Sophrologie caycédienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emblème et devise de la sophrologie caycédienne.

La sophrologie caycédienne (d'abord créée sous l'appellation de « sophrologie » par Alfonso Caycedo en 1960, le qualificatif « caycédienne » a été ajouté et labellisé en 1989) est une méthode de développement personnel populaire[1],[2],[3] qualifiée tour à tour de psychothérapie[4],[5],[6],[7], de méthode de relaxation[8],[4],[9],[10],[11], voire de médecine alternative[12], étudiant la conscience et les valeurs de l’existence, suivant une méthode qui lui est propre.

Elle est présentée comme méthode de développement personnel et de gestion du stress par son créateur lors de sa déclaration à Récife en 1977[13].

La sophrologie caycédienne est également présentée comme une science par son fondateur et ses collaborateurs[14],[15] mais ce qualificatif n'est pas reconnu, la pratique n'ayant fait l'objet d'aucune étude validée scientifiquement[8],[6],[16].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Étymologiquement, venant du grec, « sophrologie » se compose selon 3 racines : Sos qui signifie harmonie, Phren qui signifie esprit, conscience et Logos qui signifie science. La sophrologie se définit donc comme la science de la conscience qui permet l’harmonie du corps et de l’esprit, œuvrant ainsi à l’étude de la Conscience Humaine et la conquête des valeurs de l’homme. La devise de la sophrologie, dont l'objectif est la recherche de la conscience et des valeurs de l'existence, est « Ut conscientia Noscatur »[17] [« Pour que la conscience soit connue »].

Historique[modifier | modifier le code]

Naissance, histoire et présent de la sophrologie[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950, Caycedo sort de l’université de Madrid Page d'aide sur l'homonymie diplômé en neuropsychiatrie docteur en médecine et chirurgie, spécialiste en neurologie et psychiatre exerçant à l’Hôpital clinique de Barcelone et professeur agrégé de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone. Il est profondément marqué par les méthodes de traitement brutales (électrochocs, comas insuliniques, etc.) parfois employées sans qu'en soient mesurées toutes les conséquences. C’est ce vécu qui le décide à se consacrer à l’étude de la conscience et à la recherche d’autres formes de thérapie en psychiatrie.

Dès le début de sa carrière, il crée la sophrologie : « science pour la (re)construction de l’individu au départ du corps vécu au présent et pour son positif » avec l'objectif de redonner au corps la place première qu'il aurait perdue dans notre culture.

En 2010 après cinquante ans de travail, Alfonso Caycedo déclare la Sophrologie caycédienne comme étant au point ; il remet à sa fille, Natalia Caycedo, diplômée elle aussi en neuropsychiatrie, le soin de poursuivre son œuvre.

Scissions et autres courants[modifier | modifier le code]

Le mot « sophrologie » n'a jamais été protégé dans son usage public[18] et a donné lieu à diverses ramifications, notamment dans le milieu de la formation. Caycedo décide alors d'une nouvelle appellation : « sophrologie caycédienne », cette fois déposée à La Haye[19] et brevetée à l'OMPI (organisme de protection mondiale des propriétés intellectuelles et droits d'auteur).

D'autres courants utilisent à leurs manières le mot sophrologie. Ils se sont créés en France autour de positions concernant :

  • la formation, le coaching, le marketing, le bien-être ;
  • l'apport d'autres techniques : hypnose, yoga, massages, cognitivisme, PNL, Qi Qong, etc. ;
  • le découragement d'anciens membres de l'école caycédienne (rigueur sémantique, formation et pratique continue, améliorations de la méthode, lenteur des instances académiques).

Ainsi s'est constitué au fil du temps un mouvement multiple (écoles, syndicat, observatoire, instituts de formations, cabinets de sophrologues...) au vocable proche mais aux pratiques plus ou moins éloignées des fondements et de celles de Caycedo[20].

La sophrologie caycédienne comprend aujourd’hui la phase préparatoire, les douze degrés et les actualisations faites de 1999 à 2002, les techniques associées, les techniques abrégées et les techniques clés.

