Sophie La Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roche.
Sophie La Roche
Description de cette image, également commentée ci-après

Sophie La Roche

Nom de naissance Sophie Guterman von Gutershofen
Naissance
Kaufbeuren
Décès
Offenbach-sur-le-Main
Pays de résidence Saint-Empire romain germanique
Profession
Écrivain

Sophie La Roche (Sophie von La Roche) née Guterman von Gutershofen (1730-1807) est un écrivain allemand. Elle est la grand-mère de Clemens Brentano et de Bettina von Arnim et l'amante [réf. nécessaire] de Christoph Martin Wieland. Son œuvre la plus connue est Mémoires de mademoiselle de Sternheim, un roman épistolaire.

Elle tenait un salon littéraire fréquenté notamment par Goethe et Lavater[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, un médecin d'inspiration piétiste[2], lui fit donner une éducation stricte et soignée[3]. Ses premières fiançailles avec un médecin italien furent rompues à l'instigation de son père[2], en raison de la confession catholique du prétendant[4]. Son père l'envoya alors à Biberach, au sein de la famille Wieland, et elle se fiança avec le fils de la famille, Christoph Martin Wieland, âgé alors de 17 ans[2]. Ces fiançailles furent également rompues, mais une tendre amitié lia les deux ex-fiancés pendant toute leur vie[2].

En 1753, elle a épousé Georg Michael Frank von La Roche (1720-1788) et vivait avec lui à Mayence dans l'hôtel de Stadion, maison du père de son mari Anton Heinrich Friedrich von Stadion ministre de l'Électorat de Mayence à Mayence. Elle mit au monde 8 enfants, dont 5 seulement atteignirent l'âge adulte[3]. Le style de vie à la cour de Mayence, calqué sur l'étiquette de Versailles, s'est avéré pesant pour la jeune femme[2].

Son premier roman, Geschichte des Fräuleins von Sternheim (Mémoires de Mlle de Sternheim), publié en 1771, rencontre un grand succès, notamment auprès des femmes cultivées de la bourgeoisie[2], qui se reconnaissent dans le destin de l'héroïne, malheureuse en ménage[3]. Sa renommée contribue au succès de son salon littéraire[2].

Après 1780, son mari tombe en disgrâce et voit ses revenus se réduire. Sophie von La Roche cherche à améliorer leurs ressources grâce à sa plume. Elle fonde une revue, Pomona für Teutschlands Töchter, et rédige plusieurs récits de voyage, en Suisse, France, Hollande et Angleterre[2].

Œuvres en allemand[modifier | modifier le code]

Frontispiece of Fanny und Julia
  • Geschichte des Fräuleins von Sternheim. Von einer Freundin derselben aus Original-Papieren und andern zuverläßigen Quellen gezogen. Hrsg. v. Christoph Martin Wieland. 2 Bände. Weidmanns Erben und Reich, Leipzig 1771 (München 2007, dtv, ISBN 978-3423-13530-6,Originalausgabe)
  • Der Eigensinn der Liebe und Freundschaft, eine Englische Erzählung, nebst einer kleinen deutschen Liebesgeschichte, aus dem Französischen. Orell, Geßner, Füßli, Zürich 1772
  • Rosaliens Briefe an ihre Freundin Mariane von St**. 3 Bände. Richter, Altenburg 1780–1781
  • Pomona für Teutschlands Töchter. Enderes, Speyer 1783-1784
  • Briefe an Lina, ein Buch für junge Frauenzimmer, die ihr Herz und ihren Verstand bilden wollen. Band 1. Lina als Mädchen. Weiß und Brede, Mannheim 1785; Gräff, Leipzig 1788
  • Neuere moralische Erzählungen. Richter, Altenburg 1786
  • Tagebuch einer Reise durch die Schweiz Richter, Altenburg 1787
  • Journal einer Reise durch Frankreich. Richter, Altenburg 1787
  • Tagebuch einer Reise durch Holland und England. Weiß und Brede, Offenbach 1788
  • Geschichte von Miß Lony und Der schöne Bund. C. W. Ettinger, Gotha 1789
  • Briefe über Mannheim. Orell, Geßner, Füßli, Zürich 1791
  • Lebensbeschreibung von Friderika Baldinger, von ihr selbst verfaßt. Hrsg. und mit einer Vorrede begleitet von Sophie Wittwe von La Roche. Carl Ludwig Brede, Offenbach 1791
  • Rosalie und Cleberg auf dem Lande. Weiß und Brede, Offenbach 1791
  • Erinnerungen aus meiner dritten Schweizerreise. Weiß und Brede, Offenbach 1793
  • Briefe an Lina als Mutter. 2 Bände. Gräff, Leipzig 1795-1797
  • Schönes Bild der Resignation, eine Erzählung. Gräff, Leipzig 1796
  • Erscheinungen am See Oneida, mit Kupfern. 3 Bände. Gräff, Leipzig 1798
  • Mein Schreibetisch. 2 Bände. Gräff, Leipzig 1799
  • Reise vom Offenbach nach Weimar und Schönebeck im Jahr 1799. Gräff, Leipzig 1800 (auch als Schattenrisse abgeschiedener Stunden in Offenbach, Weimar und Schönebeck in Jahre 1799)
  • Fanny und Julia, oder die Freundinnen. Gräff, Leipzig 1801
  • Liebe-Hütten. 2 Bände. Gräff, Leipzig 1804
  • Herbsttage. Gräff, Leipzig 1805
  • Melusinens Sommerabende. Hrsg. von Christoph Martin Wieland. Societäts-Buch- und Kunsthandlung, Halle 1806

Œuvres en français[modifier | modifier le code]

  • Mémoires de Mlle de Sternheim. 1771.
  • Miss Lony. 1792.
  • Eugénie ou la résignation, une anecdote (Schönes Bild der Resignation). 1797.
  • Journal d'un voyage à travers la France, Éditions de l'Entre-deux-Mers, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sophie von La Roche (1731-1807) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 1er novembre 2015)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « Deutsche Biographie - La Roche, Sophie von », sur www.deutsche-biographie.de (consulté le 4 novembre 2015)
  3. a, b et c « Sophie von La Roche | Biographie bei Fembio », sur www.fembio.org (consulté le 4 novembre 2015)
  4. « Sophie von La Roche Leben und Werk - Projekt Gutenberg », sur gutenberg.spiegel.de (consulté le 4 novembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]