Toumo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la ville de la Côte d'Ivoire, voir Toumo (Boundiali).
Tanumanasi Los seis yogas de Naropa Tumo Tummo.JPG

Le toumo ou tummo (« chaleur, feu intérieur » en tibétain ; Wylie : gtum-mo ; sanskrit : caṇḍālī) est une pratique tantrique enseignée par le yogi Naropa qui permet de repousser les limites de résistance au froid[1].

Le toumo utilise des techniques de yoga tibétain de respiration, visualisation de syllabes, et récitation de mantra[1]. Mal effectuée, cette pratique peut mener à de graves troubles de santé.

Le français Maurice Daubard est connu pour pratiquer en public le toumo[2],[3].

Le docteur Raphaël Bastiani témoigne dans son livre Des prodiges et des hommes (1989) : « J'ai rencontré à environ 3 000 mètres d'altitude sur les chaînes de l'Himalaya un moine bouddhiste qui pratique le toumo. Il a pris mon mouchoir trempé dans de l'eau et essoré, et l'a disposé sur sa nuque. Après quinze minutes, le mouchoir était presque sec. Or la température extérieure était de 5°C. À ma surprise, le corps a conservé durant l'expérience une température qui oscillait autour de 37°. Le moine entre en méditation et concentre toute son énergie sur un point autour du nombril [maṇipūra cakra]. Cette pratique du toumo lui permet, durant l'hiver, de n'avoir jamais froid[1]. »

Études scientifiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs études ont été réalisées et ont démontré l'augmentation de la température du corps grâce à la pratique de tummo :

  • En 1982 une étude par Herbert Benson et des confrères, réalisée sur des moines bouddhistes à Dharamsala en Inde, a montré qu'ils étaient capables d'augmenter la température de leurs doigts de mains et de pieds de 8,3°C[4].
  • En 2002 une expérience réalisée en Normandie aurait montré qu'un moine bouddhiste pratiquant le toumo produit suffisamment de chaleur pour sécher, dans une chambre froide, un linge froid et humide posé sur ses épaules[5].
  • En 2013, une étude par Maria Kozhevnikov et des confrères analyse l'augmentation de la température du corps en fonction du type de pratique (respiration et visualisation)[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre Riffard, Nouveau dictionnaire de l'ésotérisme, Payot, 2008, (ISBN 978-2-228-90274-8)
  2. « Maurice Daubard devant les caméras de Planète et Thalassa », sur www.lamontagne.fr (consulté le 28 juin 2015).
  3. « Maurice Daubard, la léthargie du yogi », sur www.lepopulaire.fr (consulté le 28 juin 2015)
  4. (en) Herbert Benson; John W. Lehmann; M. S. Malhotra; Ralph F. Goldman; Jeffrey Hopkins; Mark D. Epstein, « Body temperature changes during the practice of g Tum-mo yoga », Nature, Nature Publishing Group, vol. 295, no 5846,‎ , p. 234 (DOI doi:10.1038/295234a0, lire en ligne)
  5. (en) « Harvard Gazette: Meditation changes temperatures » (consulté le 30 juin 2015)
  6. (en) Maria Kozhevnikov; James Elliott; Jennifer Shephard; Klaus Gramann, « Neurocognitive and Somatic Components of Temperature Increases during g-Tummo Meditation: Legend and Reality », PLOS ONE, Public Library of Science, vol. 8, no 3,‎ , 20, e58244 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0058244, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]