Théorie et pratiques[modifier | modifier le code]

Les relaxations dynamiques de Caycedo (RDC)[modifier | modifier le code]

Caycedo a été guidé, entre autres, par sa rencontre avec Ludwig Binswanger, psychiatre phénoménologue réputé, par diverses pensées occidentales (Platon, Héraclite, phénoménologie européenne, hypnose, psychanalyse) puis orientales (Yoga, Zen, Tummo) [21] pour bâtir, à partir de 1968, sa méthode des « Relaxations dynamiques ». D'abord au nombre de trois, elles sont aujourd'hui douze, divisées en trois cycles : réductif, radical et existentiel. Caycedo considère le corps et l’esprit comme deux dimensions d’une seule unité existentielle originale et « auto-évolutive ». La conscience serait la force ou l’énergie vitale qui intégrerait ces deux polarités.

Caycedo présente avant tout la sophrologie comme des pratiques pour entraîner au quotidien ce qu'il appelle notre « conscience-énergie ».

Le professeur Agustin Pedro-Pons, président de la Royale Académie de médecine[22] et doyen de la faculté de médecine à Barcelone considère la sophrologie comme la cinquième étape de l'étude de la conscience :

« L'intérêt de la médecine pour la conscience se présente dans l'histoire en différentes étapes, qui peuvent être classées ainsi : première étape la magie, deuxième étape le magnétisme, troisième étape l'hypnose, quatrième étape la psychanalyse et cinquième étape la sophrologie[23]. »

La finalité d'une relaxation dynamique caycédienne est de potentialiser en conscience sa façon d'être face à l'épreuve de l'existence au quotidien.

Cadre d'une séance[modifier | modifier le code]

La sophrologie se pratique seulement debout ou assis. Selon les cas et les circonstances, le sophrologue est tenu d’adapter la méthode selon le « principe d’adaptabilité ». La position couchée est alors acceptée, mais à titre exceptionnel. Déconseillés aussi la mise en « ambiance » fond musical, voix suave, lumière tamisée, décor rêveur, encens, parfums pour agrémenter la séance, le sophrologue participe en même temps qu'il dirige la séance.

La vivance phronique[modifier | modifier le code]

Afin de se démarquer des pratiques de l'hypnose, la psychothérapie, la physiothérapie[24], Caycedo a inventé la « vivance phronique » qui est présentée comme l'essence de toute la démarche sophrologique.

La sophrologie caycédienne se décompose en une phase préparatoire, les 12 degrés, les actualisations faites entre 1999 et 2002, les techniques associées, les techniques abrégées et les techniques clés.

Caycedo a annoncé en 2010 une nouvelle théorie qu’il nomme la Cyber-Conscience Phronique et qu'il considère comme dernière et meilleure réussite des 50 années de travail vivantiel permanent, qu'il a consacrées à la sophrologie depuis son début en 1960.

La phénoménologie comme base[modifier | modifier le code]

Les impressions de l'expérience corporelle sont d'abord ressenties à travers la lecture que donne la mise en pratique de la « réduction phénoménologique » (Husserl, Heidegger, Alfonso Caycedo).

Le sophronisant (la personne qui vit la séance de sophrologie sous la conduite d'un sophrologue, ou bien encore qui s’entraîne elle-même lorsque ses acquis le lui permettent) partant de sa situation, de ses habitudes, essaie à chaque fois de dégager dans l'épreuve du corps une autre possibilité de vivre les choses, et apprend à synchroniser son innovation par la respiration. Puis dans un contexte de dialogue le sophrologue l'oriente sur le ou les sentiments des sensations vécues, l'invite à faire une « description phénoménologique » (sophro-description), qui va lui permettre de décrire son vécu de la séance en termes de sensations et sentiments, renforçant ainsi le processus d'intégration (Principe d'action positive). Ces conditions variant au fur et à mesure de l'entraînement sophrologique, c'est ainsi toute la structure de positionnement de l'être qui se modifie en travaillant ainsi la conscience.

