Seconde guerre de Tchétchénie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerres en Tchétchénie.
Seconde guerre de Tchétchénie
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la Tchétchénie et des autres régions du Caucase.
Informations générales
Date août 1999 – avril 2009
(9 ans et 8 mois)
Lieu Tchétchénie, Daghestan
Issue

Victoire russe

Belligérants
Flag of Russia.svg Fédération de Russie
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Loyalistes tchétchènes
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg République tchétchène d'Itchkérie
Flag of the Caucasian Emirate.svg Émirat du Caucase
Flag of Jihad.svg Moudjahidines
Commandants
Flag of Russia.svg Vladimir Poutine
Flag of Russia.svg Victor Kazantsev
Flag of Russia.svg Gennadi Trochev[1]
Flag of Russia.svg Vladimir Chamanov
Flag of Russia.svg Alexandre Baranov[2]
Flag of Russia.svg Sergueï Makarov
Flag of Russia.svg Valentin Korabelnikov
Flag of Russia.svg Anatoli Kvachnine
Flag of Russia.svg Vladimir Moltenskoï
Flag of Russia.svg Iouri Boudanov
Flag of Russia.svg Yuriy Torchin
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Akhmad Kadyrov
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Ramzan Kadyrov
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Djabrail Iamadaev
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Soulim Iamadaev
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Ruslan Iamadaev
Flag of Chechen Republic before 2004.svg Said-Magomed Kakiev
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Aslan Maskhadov
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Abdoul-Khalim
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Rouslan Guélaev
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Chamil Bassaïev
Flag of the Caucasian Emirate.svg Dokou Oumarov
Flag of the Caucasian Emirate.svg Aslambek Vadalov
Flag of the Caucasian Emirate.svg Ilyas Gorchkhanov
Flag of the Caucasian Emirate.svg Akhmed Yevloyev White flag icon.svg
Flag of the Caucasian Emirate.svg Rasul Makacharipov
Flag of the Caucasian Emirate.svg Rappani Khalilov
Flag of the Caucasian Emirate.svg Ilgas Malachiyev
Flag of the Caucasian Emirate.svg Muslim Atayev
Flag of the Caucasian Emirate.svg Alan Digorsky
Flag of Jihad.svg Ibn Al-Khattab
Flag of Jihad.svg Abu al-Walid
Flag of Jihad.svg Abu Hafs
Flag of Jihad.svg Muhannad
Forces en présence
140 000 hommes[3],[4]22 000 hommes
Pertes
4 700 militaires tués selon le gouvernement russe[5]

12 000 militaires tués selon l'association des mères de soldats russes[6]
13 000 tués[5]

La seconde guerre de Tchétchénie[a] (ou deuxième guerre de Tchétchénie) est un conflit armé qui opposa l'armée fédérale russe aux indépendantistes tchétchènes du au , jour de la prise de Grozny, la capitale de la république, par les troupes russes. Cependant, des opérations de contre-insurrection perdurent jusqu'au [13] et des combats ont encore lieu dans la région[b].

La guerre se solda par l'« extermination partielle »[16] du peuple tchétchène et par la réinsertion de la Tchétchénie dans la fédération de Russie. Il s'agit du conflit le plus violent qu'aient connu l'Europe[17] et l'ex-URSS[18] depuis la Seconde Guerre mondiale, certains commentateurs allant même jusqu'à parler de « génocide »[19],[20],[21],[22],[23].

Contexte[modifier | modifier le code]

Combattants tchétchènes priant à l'extérieur du palais présidentiel de Grozny pendant le premier conflit tchétchène en décembre 1994.

Le premier conflit qui embrasa la petite république de Tchétchénie, située dans le Caucase du Nord russe, s'acheva en août 1996. Aslan Maskhadov, chef d'État-major tchétchène, et Alexandre Lebed, secrétaire du Conseil de sécurité russe, signèrent les accords de Khassaviourt, qui ne prévoyaient cependant aucune indépendance formelle immédiate pour la Tchétchénie. En janvier 1997, s'y déroula l'élection présidentielle dont Maskhadov sortit vainqueur avec 59 % des voix. Le 12 mai 1997, il signa avec le président russe Boris Eltsine un traité de paix qui prévoyait d'établir « de solides relations égales et mutuellement bénéfiques »[24] entre la fédération de Russie et la république tchétchène d'Itchkérie et mettait fin à « 400 ans »[25] de conflit russo-tchétchène en ouvrant une « ère de paix »[26] entre les deux entités.

Mais Maskhadov n'arriva pas à maîtriser ses chefs de guerre qui rêvaient d'un Caucase islamique destiné à regrouper toutes les républiques voisines, à l'image de l'ancienne Ciscaucasie démantelée au XIXe siècle lors de la Guerre du Caucase.

Les éléments les plus radicaux, dirigés par les chefs de guerre Chamil Bassaïev et Émir Khattab firent, le 7 août 1999, incursion au Daghestan, une république du Caucase russe voisine de la Tchétchénie, sous prétexte de porter secours aux rebelles islamistes locaux pilonnés dans leurs fiefs par les forces fédérales russes[27],[28].

Du 31 août au 16 septembre 1999, survinrent cinq explosions en Russie, trois à Moscou et deux autres en province, entraînant la mort de plus de 300 personnes[29],[30]. EIles furent attribuées par les autorités russes aux indépendantistes tchétchènes, ces derniers y voyant une manipulation[31].

