Taxenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Taxenne
Taxenne
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Intercommunalité Communauté de communes Jura nord
Maire
Mandat
Ludovic Duvernois
2020-2026
Code postal 39350
Code commune 39527
Démographie
Population
municipale
114 hab. (2018 en augmentation de 20 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 30″ nord, 5° 40′ 54″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 353 m
Superficie 3,84 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Authume
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Taxenne
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Taxenne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Taxenne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Taxenne

Taxenne est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Tassenois et Tassenoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ougney Vitreux Pagney Rose des vents
N Rouffange
O    Taxenne    E
S
Gendrey Romain

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Taxenne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issue du gaulois taxo (blaireau), taxo a donné en bas-latin taxonaria qui deviendra, après l’amuïssement du x intervocalique, la « tanière »[6], qui avant d'être celle du loup ou de l'ours était donc celle du blaireau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Taxenne est une seigneurie datant de la fin XVIIe siècle. Description du Dictionnaire des communes de la Franche-Comté, par A.Rousset (1858):" Taxenne dépendait en toute justice de la prévoté de Gendrey, sauf un domaine appartenant à l'abbaye d'Acey, et quelques meix qui avaient été donnés à ce monastère par Viard de Pesmes et Guy de Vellescon et sur lesquels les religieux exerçaient la justice haute, moyenne et basse. Barthélémy Raclet, François Tricalet, bachelier en Droit et intendant des affaires du Comte de Poitiers, Jean-François et Ferdinand Tricalet, ses neveux, achetèrent au Roi Louis XIV le à titre d'engagement la seigneurie de Taxenne".

Jean-François Catherin Tricalet, écuyer, devint seigneur incommutable de ce village par un échange qu'il fit avec le Roi le contre une redevance dans les salines de Salins. Le four banal appartenait en 1789 à M.Pautenet, Seigneur de Verreux. L'église dépendait de la paroisse de Vitreux. Il y avait une chapelle dédiée à Saint Léger qui sert actuellement d'église. Elle se compose d'un clocher, d'une nef, d'un chœur et d'une sacristie. On remarque 4 pierres tombales dans le chœur: Victor Catherin Tricalet de Taxenne, mort le , Claude François Catherin Tricalet de Taxenne, mort le , Catherin Tricalet de Taxenne, dernier seigneur de ce lieu, mort le et Denise Catherine de Mayrot son épouse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Daniel Duvernois DVD  
mars 2008 mars 2014 Véronique Bonnard[7]    
mars 2014 En cours Ludovic Duvernois SE Agriculteur, suppléant du conseiller départemental

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 114 habitants[Note 3], en augmentation de 20 % par rapport à 2013 (Jura : −0,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210240207278288308283279269
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277266284262245240229197185
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
176135134128115931048481
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
836745709797959595
2013 2018 - - - - - - -
95114-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne exploitation viticole, le château qui a est progressivement rénové depuis 2001 grâce au soutien de la Fondation du patrimoine dispose d'un parc boisé de 7 hectares et comporte un colombier et un four banal.
  • L'église Saint-Léger avec son clocher comtois
  • Le lavoir-abreuvoir en forme de fer à cheval.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Étymologie, Nom commun, Tanière », Wiktionnaire (consulté le 29 octobre 2015).
  7. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.