L'axiologie concerne les valeurs de l'existence humaine. C'est un chapitre clé, deuxième objectif des recherches[25], incontournable pour comprendre les fondements des recherches (réduction phénoménologique de Caycedo) et affiner le regard pluridimensionnel du praticien dans cette visée en face du patient.[évasif]

La personne est sa solution face aux possibles qu'elle met en forme elle-même pour vivre autrement sa condition d'humain capable de valoriser l'énergie de vie dans l'expérience immédiate (ici et maintenant), comme celle ayant déjà été vécue (passé) et d'une vision positive du future (futurisation).[évasif]

Trois cycles[modifier | modifier le code]

La sophrologie caycédienne se déroule en trois cycles et composés de 4 degrés chacun, soit 12 degrés au total (RDC pour Relaxation Dynamique de Caycedo) :

  • le premier cycle appelé cycle fondamental, de base ou réductif. Il vise à une meilleure connaissance de soi qui permet de mieux gérer nos grandes dimensions : conscience corporelle, mentale, émotionnelle, intuitive et créative. Il amène à un schéma corporel renforcé et surtout plus positif.
  • le deuxième cycle est appelé cycle radical. Conscience énergétique, renforce l'aspect énergétique et cellulaire.
  • le troisième cycle est appelé cycle existentiel. Conscience existentielle, projette notre conscience élargie sur le monde extérieur[26].

Les trois théories clés[modifier | modifier le code]

Première théorie clé[modifier | modifier le code]

Dénommée théorie des états et des niveaux de la conscience, elle étudie la conscience divisée en états et niveaux. Les états sont des variations qualitatives et sont de trois modalités :

  1. Conscience ordinaire, étudiée par la psychologie.
  2. Conscience pathologique, étudiée par la psychiatrie.
  3. Conscience sophronique, étudiée par la sophrologie.

Deuxième théorie clé[modifier | modifier le code]

C'est la théorie cacycédienne de la conscience isocay. Après de nombreuses années de recherche phénoménologique et existentielle, Caycedo découvre que l'entraînement ne se réalise pas seulement au niveau sophrologique, mais dans un niveau spécial de la conscience vigile où se trouvent les structures de plus grande intégration de l'être, responsables de la liberté, de la clarté, la créativité et de l'harmonie de la conscience. Ce niveau de conscience est appelé la conscience isocay.

Troisième théorie clé[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la caycédienne des 5 systèmes isocays[27] :

  1. le premier système isocay comprend les structures anatomo-physiologiques de la tête (le crâne et la face) avec un espace d'interaction au niveau du front.
  2. le second système isocay comprend les structures anatomo-physiologiques du cou et de la partie externe des extrémités supérieures incluant les régions deltoïdienne, postérieures du bras, postérieures de l'avant-bras et le dos de la main. Il dispose d'un espace d'interaction au niveau de la thyroïde.
  3. le troisième système isocay comprend les structures anatomo-physiologiques du thorax et de la partie interne des extrémités supérieures incluant les régions axillaires, antérieures du bras, antérieures de l'avant-bras et la paume de la main. Il dispose d'un espace d'interaction au niveau de sternum.
  4. le quatrième système isocay comprend les structures anatomo-physiologiques de la région abdominale incluant la partie supérieur de la région ombilicale et la région épigastrique. Il dispose d'un espace d'interaction environ à 4 cm au-dessus du nombril.
  5. le cinquième système isocay comprend les structures anatomo-physiologiques de la région du bas ventre incluant la partie inférieure de la région ombilicale, la partie de la région pubienne ou hypogastrique et les extrémités inférieures. Il dispose d'un espace d'interaction environ à 4 cm sous le nombril.

Diplômes et praticiens[modifier | modifier le code]

En 2015, ce métier n'est pas réglementé et son exercice est libre en France (« accessible sans diplôme particulier » selon la fiche Rome K1103 de Pôle Emploi[28]). Toutefois, ce genre de praticien ne peut légalement procéder à aucun acte médical, tel que le diagnostic, la thérapie ou la prescription de médicaments, et encourt le cas échéant des poursuites pour exercice illégal de la médecine[29]. L'utilisation de cette méthode par des médecins contrevient selon un rapport de l'Assemblée Nationale au code de déontologie médicale[30].

Certaines formations de sophrologie bénéficient depuis le 25 novembre 2011 d'une inscription au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP, nomenclature de 1969)[31]. Cette inscription permet de bénéficier d'une prise en charge au titre de la formation professionnelle et de la validation des acquis de l'expérience (VAE).

