Pige (mesure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pige.
Sur cette miniature, le maître d'œuvre tient sa pige à la main (Guillaume Crétin, Chroniques françaises, XVIe siècle).

La pige est un bâton normé d'un pouce d'épaisseur et d'une coudée de longueur, constitué de cinq tiges articulées (correspondant à cinq unités anthropiques : paume, palme, empan, pied et coudée) ou subdivisé par des encoches délimitant ces unités (il s'agit alors d'une règle graduée en bois). Cette canne des bâtisseurs du Moyen Âge, appelée aussi virga, est l'instrument de mesure typique du maître d'œuvre avec la corde à treize nœuds qui lui permettait de géométriser l'espace.

Unités anthropiques[modifier | modifier le code]

Unités anthropiques utilisées dans la pige : paume (3), empan (4).
Pige avec les unités anthropomorphiques : pouce, paume, palme, empan, pied, coudée.

Les mesures utilisées dans la pige sont des unités anthropiques qui se réfèrent au corps humain. On a successivement[1] :

  • la paume (largeur de la main) : 7,64 cm
  • la palme (distance entre l'index et le petit doigt tendus) : 12,36 cm
  • l'empan (entre l'auriculaire et le pouce) : 20 cm
  • le pied : 32,36 cm[2]
  • la coudée (longueur de l'avant-bras) : 52,36 cm

L'addition de 2 unités consécutives donne la suivante et on passe d'une mesure à l'autre plus ou moins en la multipliant par le nombre d'or[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Cet instrument de mesure est à l'origine de l'expression « piger » (pour « bien mesurer », « comprendre »), de la longueur de texte (la pige d'un article de journaliste, le pigiste) et, en argot, de la longueur de temps, l'année[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Chevalier, Céline Bryon-Portet, Petits essais de philosophie maçonnique concrète: Essais philosophiques, Primento, , p. 47
  2. Cette mesure habituelle du pied médiéval, soit 0,3236 m, fait douze pouces, l'unité du pouce (0,027 m) étant parfois reportée sur la pige.
  3. Jean-Pierre Gousset, Dessin technique et lecture de plan, Éditions Eyrolles, , p. 103
  4. Alain Froment, Anatomie impertinente : le corps humain et l’évolution, Odile Jacob, , p. 223

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]