Déroulement de la guerre[modifier | modifier le code]

BTR-80 russe mis hors de combat après une embuscade en mars 2000.

Pour rétablir le contrôle russe sur la Tchétchénie, l'armée russe intervint dans la république séparatiste avec 140 000 hommes[3],[4] le . La seconde guerre (officiellement appelée « opération anti-terroriste ») commençait. Ayant rapidement rétabli le contrôle du nord de la république (les plaines au nord de la rivière Terek), l'opération russe dans le sud montagneux se solda par un lent succès après des combats acharnés. Le bilan fut plus meurtrier que lors du premier conflit. Le 21 octobre, des missiles russes attaquèrent pour la première fois le centre de Grozny, notamment le marché et la maternité de la ville, tuant sur le coup jusqu'à 120 personnes et en blessant jusqu'à 500[32],[33]. Considéré par certains défenseurs des droits de l'homme comme « crime contre l'humanité »[34], le massacre fut officiellement imputé par les autorités russes aux indépendantistes tchétchènes dont un dépôt de munitions aurait explosé au marché[35]. Initialement, les Russes pensaient que les séparatistes quitteraient Grozny de leur propre initiative par crainte de faire face à une bataille tous azimuts[36] et mirent en place un prétendu[37] corridor sécurisé pour permettre l'évacuation des civils[38]. Finalement, après une stratégie de bombardements intensifs et d'envoi de petits groupes d'infanteries spécialisés en combat urbain précédant les blindés, Grozny tomba après un siège qui dura du au . Transformée en forteresse, les séparatistes tchétchènes s'étant préparés à l'assaut russe, le siège et les combats dévastèrent la capitale tchétchène comme aucune autre ville européenne depuis la Seconde Guerre mondiale ; en 2003, les Nations unies qualifièrent Grozny de « ville la plus détruite sur Terre »[39]. Le bombardement de Katyr-Yurt, qui atteint une certaine notoriété en raison de la condamnation ultérieure de la Russie par la Cour européenne des droits de l'homme, eut lieu dans ce contexte, le 4 février 2000. Le 2 mars 2000, 27 membres d'une colonne motorisée de l'OMON originaire de Serguiev Possad furent tués par un tir ami d'une autre unité de l'OMON originaire de Podolsk alors qu'ils étaient venus prendre la relève[40]. Les rebelles tchétchènes furent d'abord accusés de l'attaque[41] mais des journalistes indépendants découvrirent les faits, forçant les autorités à admettre la vérité[42]. Du 5 au 20 mars 2000, au village Komsomolskoïe (ou Saadi-Kotar), se déroula la dernière bataille d'envergure[43],[44],[45], au terme de laquelle on décompta au moins 625 morts du côté tchétchène[46].

Vladimir Poutine rétablit l'autorité de Moscou dans la totalité du territoire de la république, mais la guérilla séparatiste continua jusqu'en 2006, voire plus tard, principalement dans les montagnes.

Discours politique russe pendant le conflit[modifier | modifier le code]

La majorité absolue de la population russe, journalistes[47] et intellectuels[48] compris, soutinrent la décision du Premier ministre, Vladimir Poutine, d'envahir la Tchétchénie[49]. « Nous ne nous emparons pas de nos villes, nous les libérons », rappela dans la foulée le ministre de la Défense, Igor Sergueïev. Les militaires russes insistaient de leur part pour qu'on bannisse l'usage de l'expression « territoire tchétchène » dans les médias et qu'on la remplace par celle de « terre russe »[50]. Après la chute de Grozny en février 2000, ils hissèrent sur la ville le même exemplaire du drapeau russe qu'ils avaient dû emporter avec eux après leur défaite au terme de la campagne de 1994-1996[51]. Intransigeants[52], ils disaient aux Tchétchènes : « On va vous éradiquer en tant que nation »[53].

Si l'offensive terrestre commença en octobre 1999, les bombardements de la Tchétchénie démarrèrent plus tôt, dès le mois d'août[54]. Le 23 septembre, l'aviation russe mena de nouvelles frappes en Tchétchénie, dont une contre l'aéroport Cheikh Mansour à Grozny[55], en détruisant le seul avion de la république, le biplan An-2, employé pour l'agriculture et le parachutisme sportif pendant les fêtes[56]. Vladimir Poutine dit ne pas avoir été au courant de l'attaque contre l'aéroport mais ajouta : « Les bandits seront pourchassés partout où ils se trouvent. […] S'ils se trouvent à l'aéroport, alors ce sera à l'aéroport »[57]. Le lendemain, interrogé de nouveau sur ces frappes dont certaines auraient touché des quartiers résidentiels des banlieues de Grozny[58], il prononça sa célèbre phrase qui passa par la suite en proverbe[59], entra dans des recueils d'aphorismes[60], devint une sorte de slogan pour sa campagne présidentielle[61] et « immortalisa »[62] son nom : « On poursuivra les terroristes partout, dans les aéroports s'ils sont dans les aéroports et, excusez-moi, mais, s'il le faut, on les attrapera dans les toilettes, on les butera jusque dans les chiottes. La question est close »[58]. En 2002, lors du sommet UE-Russie, Poutine répondit avec la même fermeté à un journaliste français qui l'avaient interpellé sur l'usage des mines antipersonnel en Tchétchénie, lesquelles tuaient, d'après lui, « beaucoup plus de civils que de terroristes » : « Si vous êtes prêt à devenir le plus radical des islamistes, et que vous êtes prêt à vous faire circoncire, je vous invite à Moscou. Je recommanderai qu'on fasse l'opération de telle manière que plus rien ne repousse »[63],[64].