Le niveau III de qualification de ce titre RNCP est lui reconnu par l’État[32], mais n'a rien à voir avec la Sophrologie Caycédienne. Néanmoins, le titre de sophrologue caycédien se veut une garantie de cursus pour l'emploi de la méthode caycédienne[33]. Le titre de Master spécialiste en sophrologie caycédienne est le titre déposé et protégé juridiquement pour l'emploi légal des méthodes de l'école de recherche sophrologique. Il est délivré par la Fondation Alfonso Caycedo. Il nécessite deux années d'études discontinues dans des centres agréés (250 heures), puis obligatoirement quatre sessions, étalées sur deux ans, pour l'étude des degrés supérieurs (5 à 12) auprès de l'université mondiale de sophrologie d'Andorre (environ 70 heures de cours et entraînement, dirigées par le fondateur de la sophrologie et sa fille, Nathalia Caycedo). La formation continue est spécifiée comme indispensable pour valider un cursus de formateur, enseignant ou directeur d'école ou d'académie.

L'obtention du diplôme de master spécialisé en sophrologie caycédienne passe par une formation qui comprend les 12 degrés de la RDC, ses techniques spécifiques et ses théories divisés en 3 cycles, que les élèves doivent pratiquer pendant leur formation pour sa diffusion professionnelle. Le premier cycle est donné par les écoles déléguées officiellement par la Fondation, France, Belgique et Grand-Duché de Luxembourg, Suisse, Espagne, Italie, Grande-Bretagne, Portugal. Les deuxièmes et troisièmes cycles sont dispensés uniquement à Andorre sous la direction de Natalia Caycedo[23].

De nombreux conseillers travaillent auprès de la fondation et sont regroupés selon trois branches : la branche clinique, la branche socio-prophylactique et la branche pour la gestion du stress et développement personnel[23].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Santé en France a publié au Journal officiel du 21 septembre 2004 sa position sur cette méthode[30] :

« La sophrologie n’est pas une discipline définie ni reconnue dans le cadre du code de la santé publique. »

Selon Léon Chertok, la sophrologie ne serait que de l'hypnose, rebaptisée parce qu'il y aurait un tabou autour de ce terme[34]. Une étude systématique publiée par Renaud Marhic et Emmanuel Besnier aboutit à la même conclusion[35].

La Centre d'information et de prévention sur les psychothérapies abusives et déviantes a mené une étude systématique de la littérature scientifique portant sur la sophrologie, qui a mis en évidence la pauvreté des études cliniques sur le sujet, et l'absence d'effet positif avéré[29]. Les recherches sur la sophrologie sont principalement le fruit de praticiens désirant promouvoir leur discipline par des études non scientifiques, publiées généralement en marge des canaux scientifiques, mais régulièrement brandies comme arguments par les sophrologues. Cette étude a aussi mis en évidence le fait que la sophrologie est aujourd'hui une tradition principalement française, quasiment inexistante dans les autres pays (notamment du fait du Français Patrick-André Chéné, héritier autoproclamé d'Alfonso Caycedo)[29].

En raison de l'existence avérées de dérives sectaire ou d'abus de faiblesse, la sophrologie est régulièrement pointée du doigt par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES)[29].

Selon Paul Ranc, diacre de l'Église évangélique réformée du canton de Vaud[36],

« la dérive de la sophrologie était prévisible. Se situant aux confins du Nouvel Âge (hypnose, training autogène, yoga) et de la médecine traditionnelle (notamment la psychiatrie et la médecine psychosomatique), la sophrologie n’a aucun point de repère solide. Basée avant tout sur l’expérience subjective de la personne et ne disposant d’aucun moyen d’évaluation objectif, la sophrologie était condamnée à des écarts de doctrine »

et « des hommes ou des femmes ayant une connaissance plus ou moins grande de la technique sophronique se mettent à offrir des « cocktails » de « thérapies libératrices », telles que la sophrologie, la parapsychologie, le mysticisme, l’orientalisme et aussi la voyance ou la médiumnité ! Ces nouveaux « marchands de bonheur » prolifèrent un peu partout et la guerre est déclarée entre les néo-sophrologues et les sophrologues orthodoxes. »

Il est possible que d'autres techniques comme la méditation pleine conscience partagent des points communs avec la sophrologie[37]. Ces principes sont plus codifiés. Cette technique souhaite s'inscrire dans une démarche d'évaluation expérimentale comme les thérapies cognitivo-comportementales.

