Taximètre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le taximètre est un appareil de mesure mécanique ou électronique habituellement installé dans les taxis, il est semblable à un odomètre. Il sert à mesurer le montant à percevoir en fonction de la distance parcourue et du temps passé à l'intérieur du taxi.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il est inventé par Jean-Eugène Robert-Houdin, célèbre prestidigitateur français[1],[2]. Le premier taxi équipé de cette invention fut le Daimler Victoria fabriqué par Gottlieb Daimler en 1897.[réf. nécessaire]

Dans la Rome ancienne, il existait déjà des taximètres sur certaines charrettes, ceux-ci fonctionnaient au moyen d'un mécanisme solidaire de l'essieu qui libérait périodiquement de petites boules. À la fin du trajet, le passager payait en fonction du nombre de boules libérées.

Quelques particularités[modifier | modifier le code]

En Côte d'Ivoire, particulièrement à Abidjan la capitale économique, le taximètre désigne également, dans le langage parlé, le chauffeur de taxi lui-même. Ce terme s'utilise indifféremment avec « Chauffeur de taxi », « Taximan » et « Taximen ».

Dans certains pays, les taxis utilisent une petite affiche lumineuse (ou lumineux) pour indiquer s'ils sont libres. En Argentine, elle est appelée banderita, nom qui vient des taximètres mécaniques, dans lesquels on tournait un petit drapeau en le dissimulant pour commencer un voyage, et qui, à la fin du voyage, revenait à sa position visible. Ils peuvent aussi utiliser dans le même but une affiche lumineuse située dans le plafond.

Taximètre "Digitax Printer" en état "Libre"

Accessoires[modifier | modifier le code]

Les taximètres électroniques peuvent inclure d'autres accessoires, par exemple :

  • Impression de tickets (reçus pour le passager).
  • Contrôle de la collecte et détection des fraudes du chauffeur envers le propriétaire, à travers l'impression de tickets ou par enregistrement des données sur ordinateur.
  • Communication par ondes radio de l'état du taximètre et de l'itinéraire effectué.
  • Réception de nouveaux voyages par Radio et impression des données.
  • Communication avec des systèmes GPS.
  • Ils peuvent aussi être reliés à des capteurs de siège, détectant la présence d'un client sur la banquette arrière. Ainsi si le chauffeur n'a pas déclenché le taximètre le propriétaire peut en être informé.
  • Encaissement par carte de crédit ou prépaiement.

Fonctionnement et tarifs[modifier | modifier le code]

Les tarifs varient selon la zone, mais ils s'adaptent à un modèle général. Il en est de même pour le fonctionnement. Les tarifs sont imposés par des arrêtés préfectoraux, modifiés annuellement. Ils peuvent varier du simple au double selon les régions. Les taxis en voiture de luxe ou en 2CV, dans un même département, ont le même tarif.

Positions[modifier | modifier le code]

Les taximètres ont plusieurs positions de fonctionnement, et dans chacune un comportement spécial.

Cycle de travail[modifier | modifier le code]

Dans son fonctionnement normal, le taximètre répète cycliquement les étapes suivantes.

  1. Libre: Le taxi vide attend un client. Le lumineux est allumé. S'il dispose de plusieurs tarifs, dans cette position on peut les sélectionner manuellement. Le chauffeur peut aussi éteindre son lumineux et passer à la position "Repos".
  2. Occupé: On entre à cette étape en commençant le voyage et on éteint le lumineux. Dans cette étape apparaissent sur l'écran le montant (au fur et à mesure qu'il augmente) et le tarif actuel. On peut aussi afficher une autre information : extra (fiches par des bagages, etc.), heure actuelle, vitesse, etc.
  3. Montant (ou À payer) : C'est la dernière étape du voyage. Le lumineux peut être éteint ou clignoter (ce sera plutôt le second cas puisqu'il indique au nouveau passager que le taxi sera disponible brièvement), on affiche le montant que doit payer le passager, et on peut lui imprimer un reçu.

Repos[modifier | modifier le code]

La majorité des nouveaux taximètres, en passant dans cette position éteignent le lumineux et le display. Mais ils continuent à contrôler la distance parcourue et en maintenant l'heure. Généralement dans cette position ils passent en position de contrôles.

Contrôles[modifier | modifier le code]

Dans cette position ils peuvent être vus en écran et/ou imprimer différentes informations pour que le propriétaire contrôle ses chauffeurs. Et dans quelques cas pour contrôle de réparateur et du légal, on inclut un ticket avec information sur l'ajustement de l'horloge.

