Serruelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Serruelles
Serruelles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Canton Trouy
Intercommunalité Communauté de communes des Portes du Boischaut
Maire
Mandat
Alain Horzinski
2014-2020
Code postal 18190
Code commune 18250
Démographie
Population
municipale
78 hab. (2016 en augmentation de 56 % par rapport à 2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 00″ nord, 2° 22′ 19″ est
Altitude Min. 159 m
Max. 179 m
Superficie 7,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serruelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serruelles

Serruelles est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Serruelles est située à la limite sud de la Champagne berrichonne. Essentiellement rural, le territoire de Serruelles est presque exclusivement consacré aux cultures céréalières et oléagineuses. Sa superficie totale est de 751 hectares dont environ 500 hectares en culture et le reste en forêt.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Lunaise Levet Saint-Germain-des-Bois Rose des vents
Châteauneuf-sur-Cher N
O    Serruelles    E
S
Chavannes

Histoire[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Serruelles fut une seigneurie qui appartint en 1635 à Jacques Fontaine, en 1668 à Jean Prévost et en 1716 à Jean-Baptiste Heurtault.

La communauté de Serruelles est en crise démographique au début du XVIIIe siècle, puisqu’elle passe de 11 feux en 1709 à 10 en 1726[1]. L’hiver de 1709-1710 notamment cause de nombreuses pertes, ainsi que la grande canicule de 1719 (qui tua beaucoup par dysenterie)[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin Sarriolum, d’après la variante Sarroilh, Sarius, nom de personne d’origine gauloise, et suffixe ialos = champ, clairière. Ou gentilice Cercius, d’après Cersolium. Le s final est parasite et muet.

Réunion envisagée de Serruelles d’avec Chavannes, 1840 (A.N.-F 2 II Cher 1).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1959 Jean de Sauvebœuf    
1959 1971 Camille Gaury    
1971 1995 Alain de Sauvebœuf    
1995 2008 Pierre Aubailly    
2008 En cours
(au 2 avril 2014)
Alain Horzinski DVD Retraité Fonction publique
Réélu pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 78 habitants[Note 1], en augmentation de 56 % par rapport à 2011 (Cher : -1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
184190191176171172156141110
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
115101120128115141143135128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
127130114898875686555
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
695745526158585173
2016 - - - - - - - -
78--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument le plus représentatif de la commune de Serruelles est sa chapelle placée sous le patronage de saint Ursin. Sa construction date du XIe siècle et elle a bénéficié de nombreuses réfections. C'est aujourd'hui un monument privé dans lequel un office est annuellement donné au mois de juin. Régulièrement tableaux et sculptures y sont exposés par le propriétaire[8]. Elle a possédé par le passé un autel en l'honneur de saint Genou.

Serruelles compte aussi un manoir du XVIIe siècle à Lambussay. Il existait également un château construit en 1849 qui fut détruit dans les années 70.

La commune de Serruelles accueille actuellement l'aérodrome de Châteauneuf-sur-Cher et possède une salle polyvalente d'une capacité de 48 personnes et un terrain de tennis municipal. Cela lui permet de s'enorgueillir du titre de plus petite commune de France à posséder un aéro-club.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, le territoire de la commune appartient à la famille de Chevenon de Bigny. Mlle de Chevenon de Bigny l'apporta en dot à son mari le Baron Augier général de l'Empire et commandant de la place de Bourges. À sa mort, il le légua à son fils le baron Edouard Augier qui fit construire le château en 1849. Sa fille épousa le comte Anselme de Bosredont en 1852. Edouard Augier mourut dix ans plus tard le 10 juillet 1862. Anselme de Bosredont succéda à son beau-père et mourut en 1894 laissant la terre à son fils le comte Gerald de Bosredont. Le comte Jean de Sauvebœuf en hérita en 1936 à la mort du comte Gerald de Bosredont le 30 décembre 1935. Son fils Alain de Sauvebœuf lui succéda. Les familles Augier, Bosredont et de Sauvebœuf ont géré la commune en tant que maires pendant plusieurs générations.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (n° 114), p. 169
  2. Zeller, op. cit., p. 145 et 153
  3. « Maires et adjoints déjà élus », L’Écho du Berry (Édition du Cher), no 3124,‎ , p. 22
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :