Société française de sophrologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SFS.

Créée en 1966, la Société française de sophrologie (SFS) est une Association à but non lucratif française qui déclare se donner pour objectif de promouvoir la sophrologie, d'en enrichir les contenus pratiques et théoriques, et regrouper différents courants se réclamant en France de la sophrologie. Elle a élaboré un code de déontologie que tout sophrologue adhérent doit signer.

Activités[modifier | modifier le code]

Congrès et publications[modifier | modifier le code]

La SFS publie régulièrement sur son site internet des articles traitant de différents aspects de la sophrologie ou des études scientifiques visant à mesurer les effets de la sophrologie. Elle organise également chaque année un congrès au cours duquel interviennent des sophrologues venus de différents horizons ainsi que des conférenciers venant d'autres disciplines (philosophes, psychiatres, psychanalystes...). Les actes des congrès sont publiés aux éditions L'Harmattan.

Thèmes des derniers congrès :

  • 2013 : Traumatismes et résilience
  • 2012 : Sophrologie et vie quotidienne
  • 2011 : Sophrologie sans frontières: des outils pertinents pour de nouvelles attentes
  • 2009 : Le sophrologue face aux attentes du sujet en crise
  • 2008 : Sophrologie et estime de soi
  • 2007 : La place de la sophrologie dans l'avenir de notre société
  • 2006 : Sophrologie et addictions

Pierre Etevenon[1] dans ce congrès a présenté une communication sur la méditation qui peut augmenter le rythme alpha en amplitudes comme pendant la posture zazen et il a rapproché la conscience sophronique d'Alfonso Caycedo de la conscience de l' être psychique selon Sri Aurobindo (Aurobindo Ghose) qui pourrait être un état modifié de conscience.

Publication d'un annuaire des sophrologues[modifier | modifier le code]

La SFS publie chaque année un annuaire des sophrologues et des écoles de formation en sophrologie qui regroupait, en 2011, près 400 sophrologues et 40 instituts de formation à la sophrologie, repartis sur l'ensemble du territoire français et des DOM-TOM. La SFS accepte dans son annuaire des sophrologues et des écoles représentant les différents courants de la sophrologie : courant caycédien, existentiel, social…

États généraux de la formation en sophrologie[modifier | modifier le code]

En 2008, la Société Française de Sophrologie a coorganisé les premiers États Généraux de la formation en sophrologie en collaboration avec le Syndicat des Sophrologues Professionnels (S.S.P.) et la Coordination des écoles professionnelles en sophrologie (CEPS) avec pour objectif de déterminer un certain nombre de critères définissant une formation sérieuse en sophrologie.

Les États généraux 2010 ont regroupé près de 35 écoles de formation représentant les différents courants de la sophrologie, soit 1/3 des instituts de formation en sophrologie recensés à ce jour par les 3 organismes organisateurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Etevenon et Bernard Santerre. États de conscience, Sophrologie et Yoga, Éditions Tchou, 2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Caycedo Alfonso, L'Aventure de la sophrologie, 1979, Éditions Retz, Paris
  • Bernard Santerre, Mais… qu’est ce que la sophrologie, Beltan, 1993
  • Pierre Etevenon et Bernard Santerre. États de conscience, Sophrologie et Yoga, Éditions Tchou, 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]