Modèle de tarif[modifier | modifier le code]

Le modèle de tarif change beaucoup selon la zone. Dans quelques zones on utilise plusieurs tarifs qui changent manuellement ou automatiquement selon l'heure, jour de fête, la zone, etc.

Valeurs de base[modifier | modifier le code]

Voici les valeurs de base dont est composé un tarif. Dans quelques zones la première fiche peut avoir une valeur, une distance et/ou une durée différente des suivantes.

  • Prise en charge : C'est le montant minimal à percevoir, qui s'ajoute automatiquement en entamant un voyage.
  • Fiche : C'est l'échelon constant programmé d'incrémentation du tarif, ajouté par fraction de temps/distance.
  • Distance ou Mètres : Quand cette distance est parcourue (au-dessus de la vitesse de conjonction) une fiche est calculée.
  • Temps ou Secondes : Quand cette durée est atteinte (sous la vitesse de conjonction) on calcule une fiche.
  • Extra : Ce sont des fiches (ou ils peuvent avoir une valeur différente) qui sont manuellement ajoutées pour des charges supplémentaires, comme les bagages additionnels.

Comment mesure-t-il la distance ?[modifier | modifier le code]

La mesure de la distance se base indirectement sur les tours de roue du véhicule. Ainsi, dégonfler un peu les pneus peut légèrement altérer la mesure, c'est une fraude.

  • Dans les véhicules anciens, depuis la boîte de vitesses un flexible tourne selon la vitesse jusqu'au tachymètre. On place généralement un transducteur capteur de distance qui traduit le mouvement mécanique en signaux électroniques jusqu'au taximètre. Il y a divers types de transducteurs, selon le principe de fonctionnement et selon le nombre d'impulsions/retour qu'ils envoient.
  • Dans les véhicules plus récents, il y a dans la boîte de vitesses un capteur de vitesse qui donne l'information pour le calculateur d'injection électronique et le tachymètre. À partir du signal d'impulsions de ce capteur on fait une dérivation qui est reliée à un capteur de prise qui adapte le signal pour que celui-ci soit reçu par le taximètre en même temps qu'il le protège des anomalies du capteur de distance.
  • Dans les véhicules qui ont eu des problèmes de boîte de vitesses, on peut placer un capteur de distance dans la transmission, en général le cardan. Mais ceci entraîne beaucoup de problèmes, la distance entre l'aimant et le capteur étant très grande, ceux-ci sont exposés aux intempéries, ce qui entraîne un surcoût, etc.

Fraudes[modifier | modifier le code]

Bien que l'on considère que seulement une minorité des chauffeurs de taxi fraudent, ils ont la renommée mondiale de le pratiquer. Il existe diverses façons de frauder pour un taxi, certaines sont tellement subtiles qu'il est pratiquement impossible de déterminer si elles sont intentionnelles.

  • La promenade: C'est peut-être la plus typique des fraudes. Elle consiste à emmener le passager par un chemin plus long, à faire des détours inutiles, ou à prendre des rues embouteillées.
  • Allumer le taximètre avant que le passager ne monte.
  • Utilisation de divers artefacts externes qui altèrent la réception du signal de distance au taximètre. Appelé populairement "machine", petit oiseau, piripipí, etc.
  • Altération de la programmation ou du tarif dans le taximètre.

Si une altération volontaire du taximètre est commise, cela oblige à briser le scellé ou la violette sauf sur certains appareils non équipés de ces dispositifs de protection. De plus certains scellés peuvent être refaits, rendant la fraude indétectable. Les altérations vont depuis faire tourner la pulsation, parfois dans la limite de de ce qui est légal ; faire tourner le métrage, jusqu'à mettre plusieurs tarifs différents. Dans les villes où on permet seulement un tarif unique, on ne vérifie généralement pas l'existence d'autres tarifs. C'est pourquoi on fait une méthode chaque jour plus commun avoir un tarif plus avancé pour la changer quand au chauffeur elle paraîtra ; ou pire encore, ils utilisent des tarifs horaires pour qu'ils soient avancés dans une heure à laquelle il n'y a pas contrôle.[pas clair] Pour éviter ce type de fraudes les taximètres les plus récents (Ariel Milenio) peuvent imprimer le tarif et d'autres détails de la configuration sur un ticket séparé ou à même le reçu pour le passager.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert-Houdin inventeur du compteur kilométrique pour inventeurs
  2. Robert-Houdin, L'homme de sciences

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Réglementation[modifier | modifier le code]