Levet (Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Levet
Levet (Cher)
Blason de Levet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Intercommunalité Communauté de communes Arnon Boischaut Cher
Maire
Mandat
Bruno Marechal
2020-2026
Code postal 18340
Code commune 18126
Démographie
Gentilé Levétois, Levétoise
Population
municipale
1 386 hab. (2018 en augmentation de 0,22 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 36″ nord, 2° 24′ 34″ est
Altitude Min. 159 m
Max. 181 m
Superficie 25,97 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Trouy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Levet
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Levet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Levet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Levet
Liens
Site web http://www.levet.org/

Levet est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Levet est située au cœur de la région naturelle de la Champagne Berrichonne, à 17 km au Sud de Bourges.

Le territoire communal est parcouru du nord au sud par la RD 2144, voie classée à grande circulation.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est drainé du nord au sud-est par la Rampenne, affluent de l'Auron, un sous-affluent du Cher et de la Loire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Levet est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Levet était l'une des nombreuses terres de la puissante famille de Thoury[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune absorbe en 1830 la commune de Lochy. En 1831, la fusion est annulée et Lochy devient un hameau de Lissay-Lochy[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Bourges du département du Cher. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la troisième circonscription du Cher.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Levet[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Trouy

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Levet était la commune principale de la communauté de communes des Rampennes, créée fin 2001.

Celle-ci disparait le , et ses communes réparties dans 3 intercommunalités différentes. Levet rejoint ainsi la communauté de communes Arnon Boischaut Cher dont elle est désormais membre.

Toutefois, la commune souhaite son rattachement à la communauté d'agglomération Bourges Plus, et le conseil municipal du , ce qui n'a pas été accepté par Bourges Plus lors de la séance du conseil communautaire du [6]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 1994 René Vidal    
1994 mars 2008 Jean Daumin    
mars 2008 2014 Jean-François Barot    
mars 2014 En cours Bruno Maréchal[7],[8]   Employé civil ou agent de service de la fonction publique

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 1 386 habitants[Note 3], en augmentation de 0,22 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560483499504760738791907972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0121 0321 0179841 1101 0201 021949924
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9641 0161 029902903899875894816
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
8679921 1081 2661 3421 2691 2871 3661 403
2018 - - - - - - - -
1 386--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roland Guérin de Vaux. Né le à Paris, décédé en 1971 à Jérusalem.
Il passe son enfance et son adolescence dans le domaine de Soulangy, commune de Levet.
Dominicain français, directeur de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem, de 1933 à 1971, située dans le quartier arabe de Jérusalem-Est.
Il dirigea l'équipe catholique qui travailla sur les manuscrits de Qumran. Son équipe fouilla le site de Khirbet Qumran, 1951-1956, et d’autres grottes près de Qumran au Nord-ouest de la mer Morte. Ces fouilles étaient dirigées par Ibrahim El-Assouli, représentant le musée archéologique de Palestine, qui devint le musée Rockefeller à Jérusalem-Est[réf. nécessaire].
Une place porte son nom dans le bourg de Levet.
  • Albert Paulin, né le dimanche à Levet, député S.F.I.O. du Puy-de-Dôme, vice président de la Chambre des députés, conseiller général du Puy-de-Dôme.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Levet

Les armes de Levet se blasonnent ainsi :

D'or au cœur de gueules, accompagné en chef de trois marguerites de sinople et en pointe de quatre étoiles du même, ordonnées 3 et 1 [13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  5. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Conseil communautaire - Lundi 30 mars 2015 à 18 heures - Compte-rendu synthétique » [PDF], sur http://www.agglo-bourgesplus.fr/ (consulté le 15 juillet 2019), p. 8-10.
  7. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 9 août 2020)
  8. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 9 août 2020)
  9. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5657