Saïd Ahamada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saïd Ahamada
Illustration.
Saïd Ahamada en 2017.
Fonctions
Député français

(5 ans)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 7e des Bouches-du-Rhône
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Henri Jibrayel
Successeur Sébastien Delogu
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Saint-Denis de La Réunion (France)
Nationalité Française
Parti politique MoDem (2007-2010)
EÉLV (2010-2016)
LREM (depuis 2016)
TdP (depuis 2020)

Saïd Ahamada, né le à Saint-Denis (La Réunion), est un homme politique français.

Il a été député La République en marche de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône depuis 2017 et porte-parole du groupe LREM de 2019 à 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales et enfance[modifier | modifier le code]

Né le [1] à Saint-Denis de La Réunion, il est d'origine comorienne[2] par son père[3] et réunionnaise par sa mère (qu'il définit comme « une yab », les yabs étant « ces Blancs pauvres, sûrement descendants de colons, qui ont tout perdu ou jamais rien gagné »)[3].

Il arrive à Marseille en 1973, son père ayant décidé d'y chercher du travail[3]. La famille s'installe à la cité Félix-Pyat, dans le 3e arrondissement[3], dans les quartiers Nord de Marseille. Il fait partie de la Black Tiger Force (BTF), un groupe de rappeurs locaux et il apparaît dans les premiers clips d'IAM ainsi que dans des reportages télévisés sur le hip-hop marseillais[3].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Diplômé d’un master en finance, il travaille moins de dix ans dans l’accompagnement à la création d’entreprise. Puis il réoriente sa carrière, en postulant par voie de concours dans la fonction publique, et commence une carrière à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), puis à un poste de direction générale à la ville d'Avignon[4].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il commence à s'intéresser à la politique en 1995 après la mort d'un rappeur marseillais, Ibrahim Ali, qu'il connaissait un peu, tué par des colleurs d'affiche du Front national[3]. Dans les années 2005-2006, il crée avec son ami d'enfance, l'ex rappeur du groupe Uptown et avocat Mourad Mahdjoubi, Avenir Marseille égalité, un think tank des quartiers nord de Marseille[3].

Après avoir adhéré au MoDem en 2007, et s'être présenté sous l'étiquette EELV lors des élections législatives de 2012 à Mayotte, Saïd Ahamada devient conseiller d'arrondissement, élu sur la liste de la socialiste Samia Ghali en 2014.

Saïd Ahamada rejoint en 2016 le mouvement En marche. Lors des élections législatives de 2017, qui voient la victoire du parti présidentiel, il est élu député de Marseille, dans la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône (circonscription couvrant le tiers central des quartiers nord de la ville), contre une candidate du Front national le [5]. Lors de cette élection, il obtient 58,39 % des voix au second tour[6] mais dans une élection marquée par une très forte abstention (17 % de participation)[3]. Il devient « le premier député issu de l'immigration comorienne »[7].

En , il est nommé porte-parole du groupe La République En Marche à l'Assemblée nationale[8], fonction qu'il occupe jusqu'aux élections municipales de 2020.

Candidat à l'investiture de LREM pour la mairie de Marseille en vue des élections municipales de 2020[9], Saïd Ahamada rallie le candidat finalement choisi par son parti, Yvon Berland, après avoir envisagé l'idée d'une candidature dissidente[10],[11],[12].

Tout en restant membre de La République en marche, il rejoint le parti Territoires de progrès en 2020, avant d'intégrer son Comité exécutif, suite au Congrès de Bordeaux d'.

Dans le cadre de l'élection présidentielle pour 2022, Saïd Ahamada est présenté comme le « pilote » de la campagne d'Emmanuel Macron à Marseille[13]. Aux élections législatives de juin 2022, il est battu au premier tour, en terminant troisième derrière les candidats Sébastien Delogu (NUPES) et Arezki Selloum (Rassemblement national), avec 15,79% des voix dans la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône[14]. Ses adversaires politiques attribuent son échec davantage à la politique d'Emmanuel Macron. Il appelle au second tour à faire battre le candidat RN[15].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Affaires maritimes et ports[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale, Saïd Ahamada est membre de la commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire, au sein de laquelle il est rapporteur spécial du budget des affaires maritimes et des ports. À ce titre, il demande au grand port maritime de Marseille de limiter l'accueil des paquebots[16].

Politique de la ville et égalité des chances[modifier | modifier le code]

Engagé sur le thème de la politique de la ville, tout en étant critique sur son bilan[17], Saïd Ahamada a créé en début de mandat un groupe de travail parlementaire sur ce sujet, réunissant 60 députés pour la plupart élus ou issus des quartiers populaires[18].

En , il est chargé par Jean Castex d'une mission interministérielle sur « l'égalité des chances vue sous l'angle de l'équité territoriale »[19]. Saïd Ahamada remet son rapport à Matignon, le , en présence des ministres Élisabeth Moreno, Jacqueline Gourault et Nadia Hai, recevant un accueil favorable de la part du Premier ministre[20]. Dans son rapport, il formule 18 propositions sur différents champs de politiques publiques, aussi bien sur le logement social, les transports, l'automatisation du versement des aides sociales, ou encore le soutien aux associations[21].

