Ranchot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ranchot
Ranchot
Véloroute et ancien tunnel ferroviaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Mont-sous-Vaudrey
Intercommunalité Communauté de communes Jura Nord
Maire
Mandat
Éric Montignon
2014-2020
Code postal 39700
Code commune 39451
Démographie
Population
municipale
487 hab. (2015 en augmentation de 3,18 % par rapport à 2010)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 03″ nord, 5° 43′ 23″ est
Altitude Min. 209 m
Max. 262 m
Superficie 6,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ranchot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ranchot

Ranchot est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ranchot est un village du Jura de près de 500 habitants, situé entre la route départementale 673 et la rivière le Doubs, le canal du Rhône au Rhin et la voie ferrée Dole-Besançon. Son altitude: s'établit entre 216 et 248 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gendrey, Louvatange Rose des vents
La Barre
Monteplain
N Dampierre
O    Ranchot    E
S
Rans Fraisans

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époques préhistorique et romaine[modifier | modifier le code]

Le site et son occupation[modifier | modifier le code]

Armoiries.

Durant l’époque préhistorique et romaine, le site actuel de Ranchot ne semble pas avoir été habité par les hommes. Toutefois l’existence de grottes préhistoriques (abri du colonel Martin) sur Ranchot témoignent de la présence des premiers hommes dans la vallée du Doubs[1].

À l’époque romaine on assiste à la construction d’une voie reliant Chalon-sur-Saône à Besançon et qui traverse la commune de Ranchot aux lieux-dits « en Bellevoye » et « sur la Levée ». Un autre axe de liaison est construit à cette époque reliant la voie romaine au castrum installé à la place de l’actuel château de Rans. Cet ouvrage fortifié romain constitue un poste d’observations et un moyen de contrôle militaire de la vallée du Doubs. La seconde liaison secondaire reliant la voie romaine et le castrum semblent avoir été à l’origine de l’occupation du site de Ranchot à l’époque médiévale.

Moyen-Age et Renaissance[modifier | modifier le code]

À l’époque médiévale, Ranchot devient un village agricole. On cultive les céréales et la vigne, on pratique l’élevage. L’artisanat et le commerce viennent compléter cette activité principale tant pour répondre à la demande locale qu’en raison de la situation de Ranchot à proximité d’une voie importante de communications. Ceci étant, contrairement à d’autres villages, tels que Fraisans ou Dampierre, l’industrie du fer qui se développe à cette période dans la vallée du Doubs n’aura qu’un impact limité sur le développmeent du village. On note seulement l’existence d’un martinet dit « martinet de la Grabusse » installé sur le ruisseau de Pragny au Nord du village.

L’urbanisation de Ranchot s’effectue suivant un principe linéaire :

  • Les constructions se localisent sur le rebord du plateau et s’organisent autour de la voie qui relie Rans à l’axe de déplacement principal qui longe la vallée du Doubs.
  • De type unique, les constructions sont en pierres, possèdent un toit en chaume et n’ont pas d’étage.

Ces bâtisses sont des fermes utilisées indifféremment pour l’activité agricole, l’artisanat ou le commerce. Ceci s’explique par le fait que ces deux dernières activités sont fréquemment doublées d’une seule activité agricole annexe. Seule la chapelle fondée en 1430 diffère de ces constructions.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Les activités et les échanges[modifier | modifier le code]

L’essor de industrie du fer se poursuit au cours de la période préindustrielle dans la vallée du Doubs avec le développement des forges de Fraisans et l’installation d’un haut fourneau en l’an 1705 à Rans. L’extraction de la mine alimentant ces deux centres se poursuit quant à elle à raison de 4 000 tonnes par an au lieu-dit « Les Minerais » sur la commune de Dampierre. Ranchot continue pour sa part à s’affirmer comme un village agricole (cultures, élevages). Toutefois sa localisation à proximité des forges de Rans et sa situation sur l’axe « Les Minerais » / Rans commence à influer sur le développement économique du village. En effet des voituriers qui exercent fréquemment une activité complémentaire à Ranchot acheminent le minerai du lieu-dit « Les Minerais » à Rans et transportent en sens inverses une partie du bois aux « Minerais »

Plus tard le port situé sur le canal donnera lieu à une activité supplémentaire organisée autour du déchargement du bois et à l’embarquement du fer en direction de la vallée de la Saône. L’activité de transport qui se développe à Ranchot au cours de cette période et qui se trouve être fortement liée à l’industrie du fer, trouve également un débouché dans l’acheminement des denrées alimentaires. En particulier, on notera le voiturage des grains jusqu’au « Moulin des Malades » et, en sens inverse, le transport des farines en direction des villages alentour. En ce qui concerne l’artisanat et le commerce, ils se développent en symbiose avec les activités économiques traditionnelles et le milieu naturel. Ainsi on assiste à l’ouverture de carrières de pierres de taille et de pierres ordinaires dans l’espace communal.

