Alexandre Lebed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebed.
Alexandre Lebed
Illustration.
Alexandre Lebed en 1996
Fonctions
Gouverneur de la Kraï de Krasnoïarsk

(3 ans, 10 mois et 23 jours)
Président Boris Eltsine
Vladimir Poutine
Prédécesseur Valery Zubov (ru)
Successeur Alexandre Khloponine
Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie

(3 mois et 29 jours)
Président Boris Eltsine
Premier ministre Viktor Tchernomyrdine
Prédécesseur Oleg Lobov
Successeur Ivan Rybkine
Biographie
Nom de naissance Alexander Ivanovich Lebed
Date de naissance
Lieu de naissance Novotcherkassk, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Date de décès (à 52 ans)
Lieu de décès Abakan, Drapeau de la Russie Russie
Sépulture Cimetière de Novodevitchi
Nationalité soviétique, russe
Parti politique PCUS (1972-1991)
PC de la RSFSR (1990-1991)
KRO (1995-1996)
NRPR (1996-2002)
Fratrie Aleksey Lebed
Conjoint Inna Lebed
Diplômé de Lycée de commandement des aéroportés de Riazan (en)
Profession Officier
Homme politique

Alexandre Ivanovitch Lebed (en russe : Александр Иванович Лебедь ; à Novotcherkassk près d'Abakan dans les monts Saïan), fut un général russe, ancien candidat à l’élection présidentielle en Russie, qui a notamment exercé les fonctions politiques de gouverneur du kraï de Krasnoïarsk et de secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie.

Carrière dans l'armée[modifier | modifier le code]

Soldat d’élite dans l'armée soviétique intervenant dans les années 1980 en Afghanistan, en Azerbaïdjan et en Géorgie, il a gravi les échelons de la hiérarchie militaire jusqu'à devenir général. En 1992, son armée (la 14-e armée russe) positionnée en Transnistrie a empêché la Moldavie d'étendre son autorité d'État sur cette entité russophone autoproclamée le long du fleuve Dniestr, où se situait l'essentiel du potentiel industriel moldave et un nœud ferroviaire important[1].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il a acquis une notoriété politique, durant le Putsch de Moscou de 1991, en refusant de suivre les putschistes qui tentèrent de renverser le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev. Sa contribution politique s'est poursuivie en critiquant ouvertement la politique du gouvernement russe en Tchétchénie en contribuant efficacement à sa résolution[2]. En 1994, le magazine allemand Der Spiegel, lui prédit un avenir comme celui de Napoléon Bonaparte, si la crise politique venait à croitre[3]. Il se présente à la présidentielle de juin 1996. Après le premier tour, il se rallie à Boris Eltsine, qui le nommera au conseil de sécurité, où il contribua à la fin de la première guerre de Tchétchénie par des négociations avec Aslan Maskhadov.

Dénonçant régulièrement la mafia, la corruption des politiciens de son pays ainsi que la disparition d'une centaine de valises nucléaires et éclipsé par l'émergence de Vladimir Poutine, il est relégué en Sibérie[4], devenant gouverneur de Krasnoïarsk avec l'appui de l’oligarque Boris Berezovski. Durant sa mandature, malgré des conflits importants avec Rusal ou Norilsk Nickel, il ne parviendra pas à maintenir son aura médiatique.

Alexandre Lebed est mort le à 52 ans en Sibérie dans un accident d'hélicoptère.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Moldavie n'a jamais pu contrôler ce territoire qui, de jure et selon la communauté internationale lui appartient. En effet, lorsqu'elle a tenté en 1992 d'en prendre le contrôle, la 14-ème armée russe alors commandée par Alexandre Lebed s'y est opposée : lire Vlad Grecu, O viziune din focarul conflictului de la Dubăsari (« Un point de vue du foyer du conflit de Dubăsari »), ed. Prut International, Chișinău 2005 et Ion Costaș, Transnistria 1989-1992, cronica unui război nedeclarat (« Transnistrie 1989-1992, chronique d'une guerre non-déclarée »), ed. RAO, Chișinău 2012 – carte.
  2. « Alexandre Lebed », Perspective Monde,
  3. « Alexandre Lebed », L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. « Alexandre Lebed », Encyclopædia Universalis (consulté le 6 janvier 2010)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Lebed (trad. Galia Ackerman et Pierre Lorrain), Les mémoires d'un soldat, Éditions du rocher, coll. « Documents », , 371 p. (ISBN 2-268-02707-4)
    Ce livre autobiographique retrace sa carrière militaire dans les parachutistes jusqu'à son éviction par Boris Eltsine. Il décrit notamment les changements qu'il a pu constater dans son pays à partir de 1988 : il explique la chute du Parti communiste qui a entraîné par la suite l'éclatement de l'empire soviétique, ainsi que ses conséquences pour l'armée et ses officiers.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]