En matière d'urbanisme et de mixité sociale, il défend la loi SRU[22][source insuffisante] et a fait adopter un amendement à l'Assemblée nationale, visant à acter l'application de cette loi par arrondissement à Paris, Lyon et Marseille[23],[24],[25].

Marseille et trafics de drogue[modifier | modifier le code]

Saïd Ahamada dénonce la « ghettoïsation » de Marseille, s'agissant notamment du réseau de transports en commun[26]. Avant le déplacement dans la cité phocéenne du président de la République Emmanuel Macron, en , il appelle à un rééquilibrage en faveur des quartiers Nord et Est de la ville, afin que ces territoires puissent bénéficier du même niveau de services publics que le reste de la ville[27].

Crise sanitaire de la Covid-19[modifier | modifier le code]

Lors de la crise épidémique, Saïd Ahamada soutient la politique du gouvernement et du ministre Jean-Michel Blanquer, lorsqu'il s'oppose à la fermeture des écoles, craignant une recrudescence du décrochage scolaire[28]. S'agissant des événements sportifs, le député marseillais se déclare favorable à une « jauge proportionnelle » de spectateurs dans les stades[29].

Par ailleurs, Saïd Ahamada parvient à obtenir une rallonge budgétaire de l'État pour garantir la poursuite de l'aide alimentaire aux plus démunis à Marseille durant la crise sanitaire[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saïd Ahamada sur le Projet Arcadie
  2. Guillaume Descours, « La diversité progresse à l'Assemblée nationale », lefigaro.fr, .
  3. a b c d e f g et h Gilles Rof, « Saïd Ahamada, espoir marseillais de La République en marche », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Législatives : qui est Saïd Ahamada, nouveau député REM de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône ? », sur France Bleue Provence, (consulté le )
  5. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  6. Ministère de l'Intérieur, « Elections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  7. Le Monde du mardi , résultats du second tour des législatives, p. 20.
  8. « Le Marseillais Saïd Ahamada nommé porte-parole LREM à l'Assemblée Nationale », sur Made in Marseille, (consulté le )
  9. « L'appel de Saïd Ahamada à l'union des progressistes - Marseille - Gomet' », sur Gomet, (consulté le )
  10. « Saïd Ahamada candidat à Marseille coûte que coûte - Gomet' », sur Gomet, (consulté le )
  11. « A Marseille, les « marcheurs » ne veulent pas d’une alliance avec Vassal pour les municipales », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Mathilde Siraud, « Municipales à Marseille : Saïd Ahamada finalement prêt à rallier le candidat LREM », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  13. « Présidentielle 2022 : Saïd Ahamada pilote la campagne d'Emmanuel Macron à Marseille », sur LaProvence.com, (consulté le )
  14. « CARTE. Législatives 2022 : les résultats définitifs du 1er tour à Marseille », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  15. « Résultats législatives 2022 : « Pensaient-ils vraiment que les gens oublieraient »… les deux députés LREM balayés des quartiers Nord à Marseille », sur 20 Minutes Elections,
  16. « [Tourisme] Saïd Ahamada demande au port de limiter l'accueil des croisières à Marseille - Gomet' », sur Gomet, (consulté le )
  17. « Saïd Ahamada (LREM) : "La Politique de la ville menée jusque-là par l'État, ça ne marche pas" », sur LaProvence.com, (consulté le )
  18. « Saïd Ahamada : « Il ne faut plus, à terme, de politique de la ville » », sur Les Echos, (consulté le )
  19. « Jean Castex charge Saïd Ahamada d'une mission sur l'égalité des chances », sur Les Echos, (consulté le )
  20. « https://twitter.com/jeancastex/status/1417168195144798214 », sur Twitter (consulté le )
  21. « Égalité des chances – Rapport de Saïd Ahamada » (consulté le )
  22. « « En proposant de supprimer la loi SRU, Eric Zemmour attaque de front le logement des classes moyennes et populaires » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Un amendement voté pour rééquilibrer la construction de logements sociaux par arrondissement », sur Marsactu (consulté le )
  24. « Logement social : une loi SRU par arrondissement pour Marseille, Paris et Lyon ? », sur LaProvence.com, (consulté le )
  25. « Marseille : du logement social partout en ville », sur LaProvence.com, (consulté le )
  26. « Trafic de drogue à Marseille : "La moitié de la ville est ghettoïsée en matière de transports en commun", selon un député LREM des Bouches-du-Rhône », sur Franceinfo, (consulté le )
  27. « Macron à Marseille : le naufrage des quartiers, "si l'Etat ne vient pas à la rescousse, c'est foutu" », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  28. « Coronavirus : Saïd Ahamada, député LREM, "absolument pas pour la fermeture des écoles" », sur France Bleu, (consulté le )
  29. « Le député de Marseille Saïd Ahamada favorable à une jauge proportionnelle dans les stades », sur France Bleu, (consulté le )
  30. « L'État accorde 400 000 euros supplémentaires pour l'aide alimentaire à Marseille », sur Marsactu (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]