Rue Bichat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
10e arrt
Rue Bichat
La rue Bichat au niveau de l'hôpital Saint-Louis.
La rue Bichat au niveau de l'hôpital Saint-Louis.
Situation
Arrondissement 10e
Quartier Porte-Saint-Martin
Hôpital-Saint-Louis
Début 45 bis rue du Faubourg-du-Temple
Fin 106 quai de Jemmapes
Voies desservies Rue de la Grange-aux-Belles
place du Docteur-Alfred-Fournier
avenue Richerand
rue Alibert
rue Marie-et-Louise
rue Jacques-Louvel-Tessier
Morphologie
Longueur 670 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 1840
Ancien nom rue Carême-Prenant
Géocodification
Ville de Paris 0963
DGI 0952

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Bichat

La rue Bichat est une voie du 10e arrondissement de Paris, en France.

Situation[modifier | modifier le code]

La rue Bichat est une voie publique située dans le 10e arrondissement de Paris. Elle débute au 45 bis rue du Faubourg-du-Temple et se termine au 106 quai de Jemmapes.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

En raison du voisinage de l'hôpital Saint-Louis, cette rue a été nommée en l'honneur Marie François Xavier Bichat (1771-1802), médecin français.

Historique[modifier | modifier le code]

Carte postale de l'angle des rues Bichat et Alibert avec le café Le Carillon en 1930.

Cette rue avait pour nom d'origine rue Carême-Prenant reçu le nom de rue Bichat en 1840.
En 1851, la partie de la rue située entre la rue de la Grange-aux-Belles et le quai de Jemmapes et qui était comprise dans la rue des Récollets est rattachée à la rue Bichat en raison de la construction du canal Saint-Martin qui coupait cette voie en deux.

Lors des Attentats du 13 novembre 2015 en France, une fusillade frappant les clients du café Le Carillon et le restaurant Le Petit Cambodge fait quinze morts[1].

Le Monde décrit peu après l'atmosphère particulière de convivialité régnant à l'angle des rue Bichat, Alibert et Marie-Louise, « carrefour de rien du tout mais névralgique d’un petit coin caché du Paris bobo populaire d’aujourd’hui et d’hier »[2].


Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Camille Bordenet, « Dans le 10e, rue Bichat : « Le quartier en a vu d’autres, on va s’en remettre » », lemonde.fr, (consulté le 26 février 2016)
  2. Laurent Telo et Jean-Philippe Leclaire, « Dîner au Petit Cambodge et refaire le monde au Carillon », lemonde.fr, (consulté le 13 mars 2016)