Suicide (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir suicide (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Suicide
Description de cette image, également commentée ci-après

Martin Rev et Alan Vega en 1988

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
New York
Genre musical Punk rock, post-punk, musique électronique[1]
Années actives depuis 1970
Labels Mute
Blast First
Red Star
Composition du groupe
Anciens membres Alan Vega
Martin Rev

Suicide est un duo américain de rock électronique et minimaliste formé à New York en 1970 par Martin Rev et Alan Vega.

Style[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Avec un orgue Farfisa combiné à des pédales d'effet, puis des synthétiseurs et une boîte à rythmes Martin Rev crée une musique au rythme binaire, cahotante et répétitive à laquelle se mêlent les cris et feulements d'Alan Vega, inspirés par les faces B des 45 tours d'Elvis Presley dans sa dernière période. Par son originalité, son avant-gardisme punk, ses prestations scéniques et ses utilisations très rock 'n' roll des machines, le groupe influencera la new wave[2] et le punk. Bien que Suicide n'ait jamais connu de véritable succès commercial, le premier album du même nom est devenu une référence (certains disent qu'à chaque fois que le disque passait un groupe se formait). Le groupe se manifesta activement jusqu'au début des années 1980[3]. Chacun de ses deux membres entamera une carrière solo et Alan Vega connaîtra quelques succès notamment avec des tubes plus pop comme Juke-Box Baby dans les années 1980[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1970, Alan Vega ouvre une sorte de galerie à Manhattan, appelée Project of Living Artists (« Projet d'artistes vivants »)[4]. L'endroit est fréquenté par les New York Dolls, Television et Blondie, ainsi que l'ensemble de jazz Reverend B., au sein duquel Martin Rev joue du piano électrique. Alan Vega et Martin Rev forment bientôt le groupe Suicide, dont la musique minimaliste et agressive ouvrira la voie pour les artistes de musique électronique à venir.

Ils sortent leur premier album, au titre homonyme en 1977 sur le label Red Star Records qui est dirigé par Marty Thau, l'ancien manager des New York Dolls. Le disque très minimaliste aura une influence considérable sur toute la scène Punk et New Wave émergente. Même si le public ne se rue pas sur ce disque lors de sa sortie, il reste encore aujourd'hui l'un des disque remarquable de l'époque[5].

Toujours en 1978, Suicide accompagne Elvis Costello lors de sa tournée européenne, mais l'alchimie entre deux styles de musique si différents ne passe pas auprès du public de Costello et le concert de Bruxelles tourne même à l'émeute[6]. En France, ils se produisent aux Bains Douches[7].

Leur Second Album sort en 1980 et est produit par Ric Ocasek sur le label Island.

Le troisième, A Way Of Life, sort en 1988 et ne connaîtra pas le succès des précédents.

Why Be Blue sort en 1992. Il faudra attendre dix ans pour voir sortir leur dernier disque, American Supreme, sur Mute Records. Même si le disque est salué par la critique, la formule ne fonctionne plus comme avant et le duo s'essouffle, Alan Vega semblant nettement plus inspiré dans ses nombreux travaux solo (1st Album, Collision Drive, Deuce Avenue, 2007 etc.).

Le groupe a édité un grand nombre de ses concerts live dont 1/2 Alive, Ghost Riders, Attempted: Live at Max Kansas City 1980 ou le coffret Live 77/78.

Malgré le flop commercial, la musique de Suicide aura une influence déterminante sur de nombreux musiciens comme Sisters of Mercy, Soft Cell, Peaches, Dive, Sigue Sigue Sputnik, Stereolab, Addn to X, 69[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Rééditions[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Suicide sur Allmusic.
  2. a et b (en)Suicide Biography, Allmusic.
  3. a et b (en)Alan Vega Biography, Allmusic.
  4. (en) Suicide: How the godfathers of punk kept the faith - Paul Lester, The Jewish Chronicle, 10 octobre 2008
  5. (en)Suicide - Suicide, Heather Phares, Allmusic.
  6. Pierre Mikaïloff, Dictionnaire raisonné du punk, Éditions Scali, 2007
  7. Paquita Paquin, Vingt ans sans dormir : 1968-1983, Denoël,‎ , 203 p. (ISBN 978-2207255698, présentation en ligne), « Les Bains-Douches », p. 128

Lien externe[modifier | modifier le code]