La rhétorique de l'establishment militaire n'était pas moins vigoureuse que celle de Poutine. Le 11 janvier 2000, le général Victor Kazantsev, commandant en chef des troupes russes en Tchétchénie, annonça : « Maintenant, seuls les enfants jusqu'à l'âge de 10 ans, les vieillards de plus de 60 ans et les femmes seront considérés comme des réfugiés »[65], laissant entendre qu'il considérait tout le reste de la population tchétchène comme des combattants en puissance[66],[67]. L'un de ses subalternes, le général Vladimir Chamanov, commandant du front ouest de l'armée russe en Tchétchénie, avouait dans une interview qu'il considérait les femmes et les enfants des combattants tchétchènes comme étant également des « bandits »[68]. Le général Sergueï Makarov, commandant du front est, affirmait que les Tchétchènes était un « peuple parasite » et estimait que la mère d'un commandant tchétchène, tuée lors d'une opération, « n'a[vait] eu que ce qu'elle méritait pour avoir élevé un tel loup »[69]. L'adjoint du commandant d'une division d'infanterie motorisée, le colonel Anatoli Khrouliev, nommé chef du poste de contrôle entre la Tchétchénie et l'Ingouchie voisine, fermé fin octobre-début novembre 1999 pour des civils tchétchènes fuyant la zone des combats, se disait déterminé à ne pas laisser les Tchétchènes « se reproduire »[70]. En août 2000, un autre colonel, le commandant du 503ème régiment d'infanterie motorisée, Romane Chadrine, répondit comme suit à la question de savoir quand la guerre terminerait : « Nous n'avons qu'à laisser en vie 100-120 mille Tchétchènes, et nous pourrons dormir tranquillement pendant une trentaine d'années, jusqu'à ce qu'ils ne se reproduisent »[71]. Quant aux officiers russes de grades moins élevés, ils répétaient très souvent la phrase : « Un bon Tchétchène est un Tchétchène mort »[72],[73],[74].

Un tel discours de la part des décideurs russes encouragea[75] l'armée russe à commettre en Tchétchénie les exactions suivantes : destructions de villes et villages non justifiées par les exigences militaires, attaques et bombardements de villes et de villages non défendus, exécutions sommaires et assassinats, tortures et mauvais traitements, viols de femmes et d'hommes, atteintes graves et intentionnelles à l'intégrité physique et à la santé de personnes ne participant pas directement aux hostilités, attaques délibérées contre la population civile et contre les moyens de transport et personnel sanitaire, arrestations et détentions arbitraires de civils, disparitions forcées, pillages des biens privés, extorsions de fonds, commerce des êtres humains, pressions exercées sur les personnes déplacées et prises d'otages de proches de rebelles[66],[76],[77],[78],[79],[80],[81]. Ces violations furent massives, généralisées et systématiques[66],[82].

Victimes[modifier | modifier le code]

Fosse commune à Saadi-Kotar.

Les statistiques officielles russes recensaient 4 280 morts et 12 368 blessés parmi les militaires fédérales. Vladimir Poutine affirma que l'armée russe avait tué plus de 13 000 combattants tchétchènes.

Selon les organisations non-gouvernementales, le nombre de civils qui périrent pendant les deux guerres est estimé entre 100 000 et 300 000.

Le chiffre de 150 000 morts semble faire l'unanimité. Au total, le chiffre de 175 000 morts est avancé pour les deux guerres de Tchétchénie, soit 15 % de la Tchétchénie de 1994. 300 000 morts (chiffre le plus haut) représenterait 26 % de la population de la Tchétchénie de 1994[83].

Le Comité des mères de soldats de Russie avança le chiffre de 12 000 morts du côté des forces armées russes, en se fondant sur les données recueillies dans les comités régionaux, en prenant en compte les soldats blessés au combat et morts des suites de leurs blessures. Ce chiffre circula beaucoup et fut finalement déclaré proche de la réalité[84].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

La communauté internationale, et en particulier le Conseil de l'Europe, demandèrent de manière timide une solution pacifique. Certains médias internationaux et plusieurs autres associations (dont Amnesty International et le Comité Tchétchénie) réclamèrent de la communauté internationale, et en particulier des gouvernements américains et européens, une action diplomatique auprès du gouvernement russe pour mettre fin à de violations des droits de l'homme imputables aux militaires de l'armée fédérale et des milices tchétchènes pro-fédérales, en l'absence de recours judiciaires réels. Ils exigèrent également la médiation internationale afin que s'établissent des négociations entre les nouvelles autorités tchétchènes et les séparatistes. Vladimir Poutine justifie son refus de négocier avec les rebelles en arguant un principe universel : « On ne négocie pas avec les terroristes et les criminels ». Il appelle les Occidentaux à ne pas faire preuve de « double morale ».

Comme lors de la précédente campagne russo-tchétchène, les chancelleries occidentales firent l'objet de critiques de la part d'observateurs indépendants. Outre leur « tiédeur remarquable » et leur « capacité d'indignation inversement proportionnelle à la puissance de l'agresseur », on leur reprocha d'avoir « sacrifié » le peuple tchétchène sur l'autel de la realpolitik en profitant des positions conciliantes de Moscou sur des dossiers bilatéraux en échange d'« une indifférence vis-à-vis d'un confetti d'empire [la Tchétchénie] sans intérêt vital pour l'Ouest »[85].

