Chronique des temps passés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La première chronique russe, Chronique de Nestor, ou Chronique des temps passés, est d'abord rédigée par le moine Nestor et ses continuateurs de la Laure des Grottes de Kiev aux alentours de l'année 1111[1].

Chronique importante, elle nous est parvenue en entier sous forme de copie dont la plus ancienne est de 1371. C'est le plus ancien document sur l'histoire et la littérature de la Russie et de l'Ukraine. Elle est écrite en ancien slavon. Nestor relate les événements à partir de l'an 852 jusqu'en 1116. Sa chronique est continuée par Sylvestre, abbé de Saint-Michel, mort à Kiev en 1123. Deux autres religieux la reprennent, l'un jusqu'en 1157, l'autre jusqu'en 1203. Ces quatre écrivains forment la première classe des Annales russes, qui ont été continuées jusqu'au XVIe siècle ; mais la collection entière a conservé le nom de Nestor.

La plupart des chroniques locales russes s'inspirent pour leur partie historique de la Chronique des temps passés de manière directe ou indirecte. Peu nombreuses sont celles qui ont été conservées dans les monastères, lorsque le joug de la Horde d'or les vouait aux flammes, mais les Chroniqueurs avaient procédé à de nombreuses copies et de nombreux échanges, ce qui a permis de sauver environ 2 000 manuscrits. On compte ainsi parmi elles la Chronique d'Ipatiev ; la plus ancienne de ces chroniques locales est la Première chronique de Novgorod dans sa version ancienne qui fut rédigée par trois chroniqueurs entre le XIIIe et le XIVe siècle. La version imprimée de cette chronique est appelée la Chronique laurentienne. La Première chronique de Novgorod dans sa version moderne (Compilation de 1095), sans doute nommée d'après l'année de la compilation et qui nous est parvenue par une version du XVe siècle est une autre chronique importante qui contient notamment des éléments plus anciens que la Chronique des temps passés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Féron, La Galerie des tsars, Éditions Noir sur Blanc 2004, p.19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]