk et Art Zoyd[3]. Gérard Hourbette décède le vendredi , à l’âge de 64 ans[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Symphonie pour le jour où brûleront les cités
  • 1979 : Musique pour l'Odyssée
  • 1980 : Génération sans futur
  • 1980 : Symphonie pour le jour où brûleront les cités (nouvelle version)
  • 1982 : Phase IV (double album)
  • 1983 : Les Espaces inquiets
  • 1985 : Le Mariage du ciel et de l'enfer, musique du ballet de Roland Petit
  • 1987 : Berlin
  • 1989 : Nosferatu
  • 1992 : Marathonnerre I et II
  • 1993 : Faust
  • 1997 : Haxan
  • 2000 : Ubique
  • 2002 : Métropolis (BO pour le film muet de Fritz Lang)
  • 2006 : Le Champ des larmes (oratorio électronique de Gérard Hourbette, Kasper T. Toeplitz et Dominik Barbier)
  • 2008 : La Chute de la Maison Usher (BO pour le film muet de Jean Epstein)
  • 2009 : Pure Noise (in coffret Expériences de vol - #7), Kairo, opéra parlé d'après K Kurosawa
  • 2010 : Les Particules Noires, d'après Kairo
  • 2011 : Eyecatcher / Man With a Movie Camera (BO pour le film de Dziga Vertov), A demi endormi Déjà, (ciné-concert pour le jeune public sur un texte de Célia Houdart et des dessin de François Olislaeger)
  • 2012 : Trois rêves non Valides (sur une musique de Gérard Hourbette, et des images de Pierrick Sorin, Serge Meyer et Christian Chatel)
  • 2014 : Vampyr de Dreyer (ciné-concert)
  • 2016 : Voyage dans la Lune (ciné-concert et 441/2, concert anniversaire)
  • 2017 : NDE Near Dante expérience (projet VR avec Laura Manneli)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Dominique Grandfils, Camion Blanc: Anthologie du rock français De 1956 à 2017, (ISBN 2357799277, lire en ligne).
  2. Christophe Pirenne, Les Musiques nouvelles en Wallonie et à Bruxelles - Page 86, (ISBN 2870098642, lire en ligne).
  3. « Après un cru 2017 exceptionnel, Art Zoyd vous emmène sur la lune », sur La Voix du Nord, (consulté le 6 mai 2018).
  4. « Art Zoyd et le monde de la musique pleurent Gérard Hourbette », sur La Voix du Nord, (consulté le 6 mai 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]