Événements postérieurs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guérilla en Ciscaucasie.
Aslan Maskhadov, chef du mouvement séparatiste tchétchène et président de la république tchétchène d'Itchkérie, tué le .

Immédiatement après la fin des opérations militaires majeures, le président Poutine réaffirma les bases de la nouvelle politique de Moscou en Tchétchénie : transfert du maintien de l'ordre à la milice locale, élection d'un président et d'un parlement au suffrage universel, traité de délimitation des pouvoirs entre la fédération de Russie et la république de Tchétchénie et reconstruction. Environ 7 000 combattants (selon les sources russes, cependant le gouvernement tchétchène nie toutes ces affirmations) furent amnistiés. Mais malgré les assurances de normalisation de la part du Kremlin, quelques groupes de combattants séparatistes armés n'ont pas déposé leurs armes et continuent toujours, de façon sporadique, à mener des actes de résistance contre les troupes fédérales russes.

En 2005, plus de 200 combattants indépendantistes furent désarmés, selon le chef du FSB, Nikolaï Patrouchev. La mort d'Aslan Maskhadov le 8 mars 2005 porta un coup dur à la logistique des rebelles. Les attaques contre les forces fédérales prennent de plus en plus un caractère sporadique et moins coordonné. Selon la déclaration du président tchétchène Alou Alkhanov faite le 25 décembre 2005, la diminution sensible des activités des combattants atteinte en 2005 grâce, notamment, à la neutralisation de leurs chefs, permettrait maintenant de réduire encore les effectifs des forces fédérales russes dans la république, les organes de l'ordre locaux étant dorénavant aptes à garder la situation en Tchétchénie sous leur contrôle. Néanmoins, en 2007, on comptait encore 80 000 militaires russes en Tchétchénie[4].

Après la mort d'Abdoul-Khalim Saïdoullaïev, Dokou Oumarov devint le chef du mouvement séparatiste. En dépit de la mort de plusieurs chefs indépendantistes, dont Oumarov en 2013, les affrontements entre les forces de l'ordre – troupes russes ou milices locales – et la rébellion subsistent.

Le 16 avril 2009, le régime d'opération dit antiterroriste en vigueur en Tchétchénie depuis 1999 fut levé[86].

De 2006 à 2016, les unités du génie du ministère des Situations d'urgence et du ministère de la Défense russes inspectèrent plus de 12 600 hectares de terres en Tchétchénie en neutralisant près de 14 000 engins explosifs[87],[88]. En 2017, il leur restait encore plus de 10 000 hectares à déminer[89].

La Ciscaucasie demeure, en 2012, la zone des conflits armés les plus meurtriers d'Europe. En 2011, on y compte 750 morts et au moins 628 blessés (forces de sécurité, insurgés et civils) et, du 1er janvier au 1er septembre 2012, 516 morts et 397 blessés[90].

Fait divers[modifier | modifier le code]

En 2001, une jeune tchétchène, Aïzan Gazoueva, devint une figure mythique pour le mouvement séparatiste. Alors qu'elle n'avait que 18 ans, cette jeune mariée se fit exploser auprès du général Gueïdar Gadjiev et de ses hommes. Par cet acte, elle souhaitait venger à la fois son époux, son oncle et ses deux frères, « disparus » après une rafle dirigée par cet officier[91].