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Bernard Santerre, Mais… qu’est ce que la sophrologie, Beltan, 1993
  • Caycedo Alfonso, L'Aventure de la sophrologie, 1979, Éditions Retz, Paris
  • Renaud Marhic et Emmanuel Besnier, Le New age – son histoire… Ses pratiques… Ses arnaques…, Paris, Le Castor Astral, (ISBN 2-85920-396-6)
  • Patrick-André Chéné, Initiation à la sophrologie caycédienne, Livre de Poche
  • Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie (préface et code déontologique par Alfonso Caycedo), Ellébore Éditions
  • Ouvrage collectif dirigé par Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 2 : Champs d'application (préface et introduction d'Alfonso Caycedo), Ellébore Éditions
  • Sophrologie Caycedienne en médecine et en prophylaxie sociale, Revue officielle de la Fondation Alfonso Caycedo dirigée par A. Caycedo, depuis 1995, Sophrocay S.A., PAL (La Massana), Principauté d'Andorre. Rédacteur en chef : Magda Mata Font, José Louis Pons. Comité de rédaction : Janneth Caycedo, Patrick-André Chéné, Michel Debelle, Pierre Guirchoum

Ouvrages de A. Caycedo[modifier | modifier le code]

  • La sofrologia médica. Su aplicacion a la odontologia, 1961, Rev. Esp. de Estomatologia, Barcelone
  • Hacia un estudio fenomenologico de la Hipnosis clinica. Las técnicas de la relajacion y estados afines, 1962, Rev. Lat. Amer. de Hip. Clin. vol III, no 2, Buenos Aires
  • Sophrology and Psychosomatic Medicine, 1964, The American Journal of Clinical Hypnosis, Arizona
  • Relajacion Hipnosis, Yoga, Zen, fenomenos unitarios, 1965, Rev. Ibero Americana de Sofrologia, Buenos Aires
  • Letters of silence, 1966, Bhawani and Sons, New-Delhi (Inde)
  • India of Yogis, 1966, National Publishing House, New-Delhi (Inde)
  • Progresos en sofrologia, 1969, Editorial Scientia, Barcelona (Spain), ouvrage collectif traduit sous le titre Progrès en sophrologie, Société centrale de sophrologie et médecine psychosomatique
  • La India de los Yogis, 1971, Editorial Scientia, Barcelona
  • Diccionario Abreviado de Sofrologia y Relajacion Dinamica, traduit sous le titre Dictionnaire abrégé de sophrologie et relaxation dynamique, 1972, ediciones Emegé, Barcelona
  • Sofrologia medica, 1974, ediciones Aura, Barcelona
  • L'Aventure de la sophrologie, 1979, Éditions Retz, Paris
  • Sophrologie Caycedienne, Relaxation Dynamique de Caycedo en 13 cassettes vidéo, 1994, Sophrocay International
  • Sophrologie Caycedienne en médecine et en prophylaxie sociale, revue officielle de la Fondation Alfonso Caycedo dirigée par A. Caycedo, depuis 1995, Sophrocay S.A., PAL (La Massana), Principauté d'Andorre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Soulager la douleur: écouter, croire, prendre soin, par Patrice Queneau, Odile Jacob, 1998, p. 111 « incontestable réussite populaire ».
  2. « La sophrologie, de l’hôpital à l’école », par Laureline Duvillard, sur Le Temps. « Bien que populaire, la sophrologie reste floue dans l’esprit du grand public. »
  3. La Sophrologie « parmi les méthodes de relaxation […] les plus populaires »
  4. a et b La sophrologie est classée parmi les relaxation et techniques à médiation corporelle (p. 522) puis parmi les psychothérapies à médiation corporelle (p. 599) dans le livre Thérapeutique psychiatrique, par J.-L. Senon, D. Sechter et D. Richard, Hermann éditeur, 2003 (ISBN 9782705662707).
  5. Place des psychothérapies contemporaines dans le traitement de la dépression, par Jean Cottraux, éditions Doin, coll. « Références en psychiatrie », 2006.
  6. a et b La sophrologie et la sophrologie caycédienne ont été listées parmi les psychothérapies dans le RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D'ENQUÊTE relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs en 2006 durant la douzième législature de l'Assemblée nationale française. Dans ce même rapport, il est affirmé que la sophrologie est une activité « n'ayant fait l'objet d'aucune étude validée scientifiquement ».
