Manon Loizeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loizeau.
Manon Loizeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Autres informations
Distinction

Manon Loizeau née à Londres en 1969 est une journaliste franco-britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père français et d'une mère anglaise peintre, elle est la petite-fille de la comédienne anglaise Peggy Ashcroft, et la sœur de la chanteuse Emily Loizeau.

Encouragée par sa grand-mère Peggy mariée à un russe, elle étudie le russe dont elle passe le DEUG. Elle obtient également une maîtrise de littérature anglaise, une maîtrise de sciences politiques et un DEA à l'Institut d'études politiques de Paris en 1994. D'abord pigiste pour Le Monde et la BBC notamment, elle travaille, à partir de 1996, pour l'Agence CAPA, et réalise des reportages qui la font connaître auprès du grand public. En 2006, elle reçoit le prix Albert-Londres pour son film La Malédiction de naître fille (avec Alexis Marant), ce qui consacre sa notoriété.

Manon Loizeau, parlant couramment le russe, s'est notamment engagée pour la couverture de la situation en Tchétchénie après la seconde guerre de Tchétchénie. Elle s'y rend clandestinement au début des années 2000, et y réalise ainsi plusieurs documentaires très critiques de l'occupation russe (Grozny, chronique d'une disparition et Naître à Grozny). Elle réalise également un reportage en Géorgie à l'été 2008 (Carnets de route en Géorgie), peu après la guerre russo-géorgienne d'août 2008. Elle entre également clandestinement en Syrie, lors des événements de 2011 pour couvrir la révolte à l'encontre du régime de Bachar el-Assad.

Syrie : le cri étouffé, documentaire de Manon Loizeau, écrit en coopération avec Annick Cojean et réalisé avec l'aide de Souad Weidi, est présenté au Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre le 8 octobre[1], où il est unanimement salué par la critique. Le documentaire donne la parole à des femmes syriennes qui ont été victimes de viols, parfois également témoins d'autres viols et de meurtres, lors d'exactions, mais également dans les prisons du régime syrien. Certaines femmes parlent de dos, d'autres à visage découvert, pour la première fois, et la diffusion à la télévision française en décembre est une révélation pour de nombreux téléspectateurs, sur cet aspect très tabou[2] de la guerre en Syrie. Le documentaire est unanimement salué par la critique, tant pour les témoignages inédits[3] qu'il apporte : "Les femmes qui témoignent dans ce film sont d’un courage et d’une dignité exceptionnels"[4], "Des témoignages puissants, dignes et courageux qui dénoncent l'utilisation du viol comme arme de guerre."[5] que pour sa réalisation, pleine de pudeur et de poésie[6].

Reportages et documentaires[modifier | modifier le code]

  • Les enfants de Tchernobyl (1996)
  • Grandir sous camisole (1997)
  • Grozny, chronique d'une disparition (2003)
  • Naître à Grozny (2004), reportage dans une maternité de Grozny
  • Retour à Beslan (2004), à propos de la prise d'otages de Beslan
  • Grandir sans camisole (2005)
  • à la conquête de l'est (2005)
  • La Malédiction de naître fille (2006)
  • Carnets de route en Géorgie (2008)
  • Meurtres en série au pays de Poutine (2009)
  • Chronique d'un Iran interdit (2010)
  • L'immigration, aux frontières du droit (2011)
  • Tchétchénie, une guerre sans traces (2014)
  • Syrie : le cri étouffé (2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Texte à paraître aux éditions Grasset[7]

Prix et Concours[modifier | modifier le code]

  • (2009) Festival du scoop et du journalisme d'Angers - Lauréate prix du Public/Planète pour le reportage Au cœur de la révolte iranienne
  • (2008) Festival du scoop et du journalisme d'Angers - Lauréate prix de l'Actualité/Château-Gontier pour le reportage Dans les braises du Caucase
  • (2006) Prix Albert-Londres de l'audiovisuel avec Alexis Marant pour La Malédiction de naître fille (Capa pour Arte, TSR et SRC)
  • (2004) Festival du scoop et du journalisme d'Angers - Lauréate prix Spécial du Jury/Conseil général 49 pour le reportage La maternité à Grozny

Références[modifier | modifier le code]

  1. « « Silent war » Syrie, Le Cri étouffé », Prix Bayeux-Calvados,‎ (lire en ligne)
  2. « C l'hebdo « Syrie, le cri étouffé » le témoignage choc de Manon Loizeau », (consulté le 16 janvier 2018)
  3. « A voir sur Télérama.fr, “Syrie : le cri étouffé”, un documentaire exceptionnel de Manon Loizeau - Télévision - Télérama.fr », Télérama.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « “Syrie, le cri étouffé” : après la diffusion, un mouvement de soutien à Maryam - Télévision - Télérama.fr », Télérama.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Mention spéciale pour « Syrie, le cri étouffé » 69e Prix Italia », sur www.francetelevisions.fr (consulté le 16 janvier 2018)
  6. « Manon Loizeau : le viol des femmes syriennes », France Inter, L'instant M,‎ (lire en ligne)
  7. « Dans tes rêves / France Inter », sur France Inter (consulté le 15 mars 2016)