La capitale russe fut le théâtre de 25 attentats terroristes, constate Kavkazski Ouzel, un site de défense des droits de l'homme consacré au Caucase. Dix d'entre eux furent l'œuvre de kamikazes. Huit se produisirent dans le métro. En tout, 592 personnes périrent et 824 furent blessées.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'appellation « seconde guerre tchétchène », de même que « première guerre tchétchène » pour la campagne précédente (cf. anglais Second Chechen War, First Chechen War, russe Вторая чеченская война, Первая чеченская война), sont critiquées par des Tchétchènes comme inexactes et partiales. Selon eux, ce sont des guerres russo-tchétchènes (et non simplement tchétchènes, ce qui leur en imputerait unilatéralement la responsabilité) et de loin pas la première ni la seconde dans l'histoire[7]. Certains experts européens[8] et certains responsables russes[9] semblent être grosso modo du même avis.
    À l'inverse, les autorités russes rejettent le terme même de guerre pour parler de ces deux campagnes en les nommant respectivement « rétablissement de l'ordre constitutionnel » et « opération antiterroriste »[10]. Il faut souligner néanmoins qu'à deux reprises au moins, en 2008[11] et en 2017[12], Vladimir Poutine qualifia la confrontation russo-tchétchène entre 1994 (ou, d'une manière plus générale, 1991) et 2000 comme la « guerre civile » de Russie.
  2. Scientifiquement parlant, il est impossible[14] de dater la fin de la seconde guerre de Tchétchénie, car il n'y eut pas de négociations ni de cessez-le-feu officiel entre les parties belligérantes[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Commandant en chef du District militaire du Nord-Caucase de mai 2000 à décembre 2002
  2. Commandant en chef du District militaire du Nord-Caucase de juillet 2004 à mai 2008
  3. a et b Marie-Pierre Rey (dir.), Les Russes de Gorbatchev à Poutine, Paris : Armand Colin, 2005, p. 76.
  4. a, b et c Duclos 2010, p. 50.
  5. a et b http://www.liberation.fr/monde/2009/04/16/la-russie-annonce-la-fin-de-la-guerre-en-tchetchenie_553107
  6. http://www.grotius.fr/le-comite-des-meres-de-soldats-de-russie-tant-que-les-journalistes-viendront%E2%80%A6/
  7. (ru) Вера Васильева, « Повернуть безумие вспять », sur svoboda.org,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Фактически в научном обороте не устоялось даже серьезное название этого события. Чеченцы считают, что это русско-чеченская война, и далеко не первая. Но мы в "Мемориале" и многие в России называют ее Первой чеченской войной. »
  8. Eric Hoesli, À la conquête du Caucase. Épopée géopolitique et guerres d'influence, Paris : Syrtes, 2006, p. 602 : « En , le pouvoir central lance une offensive contre Groznyï. […] C'est le début de ce que l'on appelle curieusement "la première guerre de Tchétchénie", comme s'il n'y en avait pas eu auparavant. »
  9. (ru) Владлен Максимов, « "Гражданское общество на крови не строят" », sur newizv.ru,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Член Совета Федерации Рамазан Абдулатипов раскритиковал сам термин "чеченская война", как бы приписывающий авторство этой войны чеченскому народу. »
  10. Merlin 2010, p. 126.
  11. (ru) Мумин Шакиров, « Война, объявленная оконченной », sur svoboda.org,‎ (consulté le 7 février 2018) : « В 2008 году в одном из своих выступлений президент Путин заявил, что гражданская война в Чечне продолжалась десять лет. [...] Термин "гражданская война" был тогда впервые произнесен официальной властью, – до этого чаще говорили о наведении конституционного порядка в республике, о борьбе с террором, с исламским подпольем и т. д. »
  12. (ru) «Молодые люди не помнят, что происходило в 90-х», sur lenta.ru,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Конечно, совсем молодые люди не помнят, даже не знают, что происходило в 90-х и в начале 2000-х годов, и не могут сравнить с тем, что стало теперь. [...] Мы жили в условиях гражданской войны в течение долгого периода времени, практически 6 лет, больше – почти 10, когда пацанов 18-19 лет, неготовых, необученных, под пули вынуждена была страна направлять. »
  13. (en) BBC, « Russia 'ends Chechnya operation' », BBC News,‎ (lire en ligne).
  14. Aude Merlin et Anne Le Huérou, « Le conflit tchétchène à l'épreuve de la reconnaissance », Cultures & Conflits, no 87,‎ , p. 47 (lire en ligne [PDF]).
  15. Aude Merlin, « 1991 en Tchétchénie. Regards sur un basculement, vingt ans après », Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 42, no 3,‎ , p. 191 (lire en ligne).
  16. Merlin 2010, p. 132.
  17. Sophie Shihab, « Réponse à un anti-Tchétchène », sur Politique Internationale, (consulté le 7 février 2018).
  18. Aude Merlin et Jean Radvanyi, « Russes et Caucasiens à la fin du XXe siècle. Identités et territoires », Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 34, no 4,‎ , p. 180 (lire en ligne).
  19. C'est le cas, entre autres, de la journaliste russe connue pour ses reportages sur la Tchétchénie, Anna Politkovskaïa : « Est-ce que quelqu'un a fixé des règles précises pour définir un génocide ? Combien d'hommes une nation doit-elle perdre pour qu'on puisse parler d'un génocide ? Pour moi, pour mon système de valeurs, il s'agit bien d'un génocide. Même les militaires ne s'en cachent pas. Quand je pose des questions du genre "Pourquoi avez-vous tué celui-ci ?" ou "Pourquoi avez-vous fusillé tel autre ?", ils répondent : "Parce qu'il était Tchétchène." C'est donc bien un génocide » (Eric Bergkraut (réalisé par), Lettre à Anna, Suisse : Schweizer Fernsehen, 2008).