La population et l’habitat[modifier | modifier le code]

Foyer rural et sa place.

Le premier recensement dont nous disposons nous apprend que le nombre de personnes résidant à Ranchot s’élevait à 233. Par la suite, ce chiffre ne devait pas connaître de fluctuations très importantes, jusqu’au début de l’ère industrielle. On remarquera par ailleurs que le village de Ranchot fut détruit au cours de la guerre de Dix ans et que la peste qui s’ensuivit fit périr ses habitants. C’est ainsi qu’à Ranchot aucune construction n’est actuellement antérieure au XVIIe siècle.

Alors que les constructions étaient toutes couvertes en chaume au cours de la période précédente on relève qu’il existe 29 maisons sur 83 couvertes de tuiles en 1856. D’autre part, alors que les constructions étaient sans étage à l’époque médiévale, on observe qu’en 1856, 23 maisons sur 83 possèdent un niveau et qu’il existe même une maison à deux étages. Quant aux équipements construits au cours de cette période, ceux-ci concernent essentiellement l’eau (forage de 2 puits communaux et construction d’une fontaine).

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Les activités et les échanges[modifier | modifier le code]

Cette époque marque l’apogée et le terme de l’activité liée au fer dans la région. Au début de XIXe siècle, l’industrie du fer connaît de sérieuses difficultés avec tout à la fois l’épuisement des mines « des Minerais » vers 1840 et la nécessité d’ouvrir une nouvelle concession à Ougney, la surexploitation de la forêt de Chaux obligeant à rechercher très loin le bois nécessaire aux forges et enfin la concurrence très vive des industriels anglais qui utilisent la houille comme combustible pour l’obtention de la fonte. Ces difficultés vont entraîner une concentration de l’industrie régionale du fer (regroupement de 14 établissements en 1854) ; la mise en œuvre de nouvelles techniques de fabrication à Fraisans (création de la Forge Anglaise) et le développement du haut-Fourneau de Rans pour alimenter cette dernière.

L’annexion de l’Alsace/Lorraine par l’Allemagne va en outre contribuer à ouvrir considérablement le marché national du fer et concourir au développement très important des forges à partir de cette période. Cet essor se poursuivra jusqu'en 1918 (la production étant alors en grande partie absorbée par la défense nationale) puis, la sidérurgie lorraine revenant dans le patrimoine français, le déclin des forges s’amorcera par suite du manque de compétitivité de industrie locale, et aboutira à la fermeture définitive des forges de Fraisans en 1936. L’essor puis la récession de l’industrie locale du fer va influer directement sur l’ascendance économique de Rans sur Ranchot. Tout en conservant une spécificité agricole (en déclin toutefois depuis le milieu de XIXe siècle) Ranchot devient un pôle de main d’œuvre employée dans les forges de Rans et ce titre subit les fluctuations de l’activité des forges. Ainsi, en 1881, 10 habitants de Ranchot travaillent à Rans. En 1902 ce chiffre passe à 32 habitants pour tomber finalement à un personne en 1931.

Les liaisons[modifier | modifier le code]

Tour privée, au centre bourg.

Les deux faits marquants dans ce domaine sont :

  • D’une part, la création de la voie ferrée reliant Dole à Besançon en 1855 et la construction d’une gare de 3e classe à Ranchot,
  • D’autre part, la construction de la voie ferrée Ougney/Rans/Fraisans liée exclusivement à l’activité du fer.

