Kovel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kovel
Ковель
Blason de Kovel
Héraldique
Drapeau de Kovel
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Subdivision Volyn flag.svg Oblast de Volhynie
Maire Serhiï Kocharouk
Code postal 45000 — 45014
Indicatif tél. +380 3352
Démographie
Population 69 235 hab. (2016)
Densité 1 464 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 13′ nord, 24° 42′ est
Altitude 170 m
Superficie 4 730 ha = 47,3 km2
Divers
Première mention 1310
Statut Ville depuis 1795
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Volhynie

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Volhynie
City locator 14.svg
Kovel

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Kovel

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Kovel
Liens
Site web kovel.osp-ua.info/
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Kovel (en ukrainien et en russe : Ковель ; en polonais : Kowel) est une ville de l'oblast de Volhynie, en Ukraine, et le centre administratif du raïon de Kovel. Sa population s'élevait à 69 235 habitants en 2016.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kovel se trouve à 68 km au nord-ouest de Loutsk.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Kovel remonte à 1310. La localité reçoit le droit de Magdebourg en 1518. Kovel a donné son nom à l'une des plus anciennes inscriptions runiques, aujourd'hui perdue. Un fer de lance a été retrouvé en 1858 près de la ville ; il portait un texte en langue gotique.

Kovel est le centre du réseau ferroviaire du nord-ouest de l'Ukraine, avec six lignes de chemin de fer qui rayonnent à partir de la ville. La première ligne est construite en 1873 et relie Kovel à Brest-Litovsk et Rivne. En 1877, Kovel est reliée par chemin de fer à Lublin et Varsovie, en Pologne. Kovel possède une importante gare de triage.

Une fosse aux Juifs, ainsi qu'un mémorial, existent à Kovel. La fosse fait 200 m de long et contient dix-mille corps. Elle a été creusée pendant la Seconde Guerre mondiale, pour y enterrer des Juifs tués par balles[1]. C'est la Shoah par balles. En Ukraine, le nombre de Juifs tués par balle et mis dans des fosses a été estimé entre 1,5 et 1,8 million (Experts réunis en symposium à la Sorbonne[2]). Autre source pour cette information : le témoignage du père Patrick Debois qui depuis de nombreuses années va en Ukraine, recense ces fosses et a recueilli plus de 700 témoignages[3]. Il a écrit un livre en 2007 : Porteur de mémoire, sur les traces de la Shoah par balles[4] et a témoigné lors de conférences et dans des émissions de télévision notamment[5] . Actuellement la fosse de Kovel, a été rouverte, pour chercher l'or dentaire[6].

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[7] :

Évolution démographique
1863 1897* 1921 1939 1943 1959*
37 644 17 697 20 818 32 900 16 233[8] 24 666
1970* 1979* 1989* 2001* 2009 2010
33 351 48 916 67 005 66 401 67 427 67 911
2011 2012 2013 2014 2015 2016
68 171 68 648 68 912 69 032 69 342 69 235

Économie[modifier | modifier le code]

La principale entreprise de Kovel est la société Kovelselmach (en russe : Ковельсельмаш) : fondée en 1966, elle fabrique des machines et équipements pour l'agriculture. Elle emploie 1 950 salariés (2007) [9].

Transport[modifier | modifier le code]

Kovel se trouve sur la route européenne 373 ou route ukrainienne M-07.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The history of the Jews in Kovel sur w.protecting-memory.org.
  2. Colloque tenu les 1-2 octobre 2007 à Paris, Sorbonne, collège des Bernardins. Interview d'Édouard Husson, maître de conférences à l’Université Paris IV Sorbonne
  3. Le Cardinal Jean-Marie Lustiger et Israël Singer, président du Congrès juif mondial, ont créé en 2004 l'association Yahad in Unum - qui veut dire ensemble en hébreu et en latin - actuellement présidé par le père Desbois. L'association travaille à localiser les fosses communes des victimes juives et à réaliser un enregistrement vidéo des témoins des tueries. Yahad In Unum a à ce jour localisé plus de 800 sites d’exécution et enregistré près de 800 témoignages. Quelques témoignages.
  4. Patrick Desbois, Porteur de mémoires - Sur les traces de la Shoah par balles, Michel Lafon, , 329 p. (ISBN 978-2-7499-0661-4)
  5. Extrait du journal d'information Soir 3 du 25 octobre 2007Extraits de l'émission religieuse du dimanche matin La source de vie sur France 2 du 27 janvier 2008 intitulée « Un juif, une balle »
  6. Conférence donnée par le père Desbois le 14 février 2008 à la synagogue d'Aulnay-sous-Bois
  7. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(uk) « Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2010, 2011 et 2012 », sur database.ukrcensus.gov.ua« Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2011, 2012 et 2013 », sur database.ukrcensus.gov.ua
  8. (en) Chiffres du Reichskommissariat Ukraine au , cité dans Karel Cornelis Berkhoff, Harvest of Despair. Life and Death in Ukraine Under Nazi Rule, Harvard University Press, 2004, p. 318.
  9. Site de l'entreprise Kovelselmach

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :