Empfindsamkeit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sentimentalisme)
Aller à : navigation, rechercher

L'époque de l’Empfindsamkeit (voir piétisme) s'étend en littérature de 1740 à 1780, en musique de 1740 aux années 1760. C'est un courant en réaction à l'oppression rationnelle des sentiments exercés par les Lumières. Son origine est en partie religieuse. Les textes des oratorios de Jean-Sébastien Bach (par exemple les livrets de ses passions) en sont des exemples représentatifs. L'Empfindsamkeit est aussi qualifiée de "piétisme sécularisé", car elle en reprend souvent les thèmes, tout en se détachant de ses origines ecclésiastiques et religieuses. L'abbé Jean-Baptiste Dubos en fut un important théoricien.

Apparition du terme Empfindsamkeit dans la langue allemande[modifier | modifier le code]

En 1768, le musicien et éditeur Johann Joachim Christoph Bode traduisit en allemand le roman de Laurence Sterne Voyage sentimental à travers la France et l'Italie. Dans son titre "Yoriks empfindsame Reise" (qui peut être rendu par "le voyage sensible de Yorik"), Bode utilisa un néologisme "empfindsam", construit à partir du verbe allemand "empfinden" signifiant "ressentir", que Gotthold Ephraim Lessing découvrira plus tard, et qui finira par désigner toute une période littéraire.

Origines[modifier | modifier le code]

L'époque dite "Empfindsamkeit" est contemporaine de la fin du rationalisme français après la mort de Louis XIV en 1715. Elle s'oppose à une manière de vivre qui serait dictée seulement par la raison. L'influence des Lumières en Allemagne ne commença qu'à partir de l'époque où des tendances à la critique sociale et à l'émancipation se faisaient sentir en France. Pour cette raison, l'Empfindsamkeit est contemporaine de l'époque rococo.

Littérature[modifier | modifier le code]

Linguistiquement, l’Empfindsamkeit trouve son expression à travers sa tournure et le néologisme qui intensifie l'expression des sentiments. L'époque est fortement influencée dans l'expression des sentiments pour la nature par les œuvres de Rousseau (1712-1778). Le roman épistolaire sentimental Pamela (1740) de Samuel Richardson a eu une grosse influence littéraire. Les poètes allemands de cette époque étaient Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803), Christian Fürchtegott Gellert (1715-1769), Johann Timotheus Hermes (1738-1821) et Sophie de La Roche (1730-1807) qui fut la première auteure de roman épistolaire en allemand.

Musique[modifier | modifier le code]

Contemporain du style galant et immédiatement antérieur au mouvement Sturm und Drang (musique), l’Empfindsamkeit est une étape dans la transition entre le style baroque et le classicisme.

En réaction avec les formes de la période précédente, telles que les traditionnelles suites de danses de la fin du XVIIème siècle au milieu du XVIIIème siècle, l'Empfindsamkeit est un mouvement esthétique développé en Allemagne au milieu du XVIIIème siècle (1740-1770) qui privilégie les contrastes expressifs, les brusques changements d’humeur visant à toucher directement les auditeurs.

L’Empfindsamkeit se caractérise par une liberté dans le rythme, brusques changements de tempo, interruptions de phrases par des silences, dans la mélodie, fréquents chromatismes, dans l’harmonie, dissonances, par des effets de timbre et par des oppositions dynamiques[1].

Ce mouvement est contemporain du style galant qui privilégie la clarté de la ligne mélodique en rupture avec l’austérité de la musique abstraite (constructions de forme contrapuntique, fugues complexes) notamment développée par Jean-Sébastien Bach. Son principal représentant est Carl Philipp Emanuel Bach musicien à la Cour de Frédéric II de Prusse qui estimait «  que la musique doit principalement toucher le cœur »[2].

Le mouvement Sturm und Drang (musique) lui a succédé dans les années 1770 avec la même visée expressive mais une recherche formelle plus développée

Compositeurs de ce style[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

articles connexes[modifier | modifier le code]