  20. Galia Ackerman, « Nouvelle Russie, nouveau mensonge », entretien avec Elena Bonner, dissidente soviétique et militante russe des droits de l'homme, sur Politique Internationale, (consulté le 7 février 2018) : « [Le devoir des pays occidentaux] était de dénoncer le génocide perpétré en Tchétchénie et d'édicter des sanctions contre la Russie […]. »
  21. Mariel Tsaroieva, Mythes, légendes et prières ancestrales des Ingouches et Tchétchènes, Paris : L'Harmattan, 2009, p. 16 : « Le monde ne réagit pas et observe d'un œil indifférent ce génocide d'un petit peuple [les Tchétchènes] défendant sa liberté et son existence même contre l'énorme Russie. »
  22. Hubert Lizé, « Michel Hazanavicius de retour à Cannes avec "The Search" », entretien avec le réalisateur français Michel Hazanavicius, sur Le Parisien, (consulté le 7 février 2018) : « [Lizé :] Pourquoi filmer la guerre des Russes contre les Tchétchènes ? [Hazanavicius :] J'avais le désir de raconter ce génocide passé trop inaperçu, malgré les reportages de l'époque. »
  23. Ghebali 2014, p. 670-671.
  24. Voir le texte du traité (en russe) à l'adresse : https://ru.wikisource.org/wiki/Договор_о_мире_и_принципах_взаимоотношений_между_РФ_и_ЧРИ_(1997)
  25. (en) « Russia: Yeltsin and Chechen president sign peace agreement », sur Radio Free Europe, (consulté le 7 février 2018) : « After the signing Yeltsin told journalists he and Maskhadov had signed a "historic document, putting an end to more than 400 years of conflict". »
  26. (en) « Russia, Chechnya sign peace deal. But key issue of independence unresolved », sur CNN, (consulté le 7 février 2018) : « "The war is ending, for the first time in the history of relations between Moscow and Grozny, and the era of peace is starting", Maskhadov said on arrival in Moscow. »
  27. Laure Mandeville, La reconquête russe, Paris : Grasset & Fasquelle, 2008, p. 167.
  28. Moroz 2012, p. 232-233.
  29. (ru) Владимир Воронов, « Кто взрывает Россию? », sur Радио Свобода,‎ (consulté le 7 février 2018).
  30. Moroz 2012, p. 244-246.
  31. article Wikipedia Russian_apartment_bombings
  32. (ru) Анна Политковская, « Накрытый рынок », sur Новая газета,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  33. (ru) « Грозный, 21 октября 1999 года. "Точечное" злодеяние », sur Мемориал,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  34. (ru) Руслан Исаев, « "Это было похоже на врата ада" », sur Кавказ.Реалии,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  35. (ru) Владимир Воронов, « Чечня и Донбасс: неизбирательная сила кремлевской логики », sur Русский вопрос,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  36. (en) Russian commanders predict Chechen forces will abandon Grozny, CNN, 22 novembre 1999
  37. D'après Novaïa Gazeta, les corridors de sécurité autour de Grozny n'étaient en réalité que des « corridors de la mort » ((ru) « Страсбургский суд: Россия выплатит компенсации трем жительницам Чечни », sur Новая газета,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Федеральные силы блокировали город в начале декабря. Якобы обеспеченные коридоры безопасности были фактически "коридорами смерти" »). Kavkazski Ouzel enchaîne dans la même veine que « les corridors sûrs pour sortir de Grozny n'étaient pas établis » ((ru) « Евросуд вынесет решения по трем делам жителей Чечни », sur Кавказский узел,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Правозащитники отмечают, что бомбардировки и обстрелы города начались в сентябре 1999 г., блокирован федеральными силами он был в начале декабря. Безопасные коридоры для выхода из Грозного обеспечены не были, и десятки тысяч людей не рискнули покидать его под обстрелами »).
  38. (en) Russia offers civilians a chance to leave Grozny, CNN, 28 novembre 1999
  39. (en) Scars remain amid Chechen revival, BBC News, 3 mars 2007
  40. « Case Of Baysayeva V. Russia », Cmiskp.echr.coe.int (consulté le 24 février 2014)
  41. Michael R. Gordon, « Chechens Ambush Russian Convoy Near Grozny, Killing 20 », New York Times, Russia; Chechnya (Russia), (consulté le 24 février 2014)
  42. « Chechen Friendly-Fire Trial Begins », Sptimes.ru (consulté le 24 février 2014)
  43. (ru) Лема Турпалов, « Валерик конца ХХ века », sur Независимая газета,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  44. (ru) « Как брали Комсомольское », sur Новая газета,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  45. (ru) Рамзан Ахмадов, « В марте 2000 г. в Чечне произошло самое кровопролитное сражение "второй" войны », sur Prague Watchdog,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  46. (ru) Усам Байсаев, « Никто не хотел умирать », sur Дош,‎ (consulté le 17 mars 2018).
  47. (ru) « Anne Nivat : "La Tchétchénie aujourd'hui, c'est pire qu'il y a cinq ans" », entretien avec le reporter de guerre français Anne Nivat, sur Amnesty International Suisse, (consulté le 7 février 2018).
  48. (ru) Елена Санникова, « Окаянные нулевые », sur Грани.ру,‎ (consulté le 7 février 2018).
  49. (ru) Максим Степенин, Николай Гулько. Взрыв № 10 // Коммерсантъ-Власть, № 32 (383), 15 августа 2000. С. 9: « Единицы, считавшие, что взрывы организовали российские спецслужбы, чтобы ожесточить россиян против чеченцев, – остались единицами. 4 октября российские войска пересекли границу Чечни. Абсолютное большинство населения страны поддержало это решение премьера Владимира Путина. »
  50. Cité dans (ru) Современный русский язык: Активные процессы на рубеже XX-XXI веков / Отв. ред. Л. П. Крысин / Ин-т рус. яз. им. В. В. Виноградова РАН. – М.: Языки славянских культур, 2008. С. 526: « Мы наши города не захватываем, мы их освобождаем (Министр обороны Сергеев, НТВ, Итоги, 26.12.1999); […] Военные настояли на том, чтобы исключить словосочетание "чеченская территория", заменить… "российская земля" (Киселев, Итоги, 02.10.1999). »
