Retjons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Retjons (homonymie).

Retjons
Retjons
La chapelle de Lugaut.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Haute Lande Armagnac
Intercommunalité Communauté de communes des Landes d'Armagnac
Maire
Mandat
Bénédicte Guillot
2014-2020
Code postal 40120
Code commune 40164
Démographie
Population
municipale
338 hab. (2015 en augmentation de 5,63 % par rapport à 2010)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 13″ nord, 0° 17′ 39″ ouest
Altitude Min. 68 m
Max. 134 m
Superficie 77,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Retjons

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Retjons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Retjons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Retjons

Retjons est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Le village se trouve sur la voie de Vézelay du chemin de Compostelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'Albret landais, limitrophe du département de la Gironde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Retjons[1]
Captieux
(Gironde)
Lencouacq Retjons Bourriot-Bergonce
Arue Saint-Gor

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le bassin versant de l'Adour, le territoire de la commune est traversé[2] par l'Estampon, et ses affluents qui confluent sur la commune, les ruisseaux de Bergonce et de Tauzie (ou ruisseau de Lugaut), et par le tributaire de ce dernier, le ruisseau de Lagravette (ainsi que par ses affluents, le ruisseaux de Piulet, de Rimbez et de Laussat). Un autre affluent de l'Estampon, le ruisseau de Ribarrouy, arrose les terres de Retjons.

Le ruisseau de Lagoazique, affluent du Laussat, et le ruisseau de Lucpaoumé, tributaire de la Gouaneyre sont également présents sur la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Retjons, la balise Compostelle 1000 km
Retjons, un chemin en forêt des Landes

Retjons fait partie de l'ancienne seigneurie d'Albret, constitutive de l'ancienne province de Gascogne.

Retjons était au Moyen Âge une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle au départ de Vézelay (via Lemovicensis). Ici se trouve la borne des 1000 km jusqu'au point d'arrivée. Non loin de là se dresse la chapelle de Lugaut, où les pèlerins avaient pris l'habitude de se recueillir.

S’étirant le long du ruisseau Bourriot, le site actuel de Lugaut, paisible et reposant, fait oublier qu’il était autrefois isolé, dans une région désertique et calamiteuse. Depuis la plantation de la forêt des Landes au XIXe siècle, la petite chapelle Sainte-Marie se retrouve nichée au milieu des bois. Elle cache derrière son clocher-mur, un ensemble exceptionnel de fresques du XIIIe siècle, qui représentent des scènes religieuses (l’Annonciation, la Visitation, la Résurrection) ou plus profanes.

L’édifice et ses dîmes furent donnés par Amanieu d’Albret aux hospitaliers de Jérusalem, qui avaient vocation d’accueil. Une scène commémore ce don. Au-dessous de cette scène sont illustrés des thèmes moralisateurs : le joueur de viole et la femme qui danse figurent le péché de luxure ; les deux hommes qui se battent, la discorde puis la réconciliation; le chameau, le travail.

La commune s'est scindée en deux en 1906, la partie est devenant la commune de Bourriot-Bergonce.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Bénédicte Guillot DVD[3] Mère au foyer
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Sendrane   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 338 habitants[Note 1], en augmentation de 5,63 % par rapport à 2010 (Landes : +4,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5681 5061 3531 4341 8031 9171 8081 8221 906
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9421 8151 7761 6931 7261 7081 7251 8371 695
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 606736723621586564547472536
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
575439369297313276325331327
2015 - - - - - - - -
338--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
Aquarelle de la chapelle de Lugaut.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Ligsdorf (Haut-Rhin).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]