Population et habitat[modifier | modifier le code]

Après avoir connu un essor sans précédent, la population de Ranchot atteint 407 personnes en 1876. Ce chiffre ne sera par la suite jamais dépassé. Quant à la récession qui fait suite à cet extremum, elle est imputable pour partie à la chute de l’industrie locale du fer et au début de l’exode rural. En 1936, la population communale tombe à 216 habitants, chiffre qui constitue lui aussi un record dans la mesure où depuis 1876 le nombre d’habitants n’est jamais descendu au-dessous de cette barre. La population de Ranchot composée essentiellement d’agriculteurs jusqu’au début du XIXe siècle, amorce une décroissance continue qui se poursuivra jusqu’à la période actuelle. Parallèlement, la population ouvrière s’est accrue de façon sensible pour décroître au fil des différentes récessions de l’industrie locale du fer. Il faudra attendre la libération pour que cette tendance s’inverse à nouveau. En ce qui concerne l’habitat de la période de la première révolution industrielle, on observe que si celui-ci se compose pour une part importante de fermes construites dans le passé, il faut noter que l’évolution constatée au cours de la période antérieure se poursuit à savoir :

  • Remplacement des couvertures en chaume par des couvertures en tuiles,
  • Élévation des constructions (en 1896 existent deux maisons possédant deux étages)

Toutefois, le fait marquant dans le domaine de l’habitat au cours de cette période provient de la construction des « séries ouvrières » entre le pont du canal et le pont du Doubs. Ces constructions destinées à loger les ouvriers travaillant aux forges de Rans ont été construites dans les moellons incorporant pour une bonne part des scories issues de la fonte.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Les activités et les échanges[modifier | modifier le code]

À partir de la Libération, Ranchot va changer d’échelle économique et tomber progressivement dans l’aire d’attraction de Besançon et de Dole. Cette situation est tout à la fois la conséquence de l’effondrement de l’industrie régionale du fer, du redéploiement industriel sur les métropoles régionales et de l’essor industriel de l’après-guerre. En ce qui concerne l’activité agricole, il faut noter que la chute de la population agricole amorcée de longue date s’est brusquement accélérée au tournant des années 1950. De plus, alors que cette activité était jusque-là très nettement orientée vers la culture, elle a opéré une réorientation vers l’élevage. La conséquence de cette évolution s’est traduite par une progression importante des prairies.

Population et habitat[modifier | modifier le code]

Depuis la Libération, la population communale a stagné jusqu’en 1962. À partir de cette date, elle a enregistré une croissance légère qui tend aujourd’hui à se stabiliser. Ce phénomène est imputable aux possibilités réduites d’urbanisation laissées par les nombreuses contraintes techniques et naturelles qui découpent le territoire communal. Le fait nouveau dans l'habitat provient des pavillons dont l’engouement à partir de 1968 a été très vif.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Vue du bâtiment de la Mairie de Ranchot et de la boulangerie du centre Bourg.
Appontement.

La population de Ranchot a très fortement progressé au cours de la dernière période intercensitaire. En neuf ans, la commune a gagné 91 habitants (439 en 1999). Ainsi, après avoir été en dents de scie entre 1968 et 1990, la croissance de la population de Ranchot a retrouvé un rythme soutenu à partir de 1990. La population légale pour le millésime 2008 est de 482. À fin 2015, la population est de 487 habitants. L’attractivité des aires de Dole et Besançon est confirmée, l’activité étant largement orientée vers ces deux pôles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Etiquette Qualité
1959 mars 2001 Henri PAUL DVD Agriculteur
mars 2001 mars 2008 Danielle LOCATELLI SE Retraitée
mars 2008 mars 2020 Eric MONTIGNON SE Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 487 habitants[Note 1], en augmentation de 3,18 % par rapport à 2010 (Jura : -0,36 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264224204245273278310333302
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
339358387383407360339347341
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312325302260233244216265265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
281331356331348439487469487
2015 - - - - - - - -
487--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Puits couvert
  • Chapelle Saint-Étienne, fondée en 1430, elle est devenue un lieu d'exposition culturelle après rénovation par des citoyens de la commune.
Puits vers le restaurant du village.
Vue de la Chapelle de Ranchot.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Bornet (1878-1949) est né dans la commune.
  • Henri Paul (1931-2005) né à Ranchot, est un agriculteur qui fonda le premier GAEC du Jura. Maire de la commune pendant 42 ans (de 1959 à 2001). Il a reçu plusieurs décorations parmi lesquelles la Légion d'Honneur et le Mérite Agricole.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plan Local d'Urbanisme de la commune de Ranchot - 2002
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « Note », mais aucune balise <references group="Note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien une balise fermante </ref> manque