  51. (ru) Хасин Радуев, « Погиб мэр Грозного Лечи Дудаев », sur Радио Свобода,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Военные заявляют, что уже в нынешнем месяце они намерены установить над резиденцией чеченского лидера российский флаг, причем именно тот, который в 1996-м году войска забрали, уходя из Чечни. Пока этот флаг временно водружен над площадью Минутка. »
  52. Madjid Benchikh (dir.), Les organisations internationales et les conflits armés, Paris : L'Harmattan, 2001, p. 257.
  53. Noé Rouget, « Russie et Tchétchénie : guerres et paix dans une dictature schizophrénique », sur R.E.E.L. (Revue Écrite par les Étudiant-e-s en Lettres), (consulté le 17 mars 2018) : « Manon Loizeau expliquait que les Russes disaient aux Tchétchènes : "On va vous éradiquer en tant que nation". »
  54. (ru) Хасин Радуев, « В Чечне ждут новых воздушных ударов », sur Радио Свобода,‎ (consulté le 7 février 2018).
  55. Moroz 2012, p. 259-260.
  56. (ru) Хасин Радуев, « Российские ВВС нанесли удар по аэропорту Грозного », sur Радио Свобода,‎ (consulté le 7 février 2018).
  57. Cité par (ru) Михаил Леонтьев, « Однако », sur Первый канал,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Путин: Что касается удара по аэропорту Грозного, то прокомментировать его не могу. Но я знаю, что есть общая установка, что бандиты будут преследоваться там, где они находятся. Я просто совершенно не в курсе, но, если они оказались в аэропорту, то значит в аэропорту. »
  58. a et b Tania Rakhmanova, Au cœur du pouvoir russe. Enquête sur l'empire Poutine, Paris : La Découverte, 2012, p. 111.
  59. (ru) Путин и война – близнецы-братья? // Волжская коммуна (г. Самара), 8 августа 2000 // Цит. по: Коммерсантъ-Власть, № 32 (383), 15 августа 2000, с. 29: « Путин с самого начала был олицетворением чеченской войны. Он взял ответственность на себя, санкционировав начало боевых действий. Его рейтинг рос в прямой зависимости от побед федеральных войск. Его боготворят все те, кто носит погоны. А обещание "мочить боевиков в сортире" стало крылатой фразой, расхожим народным выражением. »
  60. (ru) Бушков А. Хроника Мутного Времени. Дом с привидениями. – М.: ЗАО «ОЛМА Медиа Групп», 2013. С. 310: « 24 сентября в Казахстане новый премьер произнес ту фразу, которая вошла в сборники афоризмов. […] Народу […] высказывание понравилось настолько, что в одночасье стало крылатой фразой и, пожалуй, положило начало стремительному взлету путинского авторитета. »
  61. Selon Mikhaïl Zadornov, satiriste qui était très en vue en Russie. Voir l'extrait de son spectacle datant au plus tard de 2011 ((ru) [vidéo] Задорнов о Путине и режиме (запрещенное на ТВ) sur YouTube) ou son interview de 2006 ((ru) Дмитрий Гордон, « Михаил Задорнов: "В самый разгар "оранжевой революции" я увидел Тимошенко по телевизору. Выглядела она ужасно: бледная, с косой... Тогда я и понял: эта бледная с косой за Ющенко еще придет" », sur Бульвар Гордона,‎ (consulté le 7 février 2018)).
  62. Moroz 2012, p. 262.
  63. Cité par Mathieu Sicard, « Vladimir Poutine – misogyne, cruel, grossier : les 5 perles du président russe », sur LCI, (consulté le 7 février 2018).
  64. Colin Mohammed, « Poutine insulte les musulmans tchétchènes », sur SaphirNews, (consulté le 7 février 2018).
  65. (ru) « Генерал Казанцев: сердобольность была ошибкой », sur Lenta.ru,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Командующий [Объединенной группировкой войск на Северном Кавказе генерал-полковник Виктор Казанцев] подтвердил ранее высказанную им мысль о том, что "сейчас беженцами будут считаться дети в возрасте до 10 лет, старики старше 60 лет и женщины". »
  66. a, b et c Anne le Huérou et Amandine Regamey, « Massacres de civils en Tchétchénie », sur SciencesPo, (consulté le 7 février 2018).
  67. (ru) Чечня: без средств для жизни : Оценка нарушения экономических, социальных и культурных прав в Чеченской республике, World Organisation against Torture,‎ , 103 p. (ISBN 2-88477-070-4, lire en ligne), p. 46: « Российские власти несколько раз недвусмысленно заявили о своей позиции, понизив возрастной порог охраны ребенка (если такая охрана вообще имеет место) до 10 лет и считая всех детей потенциальными врагами. »
  68. (ru) Анна Политковская, « Я – Шаманов », sur Новая газета,‎ (consulté le 7 février 2018) : « [Политковская:] Жена боевика – кто она в вашей системе координат? [Шаманов:] Бандитка. […] [Политковская:] Ребенок бандита – тоже бандит? [Шаманов:] Тоже. »
  69. Cité par (ru) Александр Рыклин, « Кузница кровников », article paru dans la revue Итоги et repris par le centre des droits de l'homme russe Мемориал, sur Мемориал,‎ (consulté le 7 février 2018) : « В последнем номере "Литературки" читаем: "Они – народ-паразит". Это слова командующего Восточной группировкой войск в Чечне генерал-майора Макарова. […] "Там и мать его, между прочим, погибла... (речь идет о матери полевого командира Абдулаева). В общем, туда ей и дорога, если она такого волка воспитала...". Это все тот же Макаров откровенничает. »
  70. Cité par (ru) Анна Политковская, « Военный переворот », sur Новая газета,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Полковник Хрулёв воюет в Чечне с 13 сентября. Он производит странное впечатление – откровенный человеконенавистник. Его основной тезис – "Я не дам ИМ размножаться". »
  71. Cité par (ru) Дмитриевский С. М., Гварели Б. И. et Челышева О. А., Международный трибунал для Чечни, vol. 2, t. VI–VIII, Нижний Новгород,‎ , 607 p. (lire en ligne [PDF]), p. 16 :