  7. 1977,premier symposium panaméricain, et troisième congrès mondial de Sophrologie à Recife (Brésil). Nomination du Pr et Dr A.Caycedo comme professeur honoris causa de l'université de Pernambouc et déclaration des valeurs de l'homme (ou Déclaration de Recife), création de la branche socio-prophylactique et du développement personnel pour contribuer à l'aide en faveur des pays en développement.Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie
  8. a et b « Elle manque de validation scientifique, mais cela n'enlève rien à l'intérêt de la sophrologie que l'on peut considérer comme la véritable première technique intégrative de relaxation. » : Dominique Servant, p. 21 de La Relaxation : nouvelles approches, nouvelles pratiques, Masson éditeur, coll. « Pratiques en psychothérapie », 2009 (ISBN 2294706129).
  9. Page 596, la sophrologie est classée parmi les « méthodes de relaxation centrées sur les perceptions sensorielles » dans le Manuel de psychiatrie, sous la direction de J.D Guelfi et F.Rouillon, éditions Masson, 2007, (ISBN 229402107X).
  10. Psychologie: science humaine et science cognitive, par Jo Godefroid, De Boeck Université, 2001.
  11. Une approche psychosomatique: la bioénergie : de Wilhelm Reich à nos jours, par Françoise Elbaz, Éditions Ellebore, 1996.
  12. Médecines alternatives à l'hôpital, article publié par le quotidien Le Monde le 18 juin 2008.
  13. Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie, p. 36.
  14. Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie, p. 95.
  15. Alfonso Caycedo, Code déontologique de la sophrologie caycédienne, mars 2007, page 7 (texte en [PDF])
  16. Dans les différents manuels de psychiatrie consultés, aucun ne reprend à son compte la dénomination de science pour la sophrologie, bien que certains proposent des citations (de Carl Rogers, par exemple) affirmant que c'en est une.
  17. Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie, p. 96.
  18. Alfonso Caycedo, Code déontologique de la sophrologie caycédienne, mars 2007, page 9 (texte en [PDF])
  19. Revue de Sophrologie caycédienne, page 4 - 2e trimestre 1996
  20. Le New-Age: Ritualités et mythologies contemporaines, par Marie-Jeanne Ferreux, Éditions L'Harmattan, 2000, p. 140
  21. Michel Debelle, « Qu’est-ce que la sophrologie ? », sur www.sophrologie.be, Académie de Sophrologie Caycédienne (consulté le 7 avril 2010)
  22. Discours lors de l'inauguration du premier symposium espagnol sur les progrès en sophrologie, au Collège officiel des médecins à Barcelone (équivalant à l'ordre des médecins en France).
  23. a, b et c Revue Officielle de la Fondation Dr Alfonso Caycedo, no 60 - 1er trimestre 2010.
  24. Revue Officielle de la Fondation Caycedo, page 11 - 2e trimestre 1996.
  25. Revue officielle de la Fondation Caycedo, no 15, page 17 - 4e trimestre 1998
  26. Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie, page 208 et suivantes
  27. Patrick-André Chéné, Sophrologie - Tome 1 : Fondements et méthodologie, page 99
  28. « Fiche Rome K1103 - Développement personnel et bien-être de la personne », sur www.chambre-syndicale-sophrologie.fr.
  29. a, b, c et d Centre d'information et de prévention sur les psychothérapies abusives et déviantes, « Sophrologie : pratique, crédibilité, histoire et croyances », sur cippad.com.
  30. a et b « Fiche Question », sur Assemblée nationale (consulté le 19 mai 2015).
  31. Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)
  32. « Résumé descriptif de la certification au RNCP », sur www.rncp.cncp.gouv.fr,‎
  33. Voir le code de déontologie de la sophrologie caycédienne sur le site web de l'Académie mondiale.
  34. L'Hypnose entre la psychanalyse et la biologie: Le non-savoir des psy Par Léon Chertok, p. 194
  35. Renaud Marhic et Emmanuel Besnier, Le New age – son histoire… Ses pratiques… Ses arnaques…, Paris, Le Castor Astral, (ISBN 2-85920-396-6).
  36. Paul Ranc, Le Bonheur à Tout Prix? : [sophrologie, anthroposophie Ecoles Steiner, nouvel age, Ordre du temple solaire], Contrastes, coll. « Apologia » (no 6), , 157 p. (ISBN 288211009X et 9782882110091, OCLC 82184759).
  37. (en) Hayes (2004) S.C. Hayes, « Acceptance and commitment therapy, relational frame theory, and the third wave of behavioral and cognitive therapies » Behavior Therapy 2004;35:639–665.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]