Compte-tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Compte-tours sur une automobile Nissan.

Un compte-tours est un instrument de mesure permettant d’indiquer la fréquence de rotation d'un mobile. Le capteur peut être mécanique, optique ou à courants de Foucault. On le trouve couramment dans l'industrie et les transports, où il permet un contrôle et une surveillance des machines rotatives.

Comme son nom ne l'indique pas, le compte-tours ne totalise pas les tours du moteur, mais compte le nombre de tours par unité de temps (généralement des tours par minute)[1].

Automobile[modifier | modifier le code]

Le compte-tours indique au conducteur la fréquence de rotation du vilebrequinnombre de tours par unité de temps (généralement des tours par minute). Dans une automobile, on le trouve très souvent juste derrière le volant, parfois au centre du tableau de bord, en tout cas bien visible du conducteur.

Depuis que les véhicules sont gérés par des ordinateurs de bord (ECU), le régime moteur fait partie des données de bases disponibles. Les informations affichées par le compte-tours peuvent être obtenues par un capteur PMH, ou par le biais de l'allumage (par exemple, par induction autour d'un fil de bougie).

Le conducteur se sert des indications du compte-tours pour changer de rapport de boîte de vitesses au moment le plus opportun, en évitant de mettre le moteur en sous- ou sur-régime. Le sur-régime est visualisé par une zone marquée en rouge[1]. Pour cette raison, avant sa généralisation, le compte-tours était surtout utilisé pour les véhicules sportifs, dont les moteurs requièrent une surveillance particulière des hauts régimes lors de conduite sportive.

Shift-light[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Shift-light.

En utilisation sportive et en compétition, la zone rouge peut être accompagnée d'un signal (par exemple une diode électroluminescente) permettant d'indiquer au pilote le moment idéal pour changer de rapport sans avoir à quitter la route des yeux. Ce dispositif s'appelle un shift-light. Il est configurable en fonction du régime moteur optimal.

Motocyclette[modifier | modifier le code]

Tableau de bord d'une Honda Varadero (compte-tours à droite).

Le caractère pointu de certains moteurs (de faibles cylindrées, multicylindres, destinés au sport ou à la compétition, etc.) (régime de rotation élevé, nombreux rapports de boîte) rend cet accessoire particulièrement utile, et donc très souvent installé sur ces véhicules, généralement devant le guidon, au-dessus du phare.

Traditionnellement, le capteur de rotation était mécanique, consistant généralement en une vis sans fin montée sur une partie rotative, souvent l'arbre à cames.

Sur les mécaniques modernes, le compte-tours est presque toujours électronique, utilisant les informations du circuit d'allumage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le compte-tours, sur le site linternaute.com, consulté le 23 mai 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]