    « Вот оставим чеченцев тысяч 100-120 и можем спать спокойно лет тридцать. Пока они не размножатся. »

  72. (ru) Анна Политковская, « Обыкновенный садизм », sur Новая газета,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Чеченцев убивают, потому что хороший чеченец – мертвый чеченец. Последнюю присказку слышал каждый, кто хотя бы раз общался с военными в Чечне. »
  73. (ru) Ирина Боброва, « Шаман с диагнозом "чеченский синдром" », sur Московский комсомолец,‎ (consulté le 7 février 2018) : « Мы проговорили с [старшиной 166-й бригады разведроты] Алексеем больше четырех часов. Климов показал мне фотографии, отснятые в Чечне. На многих снимках – окровавленные тела боевиков. "Хороший чеченец – мертвый чеченец" – вырвалось у Алексея. »
  74. (ru) Александр Коц, « Как контрактники с ментами в войну играли », sur Комсомольская правда,‎ (consulté le 7 février 2018) : « "Хороший чеченец – мертвый чеченец!" – это выражение я [младший сержант Мозолев В. Н., служивший в Чеченской Республике с августа 2000 г. по август 2005 г.] слышал на протяжении всех последующих контрактов из речей как младших, так и старших офицеров. »
  75. Duclos 2010, p. 51.
  76. Divac Öberg 2004, p. 758-759.
  77. Françoise Spiekermeier, « Tchétchénie: les camps de l'horreur », article paru dans le magazine Paris-Match et repris par le site de l'ONG italienne Parti radical non-violent, transnational et transparti, sur Partito radicale nonviolento transnazionale e transpartito, (consulté le 19 mars 2018).
  78. Laurent Joffrin, « Le genocide oublié », article paru dans le magazine Le Nouvel Observateur et repris par le site de l'ONG italienne Parti radical non-violent, transnational et transparti, sur Partito radicale nonviolento transnazionale e transpartito, (consulté le 19 mars 2018).
  79. (ru) Евгений Бовкун, « Видеозапись зверств российских войск в Чечне и реакция на нее в Германии », sur Радио Свобода,‎ (consulté le 7 février 2018).
  80. (ru) Анна Политковская, « Концлагерь с коммерческим уклоном. Отчет о командировке в зону », sur Новая газета,‎ (consulté le 7 février 2018).
  81. (ru) Амина Умарова, « "Если на земле есть ад, то я – в этом аду" », sur Радио Свобода,‎ (consulté le 7 février 2018).
  82. Divac Öberg 2004, p. 762.
  83. Selon le recensement de 1989, la république socialiste soviétique autonome de Tchétchénie-Ingouchie comptait 1 275 513 personnes (Tchétchènes, Russes, Ingouches, et autres), soit 122 063 habitants de plus que dix ans auparavant, en 1979, où l'on eut recensé 1 153 450 personnes. On peut donc supposer qu'en 1994 (cinq ans après le dernier recensement officiel), la population de la Tchétchénie et de l'Ingouchie (qui se scindèrent en deux républiques en 1991) s'élevait au total à 1 336 544 âmes, toutes ethnies confondues. Si l'on soustrait de ce chiffre 194 171 personnes qui peuplaient, d'après les données officielles russes, l'Ingouchie en 1994, la population de la Tchétchénie à la veille de la première guerre se limitait hypothétiquement à 1 142 373 âmes.
  84. http://www.grotius.fr/le-comite-des-meres-de-soldats-de-russie-tant-que-les-journalistes-viendront%E2%80%A6/
  85. Ghebali 2014, p. 672.
  86. (fr) URGENT Tchétchénie: levée du régime d'opération antiterroriste, RIA Novosti, 16 avril 2009
  87. (ru) Николай Петров, « Разминирование в Чечне возобновится весной 2016 года », sur Кавказский узел,‎ (consulté le 7 février 2018).
  88. (ru) Николай Петров, « Военные рапортовали о перевыполнении плана по разминированию в Чечне », sur Кавказский узел,‎ (consulté le 7 février 2018).
  89. (ru) « Военные сообщили о 12 тыс. гектаров неразминированных территорий в Чечне и Ингушетии », sur Кавказский узел,‎ (consulté le 7 février 2018).
  90. (en) The North Caucasus : The challenges of integration (I) Ethnicity and conflit : Europe Report N°220, International Crisis Group, , 45 p. (lire en ligne), p. 5
  91. (ru) Анна Политковская, « Смерть военного коменданта. Почему погиб генерал Гаджиев? », sur Новая газета,‎ (consulté le 7 février 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marco Divac Öberg, « Le suivi par le Conseil de l'Europe du conflit en Tchétchénie », Annuaire français de droit international, vol. 50,‎ (lire en ligne).
  • Nathalie Duclos (dir.), L'adieu aux armes ? Parcours d'anciens combattants, Paris, KARTHALA, , 423 p.
  • Victor-Yves Ghebali, Le rôle de l'OSCE en Eurasie, du sommet de Lisbonne au Conseil ministériel de Maastricht (1996-2003), Bruxelles, Bruylant, , 813 p.
  • Aude Merlin et al., Ordres et désordres au Caucase, Bruxelles, Éditions universitaires de Bruxelles, , 228 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (ru) Олег Мороз, Ельцин. Лебедь. Хасавюрт, Москва, ООО «ИПЦ "Маска"»,‎ , 332 p. (lire en ligne [PDF]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Témoignages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]